Monique Maunoury

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher

Monique Manoury née le 12 octobre 1915 à Orléans est petite fille du Maréchal de France Maunoury.


Elle s'investit dans les patronages et les Ames Vaillantes. Assistante (Chamois Généreux) puis cheftaine de meute à Orléans (elle prononcera sa promesse le 18 avril 1936[1]) et est à nouveau totémisée Aigle Royal. Montée à Paris, elle est au secrétariat de la JEC-JF et emmène en 1940 ses louveteaux parisiens jouer sur les fortifs de Paris (les anciennes fortifications). Cheftaine à Chatillon en 1938, elle choisit les déshérités.


A la suite de la suspension de sa meute, elle monte à Ivry un petit patronage. Très rapidement, elle entre en contact avec l'équipe de la Mission ouvrière de Paris et avec le groupe de Madeleine Delbrêl. Toutefois, sa vocation ne la porte pas directement vers la classe ouvrière, mais vers les enfants de la "zone", ce dédale de baraques faites de bric et de broc où vivent gitans, ferrailleurs et chiffonniers. A la demande de l'un d'entre eux, elle décide de tout quitter pour s'y installer en pleine guerre, en juin 1943. Bientôt la rejoignent d'autres jeunes femmes issues de la JOC et du guidisme. Baptisée Paix et Joie, leur baraque devient un havre où viennent se réfugier des enfants comme des adultes à la recherche d'une nouvelle famille.

Mais les conditions de vie dans la zone sont si dures, la précarité si usante, qu'en 1952, privée du soutien du cardinal Suhard qui vient de disparaître, son équipe se disperse. Monique doit travailler en usine pour nourrir les enfants dont elle a désormais seule la charge. Elle traverse alors une nuit morale et spirituelle dont elle ne sortira qu'avec l'aide des Petits Frères de Jésus; tout en restant laïque, elle s'inscrit dans le sillage de Charles de Foucauld et de sa spiritualité de l'abandon. Élue déléguée CFDT par ses camarades d'usine, elle est licenciée pour son activité et meurt prématurément le 29 octobre 1975 à Ivry-sur-Seine, entourée de tous ceux qui étaient devenus les siens. C'est une figure exemplaire du christianisme dans le Quart-Monde.



Notes et références


  1. Selon la biographie de Marie-Claire Bergerat et Olivier Marin : "Monique Maunoury, une disciple de Charles de Foucauld à Ivry", Karthala, 2006.