Kourkène Medzadourian

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher
Kourkène Medzadourian
Kourkène Medzadourian
Chef Scout de l'Arménie
1908 · 1996

Personnalité décorée du loup de bronze

Loup de bronze.

Fondateur

Fondateur.

Personnalité arménienne

Arménie.

Le 28 mai 1918 est fondée la 1re République d'Arménie. Avant cette date, l'Arménie faisait partie de l'Empire Ottoman. Le 2 décembre 1920, l'Arménie devient une des républiques de l'Union Soviétique. Le 9 septembre 1991, l'Arménie redevient un état indépendant après la fin de l'URSS.

Kourkène (Georges) Medzadourian fut le fondateur du scoutisme arménien en exil. Il arrive en France à l'âge de 16 ans en 1924. Il fait ses études au lycée Henri IV à Paris puis des études de médecine à la Faculté de médecine de Paris. Il est médecin d'un bataillon d'infanterie pendant la guerre de 1939-1940. Pendant les années d'occupation, il participe activement à la lutte contre le nazisme.

La devise des scouts arméniens Hay Ari est : Michd Badrasd (Toujours Prêt)

De l'association HoMenEtMen à l'association Hay Ari

En 1924, Kourkène Medzadourian fonde la 1re troupe arménienne à Paris, avant de lancer d'autres troupes en province. Il faisait partie des scouts arméniens HoMenEtMen.

En 1928, sa troupe campe près de Hounslow en Grande-Bretagne. Ce camp est inspecté par le directeur du Bureau international des Boy-Scouts qui est impressionné par la haute tenue du camp et par celle des scouts franco-arméniens. Le mouvement HoMenEtMen le désigne donc comme son représentant auprès du Bureau international des Boy-scouts afin d'y discuter d'une reconnaissance éventuelle.

Medzadourian laisse ses scouts franco-arméniens quitter le HoMenEtMen pour rejoindre le nouveau mouvement appelé Hay Ari fondé en 1928. Il était nécessaire de faire cette coupure avec le mouvement HoMenEtMen. En effet, Kourkène Medzadourian voulait faire reconnaître une association scoute arménienne par le Comité International et pour ce faire, ce mouvement devait être apolitique. Hors le mouvement Homenetmen etait considéré comme la branche scoute et sportive de la fédération révolutionnaire arménienne.

Il arrive à convaincre le Comité international, convoqué le 30 avril 1929, de reconnaître le mouvement Hay Ari en France comme "mouvement national sur un sol étranger". Les 52 organisations nationales scoutes représentées acceptent l'association Hay Ari et demandent au Bureau international des Boy-scouts de reconnaître et d'enregistrer cette organisation sous le nom d'association des Scouts arméniens. L'association Hay Ari fait donc sa première apparition internationale en 1929 au troisième Jamboree mondial de Birkenhead en Grande-Bretagne.

L'association HoMenEtmen de son côté continua ses activités mais au sein d'associations scoutes nationales.

L'association Hay Ari et la fédération du Scoutisme Français

Groupe de scouts arméniens Hay Ari à Marseille (1946)
Fete des scouts arméniens Hay Ari, Paris (1973)

Une association scoute nationale sans base territoriale pose problème au mouvement scout. C'est pourquoi le Comité international se réunit à Londres les 14 et 15 novembre 1945 afin d'y discuter la résolution 11 portant sur le positionnement exact du mouvement de scoutisme arménien Hay Ari.

Après de longs débats, le Comité international, sur l'insistance - entre autres - du Scoutisme français, envisage de retirer à l'association des scouts arméniens Hay Ari sa reconnaissance officielle. Pour ce faire, il est conseillé à Kourkène Medzadourian de dissoudre son mouvement et de se rapprocher du Scoutisme français pour discuter de la place de "ses" groupes au sein de la fédération française.

Ainsi, la fédération du Scoutisme français et l'association Hay Ari devaient trouver une solution pérenne à l'amiable. Grossière erreur stratégique ! Il est rapporté que le chef scout Kourkène Medzadourian - qui avait toujours été très pugnace - explosa littéralement à l'annonce de cette décision et se déclara "hors d'état" d'entreprendre de telles discussions "à l'amiable" avec le Scoutisme français...

Ainsi gràce à la combativité de Kourkène Medzadourian, lorsque le Comité international se réunit de nouveau en Suède le 19 juillet 1946, il fut décidé de ne rien entreprendre à l'encontre de l'association des scouts arméniens avant la fin du Jamboree et de la Conférence de 1947. Par la suite, les négociations entre le Scoutisme français et le mouvement Hay Ari traînèrent en longueur, sans beaucoup de volonté de part et d'autres de trouver une solution.

Le mouvement Hay Ari resta donc officiellement membre de l'OMMS de 1928 à 1997 et put représenter l'Arménie avec son drapeau tricolore (rouge, bleu, orange) alors que son siège se trouvait en France avec plus d'un millier de membres principalement français, mais aussi belges, roumains et argentins. Kourkène Medzadourian et son épouse Catherine seront pendant des dizaines d'années les ambassadeurs infatigables du scoutisme arménien en exil.

En 1978, le docteur Kourkène Medzadourian reçoit le Loup de bronze à Londres, la seule distinction décernée par le Comité mondial du scoutisme pour services exceptionnels rendus au mouvement scout.

De l'association Hay Ari en France à l'association Hask en Arménie

Dès la proclamation de la République indépendante d'Arménie en 1991, l'association Hay Ari émet le souhait que le scoutisme soit aussi vite que possible réintroduit sur le sol arménien. Elle a ainsi beaucoup aidé à la création du Mouvement scout national d'Arménie. En 1994, Hayastani Azgayin Scautakan Sharjum Kazmakerputiun, le « Mouvement scout national d'Arménie », voit le jour.

Dix ans plus tard, il comptait 2.368 membres, filles et garçons, partout sur le territoire de la République. L'association Hay Ari se retire de l'OMMS pour laisser sa place au Hask. L'adhésion a lieu le 18 avril 1997, le mouvement remplaçant ainsi les Hay Ari comme 144e organisation nationale reconnue par l'OMMS. Le nouveau mouvement scout national arménien est représenté au 18e Jamboree mondial aux Pays-Bas en 1995.

L’association des scouts arméniens Hay Ari est dissoute le 9 janvier 1998 (Journal officiel 5 - 1998, n° 2941).

Lien externe

Bibliographie

  • Les exilés de la paix, par Georges Medzadourian (Éditions Entente - (ISBN 2-7266-0003-4))

Voir aussi