A new ssl certificate is installed on the ScoutWiki's. Everyone can now connect to the ScoutWiki again securely..

Houlottes

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher
Logo des Houlottes
Bande d'épaule Maîtrise Nationale

Les Houlottes désignait l'équipe nationale Nature des Scouts de France.

Historique

L'équipe nature dite tribu des Houlottes (du nom d'une petite chouette) est née en 1934 à la suite d'une décision de la Scoutmaîtrise de Meaux.

  • Son patron est Saint François d'Assise
  • ses membres son appelés fanas (ou FANA = familiers de la nature)
  • le local est appelé Donjon
  • cri : Pit-huitt (sert de formule de politesse entre fanas)
  • le Scout-Mestre de la Troupe (Tribu) est Gilbert Anscieau
  • conseil : conseil des bois
  • but : diffuser au maximum le "microbe" (passion de la nature) chez les garçons Scouts de France

Après guerre, cette équipe s'adressera plus précisément aux Routiers au sens large du terme, c'est à dire aux aînés, chefs et commissaires intéressés par la "science des bois". Elle devient officiellement Maîtrise Nationale de l'Etude et de Découverte de la Nature en 1945


Lire l'article : Clan des Naturalistes

Formation

Si la formation (personnelle) a toujours été sanctionnée par 2 degrés, les conditions d'obtention de ces degrés ont changées au cours de son histoire. Voici 2 exemples significatifs :

Premier Degré

Écorce n°3 Pâques 1945

  • Le carnet d’observation (avoir constitué…)

La condition du lieu déterminé pourra être adaptée pour le routier habitant la grande ville, pour qui on admettra, sur justifications, des observations faites en des lieux divers. Il est indispensable, par contre, que les observations soient personnelles, régulières et suffisamment fréquentes.

On jugera ce carnet d’observations plus par l’esprit de découverte, par la faculté de « s’étonner » que par le tableau de chasse encyclopédique qui toutes proportions gardées, reste facile à établir pour peu qu’on ait à sa disposition un spécialiste (ou une bibliothèque !). Il témoignera de l’intérêt que le Routier porte à la nature et de sa persévérance.

Bien entendu, le carnet d’observations sera adressé à la Maîtrise Provinciale (à défaut à la Maîtrise Nationale) ; il sera retourné aussi rapidement que possible.

  • le camp Nature

Il implique que le candidat a su et voulu réserver dans son emploi du temps les quelques jours qui permettent la prise de contact intime avec la création, par suite, la mise au point en vue de l’action future.

Un compte rendu de ce camp sera adressé au jury, accompagné, s’il y a lieu, de l’appréciation du chef, titulaire du 2ème degré du brevet, qui a dirigé le camp. Actuellement, celui-ci peut d’ailleurs s’effectuer solitairement ou en toutes petites équipes de débutants.

Pour établir ce compte-rendu, on s’inspirera des indications suivantes. S’il peut être assez succinct quant aux détails d’exécution, il fera nettement ressortir :

  • Préparation : objectif précis proposé suivant ressources du lieu (flore, faune, météo, etc…) ; documents et spécialistes consultés.
  • Résultats : découvertes (connaissances, identifications ; et surtout : questions posées, problèmes à résoudre, nouvelles pistes ouvertes) ; réflexions (comment progresser sur telle piste nouvelle : oiseaux, cultures, etc… comment améliorer le rendement d’un camp futur, pour soi-même, pour des débutants qu’on aurait à diriger). En résumé, orientation vers les objectifs proposés par le 2e degré.

Deuxième degré

S’il suppose un niveau technique supérieur à celui du premier degré, il exige avant tout une orientation des activités du Routier vers le service. Il ne s’agit pas pour lui de « faire de l’art pour l’art », de limiter son enthousiasme à la petite équipe sympathique avec laquelle il travaille depuis des mois, mais de rayonner autour de lui (unités, camps-écoles, etc…)

Écorce du 25 décembre 1944 :

Avoir mérité le brevet du 1er degré et satisfaire aux conditions suivantes :

  • Avoir des connaissances sommaires, mais précises, confirmées et précisées par observation directe sur les grandes réalités suivantes. Justifier de son travail par des notes, croquis, photographies.
    • Quelques phénomènes essentiels : pluie, neige, grêle, gel, rosée, brouillard, vent, nuages. Connaître les principaux types de temps, les phases d’un système nuageux. Avoir suivi l’évolution du temps et contrôlé les prévisions météorologiques (données par le bulletin quotidien du « temps » ou de la TSF) pendant 3 mois (observation notées au fur et à mesure).
    • La succession et les caractéristiques des quatre saisons. On y comprendra le ciel des saisons, qui suppose la connaissance du mouvement apparent du ciel.

Avoir noté la vie et les transformations de la nature dans sa région pendant une saison.

    • L’eau courante (rivières et fleuves) et l’eau morte (étangs et marais). Le rôle des fleuves, rivières, sources. La nécessité et la façon d’en assurer la pureté. La mer.
    • La terre. Connaître les grandes étapes de l’évolution géologique, les principaux phénomènes de la formation du relief, plus particulièrement dans sa Province.

Savoir reconnaître sur le terrain les principaux sols de sa Province.

    • La forêt. Les arbres caractéristiques de la France. Leur utilisation pour le chauffage, l’outillage, le meuble, la construction… ; le déboisement et le reboisement ; la protection des forêts.

Savoir reconnaître sans hésitation, à la silhouette, au bois, à la feuille, les espèces courantes dans sa région.

    • Les animaux sauvages. Utiles et nuisibles. La protection des animaux utiles et des oiseaux en particulier.

Avoir observé personnellement et noté sur son carnet d’observations les caractéristiques et les mœurs d’une espèce déterminée (domestique ou sauvage – quadrupèdes ou oiseaux).

    • Les plantes. Les plantes médicinales les plus abondantes ; les plantes alimentaires sauvages ; les plantes nuisibles. Les principales cultures de la région ; connaître la succession des travaux agricoles dans la région.
  • Avoir établi la carte botanique et zoologique de son terroir.
  • Avoir repéré les spécialistes ou les organismes de sa région susceptibles de vous apprendre à observer personnellement les arbres de la forêt, les animaux domestiques et sauvages, les oiseaux, le ciel (météorologie et astronomie), les eaux, et les poissons, les cailloux et les fossiles, l’homme et la terre.
  • Avoir établi un programme d’activité et de jeux destinés à initier un clan, une troupe ou une meute, ou un groupe de l’AC aux choses de la nature et à leur donner le goût de l’observation ; et avoir aidé à la réaliser pendant six mois.

OU

S’être mis à la disposition et avoir rendu effectivement des services à un organisme d’intérêt général, tel que l’Office National Météorologique, la Ligue de Protection des Oiseaux, le Service de Protection des Muséum, les divers services du Ministère de l’Agriculture, les écoles d’agriculture, centres d’apprentissage agricole, syndicats agricoles.

OU

Avoir participé comme instructeur à un camp de spécialité « nature » ou à un camp-école.

Insigne

Tous les membres de la Tribu portent le foulard noir (foulard carré – tobalco noir de 90cm) avec l’écusson tissé de la Houlotte cousu sur la pointe (un peu en retrait de la pointe). L’écusson est entouré d’un liseré blanc pour les titulaires du 1re degré et d’un liseré Or pour le 2me degré.

Foulard de la Tribu des Houlottes


Écorce n°24 mars-avril 1953

Revue

Les Écorces des Houlottes, commune avec l'équipe naturaliste Guides de France des Calandrelles.