Différences entre versions de « Résolutions d'Auvillars »

De Scoutopedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
m (Catégorie ébauche)
m
 
(3 versions intermédiaires par 2 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
{{ébauche|histoire}}
 
{{ébauche|histoire}}
Les [[10 septembre|10]] et [[11 septembre]] [[1940]], les commissaires nationaux et régionaux des [[Éclaireuses et Éclaireurs de France|Éclaireurs de France]] se réunisssent à Auvillars (Cote d'Or). Ils établissent la nécessité d'un "idéal spirituel ou religieux" et prévoient un moment journalier d'élévation morale. Par ailleurs, la transformation de la fédération en association est décidée.
+
Les [[10 septembre|10]] et [[11 septembre]] [[1940]], les commissaires nationaux et régionaux des [[Éclaireurs de France]] se réunisssent à '''Auvillars''' (Cote d'Or). Ils établissent la nécessité d'un "idéal spirituel ou religieux" et prévoient un moment journalier d'élévation morale. Par ailleurs, la transformation de la fédération en association est décidée.
   
 
Dans le contexte de l'époque, ces résolutions annoncent la [[Charte de l'Oradou]].
 
Dans le contexte de l'époque, ces résolutions annoncent la [[Charte de l'Oradou]].
   
 
{{Citation|Il n'est pas de scoutisme sans idéalisme. Ne sont EDF que ceux qui se montrent attachés à un idéal spirituel ou religieux.
 
Le chef se fait un devoir de respecter chez ses garçons les sentiments religieux ou les tendances idéalistes; il facilite leur plein épanouissement.
 
Au cours de toute sortie ou journée de camp, le chef prévoit un moment d'élévation morale ; il se garde de tout prosélytisme mais, s'adressant à tous, il invite chaque éclaireur à mettre ses forces spirituelles personnelles au service de notre loi et de notre promesse.|Extrait des '''Résolutions d'Auvillars'''.}}
   
Extrait:
 
   
 
Après guerre, les "[[Résolutions d'Angoulême]]" marquent un nouveau tournant des [[Éclaireurs de France|EDF]].
"Il n'est pas de scoutisme sans idéalisme. Ne sont E.D.F. que ceux qui se montrent attachés à un idéal spirituel ou religieux.
 
 
Le chef se fait un devoir de respecter chez ses garçons les sentiments religieux ou les tendances idéalistes; il facilite leur plein épanouissement.
 
 
Au cours de toute sortie ou journée de camp, le chef prévoit un moment d'élévation morale ; il se garde de tout prosélytisme mais, s'adressant à tous, il invite chaque éclaireur à mettre ses forces spirituelles personnelles au service de notre loi et de notre promesse."
 
   
Après guerre, les "Résolutions d'Angoulême" marquent un nouveau tournant des [[EDF]].
 
   
 
{{portail histoire}}
 
{{portail histoire}}
   
[[Catégorie:Histoire]]
+
[[Catégorie:Histoire du scoutisme en France]]
[[Catégorie:Éclaireuses et éclaireurs de France]]
+
[[Catégorie:Éclaireurs de France]]

Version actuelle datée du 5 février 2012 à 18:45

Les 10 et 11 septembre 1940, les commissaires nationaux et régionaux des Éclaireurs de France se réunisssent à Auvillars (Cote d'Or). Ils établissent la nécessité d'un "idéal spirituel ou religieux" et prévoient un moment journalier d'élévation morale. Par ailleurs, la transformation de la fédération en association est décidée.

Dans le contexte de l'époque, ces résolutions annoncent la Charte de l'Oradou.

« Il n'est pas de scoutisme sans idéalisme. Ne sont EDF que ceux qui se montrent attachés à un idéal spirituel ou religieux. Le chef se fait un devoir de respecter chez ses garçons les sentiments religieux ou les tendances idéalistes; il facilite leur plein épanouissement. Au cours de toute sortie ou journée de camp, le chef prévoit un moment d'élévation morale ; il se garde de tout prosélytisme mais, s'adressant à tous, il invite chaque éclaireur à mettre ses forces spirituelles personnelles au service de notre loi et de notre promesse. »

Extrait des Résolutions d'Auvillars.


Après guerre, les "Résolutions d'Angoulême" marquent un nouveau tournant des EDF.