Welcome to the ScoutWiki Network

Veillée conte musical

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher

Quand une unité a constitué son orchestre avec des instruments habituels et des instruments scouts, quand les instrumentistes sont techniquement au point et connaissent bien leurs instruments, on peut essayer de mettre au point une histoire illustrée en musique. Attention : Ce genre de veillée demande beaucoup de préparation et de répétition mais cela vaut le coup.

Généralités

Principe

Ce qu’on voit : Un scout narrateur décrit et commente les scènes avec le moins de mots possibles. Quand il ne parle pas, il sort de la scène. Des scouts acteurs miment chaque scène comme une pièce de théâtre sans paroles.

Ce qu’on entend : A chaque personnage joué par un acteur, correspond un instrument de musique, toujours le même (comme dans « Pierre et le loup » le conte musical de Prokofiev).

Mise en œuvre

Quelques conseils :

  • Eviter de faire jouer tous les instruments à la fois.
  • Disposer les musiciens de façon à ce qu’on puisse les voir, sans pour autant qu’ils fassent oublier les acteurs qui doivent être au premier plan.
  • On peut ajouter des chansons interprétées par un chœur de scouts (les instruments et les acteurs peuvent aussi les accompagner).

Un exemple de veillée «conte musical »

L’imaginaire

Mythologie grecque : la légende d’Orphée

Déroulement

Prélude

Orphée, fils du roi Oeagre de Tharce et de l’une des neuf Muses, Calliope, était le poète et le musicien le plus célèbre qui ait jamais vécu. Le dieu Apollon lui fit don d’une lyre et les Muses lui apprirent à en jouer avec un succès remarquable : non seulement il attendrissait les bêtes féroces, mais sa musique charmait les arbres et les rochers, au point qu’ils se déplaçaient et le suivaient ! D’ailleurs, on raconte qu’on peut voir en Tharce de vieux chênes de la montagne dans l’attitude exacte d’une de leurs danses. (On peut danser une danse grecque ou crétoise). Par ce pouvoir, unissant la musique et la poésie, il est très utile à l’expédition des Argonautes au cours de laquelle il triomphe des sirènes (On peut jouer au radar musical).

Tableau n°1

Après des voyages en Egypte et en Colchide, Orphée épousa Eurydice. (Mais celle-ci est poursuivie par Aristée qui - épris d’elle - provoque involontairement sa mort). Elle fut piquée par un serpent et en mourut.

Tableau n°2

Orphée entreprit alors un périlleux voyage aux Enfers dans l’espoir de la ramener. Parvenu au bord du Styx, il charma le passeur Charon et Cerbère, le chien à trois têtes - qui laisse entrer mais non sortir - par sa musique douloureuse. Il interrompit même pour un moment les supplices des condamnés. Les trois juges des morts étaient suspendus à ses mélodies, et le dieu des enfers, le cruel Hadès lui-même, s’adoucit jusqu’à lui permettre de ramener Eurydice à la surface du monde.

Tableau n°3

Pourtant, Hades fixa une condition : Orphée ne devait pas se retourner avant qu’Eurydice ne soit parvenue à la lumière du jour. Eurydice suivit donc Orphée dans les sombres passages des enfers guidée par la musique de sa lyre. Mais pour celui-ci, l’attente était insupportable. Cent fois, il faillit se retourner. Enfin, le soleil apparut et Orphée voulut s’assurer qu’elle le suivait toujours. Il se retourna et la perdit pour toujours.

Orphée, inconsolable, erra sur toute la terre, tirant les larmes de tous les êtres vivant par ses plaintes. Il meurt foudroyé par Zeus pour avoir révélé ses expériences du royaume des morts. Après sa mort, sa lyre fut emportée par les eaux jusqu’à Lesbos et déposée dans le temple d’Apollon. Grâce à son intervention et à celle des Muses, la lyre devint une constellation dans le ciel. (On peut conclure par une petite observation des étoiles si l’on est en été).

N.B.: Pour rendre l’histoire plus spectaculaire, on peut l’accompagner de quelques effets pyrotechniques (feux d’artifice, chlorate... pour l’illustration de l’enfer...)

Les rôles

Les personnages Les instruments de musique
Orphée et sa lyre Une lyre. A défaut, tout instrument à cordes pincées : guitare, cithare...
Eurydice Un instrument mélodique plutôt aigu : flûte, violon...
Charon et sa barque pour passer le styx Des instruments pour faire penser à l’eau : piano, xylophone...
Cerbère, le chien de garde à trois têtes 3 tuyaux d’arrosage de diamètre et de longueur différente « aboyant » ensemble (3 instrumentistes)
Les 3 juges des enfers 3 instruments à percussion bien différents
Hadès, le dieu des enfers Instrument très grave : contrebasse, tuba, gros bidophone, plaque de tôle assez grande que l’on frappe ou que l’on remue (bruit de tonnerre très puissant)

La fiche guide

Tableau 1

Tableau n°1
Narrateur Action Musique
« Orphée, le poète et Eurydice viennent de se marier. Ils goûtent le bonheur d’être ensemble » Orphée et Eurydice dansent ensemble Les instruments jouent le thème musical 1 (Un thème très joyeux)
Hélas un serpent cruel met fin brutalement à ce cours bonheur. Eurydice rejoint le séjour des morts, les Enfers. Eurydice s’écroule morte Coup de sifflet strident
Orphée chante sa douleur sur sa lyre Thème musical n°2 très triste

Tableau 2

Tableau n°2
Narrateur Action Musique
« Je ne peux vivre sans elle, j’irai la chercher jusqu’au fond des enfers » Orphée s’avance avec sa lyre et rencontre successivement Charon, Cerbère et les 3 juges Chaque fois, la musique d’Orphée (thème n°2) est couverte par les sons très puissants des différents monstres qui lui refusent l’entrée des Enfers. Mais peu à peu, leur musique s’affaiblit et Orphée parvient à passer avec sa musique.

Tableau 3

Tableau n°3
Narrateur Action Musique
« Soit Orphée dit Hadés, je te rends ton épouse. Guide-là vers la lumière, mais ne te retourne pas vers elle, tu la perdrais à tout jamais » Orphée se tient maintenant devant Hadés, le dieu des enfers Bruit assourdissant d’Hadés. Là encore, la musique d’Orphée parvient à l’adoucir. On entend aussi la musique d’Eurydice qui vient se joindre à Orphée (Thème n° 2)

Tableau 4

Tableau n°4
Narrateur Action Musique
Remontée vers la lumière. Orphée avance sur une phrase musicale. Eurydice le rejoint en répétant la même phrase et ainsi de suite plusieurs fois. La même phrase se répète, la mélodie devenant de plus en plus aiguë, de plus en plus joyeuse.
Orphée pris d’un doute se retourne Coup de tonnerre
Eurydice est de nouveau happée par les Enfers Descente «chromatique » de son instrument »
Orphée désespérée pleure Thème musical n°2

Liens

Pour aller plus loin :

  • Veillée d’aujourd’hui, les éditions du fenec – 1983. p.126 et suivantes


Cet article peut aider à préparer certains badges.