Radeau

De Scoutopedia
Aller à : Navigation, rechercher
Radeaux construits à l'aide de chambre à air lors de contura
construction d'un radeaux avec 8 grosses chambres à air

Un radeau est une embarcation nautique réalisée à l'aide des techniques de construction habituellement utilisées dans le scoutisme (brêlages, froissartage…). Le principe est simple, puisqu'il s'agit d'assembler différents flotteurs et de créer une plate-forme par-dessus ceux-ci. Une fois construit, le radeau est utilisé dans des grands jeux ou pour descendre une rivière.

Choix des matériaux

Un radeau étant une embarcation, il doit répondre à certaines exigences de sécurité qui le font différer des autres types de constructions scoutes : outre le fait que sa solidité doit être à toute épreuve, notamment à l'épreuve de la force de l'eau, et non seulement du poids de ses occupants, il doit également pouvoir flotter. Cette nécessité primordiale impose quelques contraintes lors de sa construction.

Choix du bois

Les morceaux de bois utilisés pour la construction d'un radeau doivent être légers et solides, afin de pouvoir flotter et d'être capables de résister aux chocs que ceux-ci peuvent encaisser (Chocs de cailloux dans des rapides, par exemple). Une bonne souplesse est également une qualité à rechercher.

Il convient donc d'éliminer tous les bois trop denses et trop lourds comme le chêne, qui, seul, ne flottera même pas s'il est vert. Au contraire, on privilégiera des essences souples et légères, comme le bouleau, ou de jeunes noisetiers ou châtaigniers. Les résineux, trop cassants, ne sont généralement pas adaptés.

Le bois mort est souvent plus léger que le bois vert, cependant il est aussi beaucoup plus cassant, ce qui peut être dangereux sur un radeau. Idéalement, on tâchera de choisir des perches vertes, assez fines, mais pas trop, d'essences solides, souples et légères.

Choix des flotteurs

Le bois de sa structure ne suffit que très rarement à faire flotter un radeau, a fortiori lorsque celui-ci doit recevoir à son bord six ou sept scouts et leurs bagages. Il est donc nécessaire de lui ajouter des flotteurs.

Radeaux construits par Riaumont sur la Loue en 2013
Ceux-ci peuvent être constitués de chambres à air de tracteur ou de poids lourd, ou de bidons de plastique ou de métal remplis d'air. Les chambres à air présentent l'avantage d'êtres faciles à attacher et souples, mais sont devenues assez rares à trouver (et peuvent se percer si elles rencontrent un caillou ou une branche).

Les bidons sont plus difficiles à attacher, mais plus solides. Étant plus petits, il faut en prévoir plusieurs.


Dans tous les cas, il faudra veiller à ne pas attacher les flotteurs trop bas par rapport au cadre du radeau, afin de ne pas augmenter inutilement le tirant d'eau de celui-ci, et donc les chances de toucher le fond… et de crever un flotteur.

Il peut être très judicieux d'emporter un ou plusieurs flotteurs de secours avec le radeau, pour pallier à d'éventuelles crevaisons où à des défauts d'étanchéité non décelés au départ (au niveau de la valve d'une chambre à air ou du bouchon d'un bidon par exemple).

Mode de construction

S'il est possible de construire des radeaux par assemblages tenons-mortaises, ces méthodes ne sont cependant pas à privilégier. En effet, la structure d'un radeau doit être à la fois la plus légère et la plus résistante possible. Or, les méthodes d'assemblages sans ficelle nécessitent toujours de couper dans l'épaisseur des perches à l'endroit où on les assemble, ce qui les fragilise. Il est donc préférable d'utiliser des brêlages bien serrés, plus solides et plus sûrs avec des perches dont le diamètre doit être relativement faible.

Pour la construction elle-même, le plus simple est de faire un grand cadre avec des grandes perches solides en longueur (une grosse au milieu pour la rigidité, de plus petites sur les côtés), d'autres perches en largeur (qui pourront servir de cale-pieds pendant la navigation), et rigidifier le tout avec quelques traverses placées en diagonale. Par-dessus, on rajoute des dosses (des rebuts de scierie : le haut du tronc qui reste après qu'il a été découpé en planches) ou de petits baliveaux pour s'asseoir, et par dessous on attache les flotteurs.

Il est ensuite possible d'ajouter de nombreuses « options » au radeau : proue à laquelle on peut attacher le staff, qui peut également servir de « mât », panier central pour les bagages, dossiers de bancs, etc.

Dans tous les cas, une règle principale reste à garder à l'esprit : « light means right», c'est bien si c'est léger. Un radeau trop lourd n'avancera pas, ou que très difficilement, en gaspillant beaucoup d'énergie à ramer, il s'enfoncera, augmentant le risque de crever les flotteurs ou de ne pas pouvoir passer sur de faibles profondeurs d'eau. Par contre, un radeau léger se laissera porter par le courant, ne demandera pas trop d'énergie pour la propulsion lorsqu'il faudra ramer, et flottera bien.

Propulsion

Les radeaux sont généralement propulsés à la rame. Les rames ou pagaies idéales sont celles du commerce, prévues pour la pratique du canoë ou du kayak : elles sont faciles à manier, légères et efficaces. Il est cependant également possible d'utiliser des rames fabriquées « maison »; qui auront cependant l'inconvénient d'être plus lourdes et donc difficiles à manier.

Pour faire une rame, il faut se souvenir que plus la tranche (la partie propulsive) est longue, plus la rame sera efficace, mais plus elle sera difficile à manier. Il peut donc être nécessaire de faire plusieurs essais avant de trouver la bonne taille. De même, un manche trop court rendra la rame difficile à manier, alors qu'un manche trop long sera dangereux et risquera d'éborgner les voisins lors de son utilisation.

Si la rame la plus solide est incontestablement celle taillée dans une seule pièce de bois (à la plane), il est également possible d'en fabriquer rapidement en assemblant ensemble une pièce de bois plate (comme un bout de dosse) sur une planche. Il suffit de percer quatre trous dans la tranche pour y passer des anneaux de ficelle enserrant le manche, où l'on aura aménagé des encoches pour éviter qu'il ne glisse.

Il est également possible de propulser le radeau à l'aide d'une grande perche, ou godille, que l'on appuiera contre le fond pour pousser le radeau.

La propulsion à voile n'est pas adaptée à l'utilisation sur un radeau.


Radeau en bouteille PET

Une manière efficace et pas chère de faire des radeaux est de construire des flotteurs en bouteille PET.

Marche à suivre pour construire un flotteur

Première couche de bouteille d'un élément
flotteur avec la première couche de bouteille
ajout de la seconde couche de bouteille

Nous allons ici construire un flotteur sous la forme d'un long cylindre. Plusieurs flotteurs permettent donc de soutenir la plateforme du radeau.

Le principe est de faire des cylindres en assemblant des bouteilles en PET.

Pour le cœur du flotteur, nous utilisons un vieux mât de planche à voile. C'est solide, léger et étanche.

La première étape consiste à entourer le mât avec des bouteilles en PET. Avec des bouteilles de 1,5 l nous arrivons à faire un tour. Le tout est solidement attaché avec 2 grosses bandes de ruban adhésif gris étanche.

Le premier tour de bouteille est fait avec 5 bouteilles, donc un nombre impair, ce qui permet d'alterner le sens des bouteilles (bouchon d'un côté, fond de l'autre). Ceci permet de faire un cylindre avec un diamètre constant. Si l'on met les bouchons tous du même côté, le flotteur ne va pas être régulier et le ruban adhésif se tord et adhère moins.

Une fois un premier élément de 5 bouteilles réalisé, il suffit de continuer sur le même principe tout le long du mât jusqu'à la longueur voulue. Sur un mât de 2,3 m, il est possible de mettre 6 éléments de 5 bouteilles.

La seconde étape va être d'entourer le premier élément de 5 bouteilles avec un second tour de bouteille en PET. Ce second étage est réalisé avec 10 bouteilles en PET de 2 litres par élément. Puis, comme pour l'étage inférieur on recouvre le tout.

Matériel

Le but est de construire un flotteur d'environ 2 m de long capable de porter une charge de 165 kg.

Ce flotteur est composé 6 petits éléments cylindre. Pour un élément il faut:

  • 5 bouteilles de 1,5 l
  • 10 bouteilles de 2 l
  • 2 x 80 cm de bande adhésive = 1,6 m
  • 2 x 1,4 m de bande adhésive = 2,8 m
  • (ça nous fait un total de 4,4 m de bande adhésive)

Pour fabriquer un grand flotteur composé de 6 éléments il faut:

  • 30 bouteilles de 1,5 l
  • 60 bouteilles de 2 l
  • 12 x 80 cm de bande adhésive = 9,6 m
  • 12 x 1,4 m de bande adhésive = 16,8 m
  • (ça nous fait un total de 26,4 m de bande adhésive)

Liens externes


Cet article peut aider à préparer certains badges.