Léo Cohn

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher

Léo Cohn (1913-1945) fut une personnalité marquante des Éclaireurs Israélites de France.

Léo Cohn était l'instructeur national des E.I.F. et l'un de leurs principaux inspirateurs religieux. Arrêté par les Allemands le 20 mai 1944, alors qu'il dirigeait un convoi de soixante garçons vers l'Espagne et la Palestine, il a été déporté à l'âge de 29 ans.

Déporté à Auschwitz en juillet 1944, il meurt quelques jours avant la libération du camp en 1945.


Né en 1913 à Hambourg, il fuit l'Allemagne de Hitler en 1933. Très vite, il devient le responsable du Clan de l'Élan et joue un rôle d'organisateur au sein du secrétariat national des EIF où il est remarqué par Robert Gamzon.

Léo Cohn donne un vécu enthousiaste au judaïsme EIF et fonde la chorale de ce mouvement. Ensuite il devient responsable des organisations de jeunesse juives en Alsace. En 1939 il s'engage dans la Légion Étrangère.

Durant l'Occupation, il est membre de l'équipe nationale des EIF bientôt interdits mais qui survivent clandestinement. Il est aussi aumônier itinérant, instructeur national chant tout en étant un des responsables des fermes écoles de Lautrec, puis il s'occupe de sauver les enfants juifs.

« [...] J'invoquerai le témoignage de celle qui m'a incité à mettre ces récits par écrit, notre amie commune, Ju Hertz. Elle écrit dans ses Mémoires :

"La prière de Léo m'avait sortie du sentiment de néant où la prière me plongeait et qui m'empêchait de m'y ajuster, tout au moins pour l'examiner. Je me sentais plus proche des textes, rien ne m'éloignait plus d'eux sinon ces questions qui allaient me troubler pendant de longues années: Comment Dieu peut-il laisser arriver tant de désastres ?

Léo se rattachait à quelque chose que je connaissais et que j'aimais. Je m'interrogeai pendant plusieurs semaines, je réfléchis pendant un certain temps. Je trouvai la réponse en reprenant mes Histoires 'Hassidiques. Léo était un 'Hassid, et cela me fit très plaisir. Il était le premier que je voyais, il réalisait ce que je lisais dans les livres, il répondait aux questions que je posais aux livres et à moi-même, et en même temps, il était amical, dépourvu de critique, jeune, proche. Je pensai pour la première fois au mot "frère" dans le sens familial." »

Extrait de Souviens-toi d'Amalec - Témoignage sur la lutte des Juifs en France (1938-1944), de Frédéric Shimon HAMMEL (za"l) dit CHAMEAU (Ed. C.L.K.H., Paris 1982)


« [...] Il souligne l’influence des sionistes venus de l’Est, particulièrement de Russie, dans la structure des mouvements de jeunesse, notamment au sein des Éclaireurs israélites de France. Il se souvient de l’un d’entre eux, le « bon géant » Léo Cohn.

Originaire de Dantzig, réfugié en France en 1941, ce fils de rabbin « doué pour la musique, pour le théâtre » introduit au sein du mouvement EI un esprit spirituel.

Les petits éclaireurs israélites français, à l’origine des fils et des filles de familles « bon chic bon genre » ignorent tout des Juifs d’Europe de l’Est, de leur savoir et de leur triste condition. Léo Cohn leur apprend « tout ce que le ghetto a produit du souvenir d’Eretz Israël, toute la problématique juive, il les a enjuivés en quelque sorte ! » .

Robert Gamzon, le fondateur des Éclaireurs israélites qui, jusqu’alors, forme de « bons petits français » accepte l’influence de Léo Cohn et lui confie la ferme-école des EIF à Lautrec, dans la région de Toulouse [...] »

Témoignage de Georges Loinger, président de l’Association des Anciens de la Résistance Juive de France à l’occasion de sa promotion au grade de commandeur de la Légion d’Honneur.


Liens externes