Association française de scouts et guides catholiques

De Scoutopedia
(Redirigé depuis AFSGC)
Association française de scouts et guides catholiques

Association française de scouts et guides catholiques


Fondation : 1980
Disparition : Fusion avec les Scouts de Doran en 2020 (plus de camps à partir de 2003)
Fondateurs :
Président :
Commissaire général :
Commissaire général scout: {{{commissairescout}}}
Commissaire générale guide: {{{commissaireguide}}}
Siège :
Site web :
E-mail : {{{mail}}}
Effectifs : 2.000 membres.
Effectifs : jeunes.
{{{effectif responsables}}} responsables.

mouvement catholique

Mouvement catholique.

L’Association Française de Scouts et Guides Catholiques (AFSGC), portant auparavant le nom de Scouts et Guides Catholiques de France (SGCdF), était une association française de scoutisme catholique traditionaliste.

Fondements[modifier | modifier le wikicode]

En octobre 1979, les fidèles de la chapelle Sainte Germaine de Wagram, à l'initiative d'une ancienne Guide de France, Monique Chantéreaux, fondent, avec ses filles, la compagnie Saint Michel, non rattachée à un mouvement. Celle-ci rencontre à Saint Nicolas du Chardonnet Henri Montalbetti, de l'équipe scissionniste des Scouts et Guides Saint Georges et anciens ne se reconnaissant plus dans l'évolution des Scouts de France dans les années 60. Elle prend alors contact par son intermédiaire avec Irène Rivière.

Une assemblée générale constitutive se tient le 26 avril 1980, avenue des Ternes à Paris, immédiatement suivie de la réunion du Comité Directeur provisoire (président : Henri Montalbetti, secrétaire : Irène Rivière, trésorier : Jean Cordel, membres : Père Crespel, Louis Faurobert, G. Flura, Roger Hédouin, Michel Maurice, Paul Rigal).

Le 12 juillet suivant, Irène Rivière, Henri Montalbetti et le Père Revet établissent la Charte de la nouvelle association qu'ils viennent de créer et à laquelle ils donnent le nom de Scouts et Guides Catholiques de France. En septembre, Monique Chantéreaux apporte l'adhésion de sa formation et entreprend de faire connaître les SGCdF sur les deux paroisses de Sainte Germaine et de Saint Nicolas. En octobre, les unités constitutives étaient les suivantes :

  • le groupe de Riaumont,
  • le groupe de Mantes la Jolie de Roger Hédouin,
  • le groupe Saint Michel de « Wagram »,

plus quelques isolés et des embryons de patrouilles libres : Bourg la Reine avec le Père Morandi, Aix en Provence, Toulon, Deuil la Barre, Château Thierry.

L'aventure commencée dès 1980, se poursuit, non sans difficultés. En effet, initialement intéressées par sa démarche «traditionaliste», certaines unités indépendantes ou issues des associations déjà existantes, se récusèrent après les premiers contacts. Et pourtant la formule des «groupes associés», création originale des SGCdF, était un système relativement pratique.

Aussi, rapidement, et en 1982, l'unité du Wagram avec Philippe Boutin et Michel Olagnon quitte l'association pour des raisons d'ordre pédagogique et doctrinal alors que la majorité des membres sont issus de la FSSPX. Michel Olagnon créera plus tard les Scouts Godefroy de Bouillon. Les débuts sont donc laborieux, mais peu à peu une structure très lâche et respectant l'autonomie des groupes sans les habituels écrans du district et de la province se met en place. Les effectifs croissent lentement mais l'association grandit.

Après les sacres de Monseigneur Lefebvre[modifier | modifier le wikicode]

A l'assemblée générale de 1988, après les sacres effectués par Mgr Lefebvre, certains chefs d'unités demandent que la question de l'approbation ou du rejet de la décision du prélat soit soumise au vote des participants. Après un débat très vif, le Commissaire Général refuse de suivre cette proposition qui, quel qu'en soit le résultat, aurait eu pour effet de marginaliser les minoritaires.

La position officielle de l'Association à l'issue de cette réunion, est résumée par le Commissaire Général Pierre Monet qui déclare : « Monseigneur Lefebvre ne nous a pas demandé notre avis avant de sacrer, nous ne le donnerons pas maintenant. L'opinion de l'Association sur cette question est celle qu'aura adoptée l'Église dans 200 ans ». L'alerte est chaude, les Scouts de Riaumont continuent à en être membres et à collaborer aux camps de formation aux côté des prêtres de la fraternité St Pie X. Cette position (non pas neutre mais de prudence) des SGCdF est «intenable» d'après certains aumôniers, position qui sera refusée par certaines familles de scouts préférant rejoindre les Scouts Godefroy de Bouillon ou, dans les années 2000 les Europa-Scouts. En revanche, l'Association trouve dans les plus influents de ses aumôniers des soutiens sans restriction à sa «politique».

Les années 1990[modifier | modifier le wikicode]

En 1996, elle est implantée dans 30 villes et réunit une centaine d'unités, forte de 2000 membres. Elle ne prétend disputer la prééminence à aucune autre association de scoutisme. Pour elle, il lui suffit d'assumer sa triple fidélité au scoutisme, à l'Église et à la France.

Par décision de l'assemblée générale extraordinaire du 22 mars 1997, suite à l'interminable procès qui l'opposait depuis 1981 aux Scouts de France et aux Guides de France, les S.G.C.F. prirent le nom officiel d'Association Française de Scouts et Guides Catholiques. D'autres membres vont la quitter.

La tragédie de 1998[modifier | modifier le wikicode]

Le 22 juillet 1998, quatre scouts membres de cette association, ainsi qu'un plaisancier venu leur porter secours, ont péri au large de Perros-Guirec[1] lors d'une sortie en mer. Partis sans encadrement, n'ayant pas respecté certaines règles de sécurité et l'alerte ayant été donnée tardivement, le drame fit beaucoup de tort à cette association et au-delà, le scoutisme en France en général souffre de l'affaire. En effet, les statuts des cadres pour les camps sont modifiés pour l'été 1999. L'AFSGC manquent alors de chefs légalement formés et doivent supprimer plusieurs de leurs camps au dernier moment. les Scouts de Riaumont reprennent leur autonomie, tout en continuant à partager les mêmes camps écoles de l'OFIS.

Les Scouts Godefroy de Bouillon récupéreront un certain nombre de scouts, comme les Europa Scout.

Quelques chefs décidèrent alors de créer une association parallèle : les Scouts de Doran pour sauvegarder les dernières unités et conserver la pédagogie des Scouts et Guides Catholiques,les Scouts de Doran possèdent d'ailleurs les insignes de l'AFSGC et son cérémonial. En 2020, pour des raisons financières et d'effectifs, l'AFSGC est officiellement dissoute le 3 décembre 2020[2]. dans l'association des Scouts de Doran, à la condition que l'association des Scouts de Doran garde le flambeau de la tradition de l'AFSGC.

Calendriers[modifier | modifier le wikicode]

Liens[modifier | modifier le wikicode]


Notes et références


  1. Pour en savoir plus voir Le drame de Perros-Guirec sur fraternite.net, 23 mars 2015. Consulté le 6 janvier 2022
  2. ASSOCIATION FRANCAISE DE SCOUTS ET GUIDES CATHOLIQUES - Dissolution sur journal-officiel.gouv.fr, 22 décembre 2020. Consulté le 6 janvier 2022


Mouvements scouts Les mouvements de scoutisme en France Drapeau français
Mouvements agréés par l'État :
Le scoutisme français :
Éclaireuses et éclaireurs de FranceÉclaireuses et éclaireurs unionistes de FranceScouts et guides de FranceÉclaireuses et éclaireurs israélites de FranceScouts musulmans de FranceÉclaireuses et éclaireurs de la nature

Conférence française de scoutisme :
Éclaireurs neutres de France (Adhérents : Europa · St-Louis) • Association des guides et scouts d'Europe

Indépendant : Scouts unitaires de FranceFédération des éclaireuses et éclaireurs

Mouvements non agréés par l'État :
Catholiques : Riaumont · Scouts de DoranFédération des scouts et guides Godefroy de BouillonFédération ordre scoutScouts de ClusesScouts Saint BenoîtÉcuyers de St MichelScoutisme pour tous

Protestants : Éclaireurs évangéliques de FrancePorteurs de flambeauFlambeaux et Claires FlammesJeunesse adventisteRoyal rangers

Autres : Éclaireurs neutres européensRandscouts

Autres petits mouvementsgroupes indépendants