Welcome to the ScoutWiki Network

Pédagogie du projet

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher

La pédagogie de projet est une pratique de pédagogie active qui fait passer des apprentissages en priorité à travers la réalisation d'une production concrète.

Le projet peut être individuel (exposé, maquette) ou collectif (organisation d'une fête, voyage, spectacle). Comme la plupart des méthodes pédagogiques, elle est pensée généralement dans la littérature dans une perspective scolaire. C'est une « entreprise qui permet à un collectif d'élèves de réaliser une production concrète, socialisable, en intégrant des savoirs nouveaux. » [1]

D'après ses défenseurs c'est une méthode qui ne s'oppose pas au système des badges propre au scoutisme, mais peut le compléter en remplaçant un éventuel apprentissage « formel » par un apprentissage appliqué, plus en phase avec les attentes de l'enfant/jeune et potentiellement très stimulant pour lui.

On a tendance à y voir le pendant de la pédagogie du sujet qui se concentre notamment sur l'organisation de l'équipe scoute et sur la vie de cette équipe pour conduire les activités, prioritairement à la réalisation du projet.

Historique

Historiquement, la pédagogie de projet remonte au philosophe John Dewey. Mais l'idée (project-based learning) a vraiment été précisée par William Heard Kilpatrick, en 1918, dans un article intitulé The Project Method.[2]

Les étapes de la pédagogie de projet

Choisir

Le projet doit être défini dans ses buts et objectifs.

Pour les tenants de l'éducation nouvelle, cette étape de choix fait partie intégrante du projet. La recherche d'un thème intéressant, la vérification de sa faisabilité et la recherche d'un consensus dans le cas d'un projet collectif ont en eux-mêmes une valeur pédagogique importante.

Quand la démarche de projet est employée dans une approche plus traditionnelle, cette étape est généralement réalisée par l'encadrant qui propose un choix aux enfants/jeunes parmi des thèmes qu'il a sélectionnés.

Produire

Les enfants/jeunes vont mener à bien leur projet de façon autonome. Ils vont chercher les informations, essayer, analyser leurs échecs, leurs réussites, chercher encore jusqu'à ce que leur projet aboutisse. Les projets font émerger des besoins en termes d'apprentissage. Tout au long de leur travail, les enfants/jeunes sont amenés à faire le bilan de leurs avancées, en fonction des objectifs de départ. Il s'agit là d'auto-évaluation.

Faire le bilan

Le temps de bilan est partie intégrante du projet. Tout projet mené dans le cadre de cette pédagogie doit aboutir à une production que les autres vont voir et reconnaître. La présentation du travail réalisé à ses pairs (reste de la patrouille/de l'équipage/de l'unité) ou à un cercle plus large (autres patrouilles/équipages, autres unités, parents...) en est un élément important. Le bilan permet la valorisation des efforts accomplis en vue de la réalisation du projet. Il a pour fonction de rétrocéder une partie du travail et des acquis du projet aux porteurs.

Le bilan est un outil de la production de savoirs empiriques. Il crée une pause et de la distanciation propre à formaliser des connaissances ou ajuster des comportements. Sa pertinence est alors meilleure après un laps de temps suffisant qui tend à objectiver son contenu en écartant les parasites émotionnels générés par l'action.

Différentes formulations de ces étapes

  • Chez les pionniers et caravelles des Logo SGDF SGDF, on parle de CAP : C pour Concevoir, A pour Agir, P pour partager.
  • Chez les pionniers des Scouts et Guides Pluralistes de Belgique.svg SGP, il est prévu 5 étapes : 1. Expression/choix, 2. Répartition/organisation, 3. Préparation/acquisition, 4. Le vécu/l'exploitation, 5. Le bilan/la fête.
  • Chez les Guides Horizon des GCB.png GCB, 5 étapes sont également prévues : choisir, préparer, réaliser, évaluer, fêter.
  • Dans le programme de branche de 1986 de la branche pionniers des Scouts de France.svg Scouts de France, on prévoit 6 étapes : Choisir (assemblée de poste), Réfléchir et analyser (comité de rôles), Organiser (conseil d'entreprise), Préparer (Conseil d'entreprise, missions d'équipe), Réaliser, Évaluer (conseil d'équipe, assemblée de poste).
  • Dans l'Association des scouts du Canada Association des Scouts du Canada.svg, le VCPREF est à l'honneur dans toutes les branches, il s'agit de l'Exploration, du Grand-projet et de l'Entreprise.

Le rôle de l'encadrant

L'encadrant a ici un rôle d'accompagnement pédagogique des enfants/jeunes. Il est là pour leur apporter des outils variés et discuter avec eux de la méthodologie. Il organise les apprentissages nécessaires à la réalisation du projet, il aide à régler les problèmes de fonctionnement des groupes, il s'assure de l'aboutissement du projet et de sa présentation.

La pédagogie de projet dans les mouvements scouts

Les associations scoutes mettaient en œuvre la pédagogie du projet avant que celle-ci soit formalisée en Europe. Ainsi, la réalisation d'exploits de patrouilles ou équipages, l'organisation par un scout d'une sortie étaient des projets bien ancrés dans le scoutisme où ils faisaient partie de la progression collective et de la progression personnelle. Célestin Freinet se référa au scoutisme et la mise en place d'un journal de classe rédigé, imprimé et diffusé collectivement calquait les journaux de troupe que B.P avait lui-même trouvé dans les publics schools britanniques.

Il reste que la pédagogie du projet a eu des conséquences induites importantes ainsi sur la progression individuelle qui a été considérablement modifiée dans sa perception, sa validation et même son intérêt dans certains mouvements. Autre critique plus radicale elle oppose à la Pédagogie du projet, fortement scandée dans sa préparation, sa réalisation et sa discussion au "Jeu scout", au déroulement imprévisible dans un cadre prédéfini.

Chez les Éclaireuses et éclaireurs de France

Dans les années 1980 et 1990, la pédagogie de projet était l'élément central de la pédagogie de l'association[3]. Dans les périodes où l'association était traversée par des courants pro et anti-scouts, cette pédagogie constituait une référence commune, largement compatible avec le scoutisme et non exclusive.

L'association a ainsi formalisé dans ses propositions la pédagogie de projet sous deux formes : l'entreprise et l'initiative. Les "éclés" étaient ainsi parties agissantes dans le débat qui agitait le corps enseignant où les tenants des méthodes traditionnelles étaient encore actifs.

En fin 2011 des expressions comme progression collective ou progression personnelle ont fait une timide réapparition dans les propos des "éclés" de terrain, les notions étant cependant présentes de façon constante dans la pédagogie et pratiquées - de façon différente - dans certains groupes classiques ou non.

Entreprise

L'entreprise est un projet collectif de l'équipe ou de l'unité[4].

Initiative

L'initiative est un projet individuel ou en très petit groupe 2/3 maximum)[5].

Chez les Scouts de France

Au milieu des années 60 d'abord en France puis ensuite au Québec, le "projet" devient un thème important mais qui n'est pas encore vu comme central dans le scoutisme. Ainsi l'Entreprise 62 est envisagé plus comme une action collective et fédératrice mais déclinée localement, que comme une application de la pédagogie du projet. Sa diffusion intervient donc plus tardivement chez les SDF que chez les EEDF. La pédagogie du projet est alors présentée comme l'élément structurant du scoutisme théorique et le cadre des activités du scoutisme pratique au plan local. On voit ainsi des pionniers centrer une période pluriannuelle sur un projet unique, comme faire un film sur 2 ans. Les références à certains outils du scoutisme tendent dès lors à s'affaiblir : symbolique, imaginaire, tenue, activités dans la nature, progression individuelle, priorité à la vie en équipe peuvent être délaissés.

En fin 2011, si on constate chez les SGDF une volonté de remettre en avant certains fondamentaux du scoutisme et la vie en équipe dans certains programmes de branche, la "pédagogie du projet" reste présente dans les textes d'orientation du mouvement et demeure un trait marquant des programmes issus de la rénovation pédagogique.

Autres mouvements francophones

La pédagogie du projet est peu mise en avant chez les EEUdF et les EEIF tandis que les mouvements se reconnaissant dans la méthode unitaire s'en détournent au moins au plan du vocabulaire. Même si les équipes et unités de ces mouvements mènent des projets, la priorité est affirmée sur la vie d'équipe ou la vie d'unité (Pédagogie du sujet). Au Québec, en Belgique elle demeure un élément important du scoutisme de l'âge pionnier ou même avant (voir Exploration (ASC)). En Suisse la pédagogie du projet est banalement présentée par le MSDS comme un des sept éléments de la méthode scoute.

Un débat inutile ?

Il est possible que les antagonismes liés à la "pédagogie du projet" soient le reflet dans le scoutisme francophone et spécialement français de querelles plus vastes venues du monde enseignant et de la société politique. Néanmoins dès son origine le scoutisme a donné au petit groupe de jeunes et au jeune lui même des imaginaires générateurs de projets multiples à réaliser seul ou en bande et B.P ne s'est pas préoccupé de donner un contenu théorique à son oeuvre.

Pour les scouts suisses, la pédagogie du projet n'est pas le pivot de la méthode scoute mais un élément parmi d'autres.

Reste que s'il y a un débat c'est autour du caractère "scout", c'est à dire en lien avec la progression individuelle ou collective d'un projet.

Le déroulement ou non dans la nature ou la présence ou l'absence de facteurs de compétition ou d'émulation sont pour beaucoup sans véritable importance.

Notes et références

  1. (Michel Huber, 1984)
  2. William H. Kilpatrick, « The Project Method », dans la revue Teachers College Record, 1918.
  3. "Notre pédagogie, c’est celle du projet" annonçait-on dans le Carnet du responsable d'animation, le document qu'on recevait lors de sa formation dans ces années-là (1988).
  4. Voir les documents L'Aventure... de chaque branche.
  5. Voir les documents L'Aventure... de chaque branche.

Voir aussi

Liens externes

Bibliographie

  • Éduquer à l’environnement par la pédagogie de projet; un chemin d’émancipation, Réseau École et Nature, éd. L’Harmattan, 1996
  • Aujourd'hui, la pédagogie de projet, Michel Huber, 1984.