Ouvrir le menu principal

À Lille et Lomme, dans le nord de la France, se créent après la 2nde guerre mondiale des groupes appliquant la méthode scoute sur initiative directe des municipalités socialistes et avec l'appui financier de celles-ci. On parle alors de Scoutisme municipal car dépendant du service municipale des sports.

Un premier essai avait eu lieu à Lille en 1939 avec Maurice Turpin ancien CT des Éclaireurs de France et ancien assistant du Père Sevin.

« Le 26 mars 1939, la promesse de 36 scouts est reçue dans la salle Jean Jaurès de la mairie, sous la présidence du maire, président d’honneur des scouts municipaux, et en présence du conseil municipal. [...] En juin 1939, la société municipale de scoutisme compte 91 membres dont 43 ont moins de 13 ans. Elle forme la haie d’honneur lors de la visite du président de la République à Lille le 4 juin 1939  »

J.J Gauthé, 2011 : 1.
Affiche annonçant les promesse de la troupe de scoutisme municipal

En 1944, l'unité est relancée par la mairie.

D'esprit populaire, s'opposant aux Éclaireurs de France réputés "bourgeois" mais aussi et surtout aux Scouts de France marqués par le "cléricalisme", ce scoutisme municipal ne se diffusa guère au delà du Nord. Voici un texte de 1947[réf. nécessaire] en réponse à une démarche des Éclaireurs de France :

« Les EDF n’ont pas une ligne de conduite nette. Ils épousent les opinions du moment (exemple du gouvernement Pétain). Notre mouvement qui est d’essence ouvrière et laïque doit en gardant son autonomie et son nom, prendre la tête d’un vaste rassemblement et provoquer autour de lui l’unité des mouvements laïques. »

Avec le changement de couleur de la municipalité, et à partir de 1957, le scoutisme municipal se fondit progressivement dans le mouvement des Éclaireurs de France. Les deux mairies continuèrent cependant à aider "leurs" éclaireurs".

Sources

  • Revue Kim, n° 12 de décembre 1982