Ouvrir le menu principal

Scoutopedia β

Lucien Fayman

Lucien Fayman (z"l) était un ancien responsable des éclaireuses et éclaireurs israélites de France, (totémisé Hibou tenace). Il a exercé des responsabilités très diverses dans ce mouvement, notamment comme commissaire national éclaireurs, commissaire général et président. Le clan routiers qu'il avait créé reste un exemple pour la Route EI. Il a reçu le Lion de Bronze en 2005 pour toutes ces années passées au service des EEIF.

Lucien au Conseil national de La Chapelle-en-Serval (1946).

Parcours scout

  • Né en 1916 à Paris, il entre dans le mouvement scout à Toulouse en 1927 dans la troupe EDF Bernuy.
  • Totémisé « Hibou tenace » en 1930, lors d'un camp de Pâques à Auch.
  • Nommé Chef de troupe adjoint à la 2e Toulouse EDF en 1932.
  • De 1936 à 1938, il fait son service militaire dans les transmissions au 28ème Génie à Montpellier.
  • Membre de l’Équipe de Course du 16e Chasseurs-Alpins, champion de France militaires
  • Rappelé en Service « disponible » en 1939, il est intégré dans le corps expéditionnaire du Levant et passe l’année en Syrie et au Liban.
  • Démobilisé en décembre 1940.
  • Entre aux EIF récemment créés à Toulouse en janvier 1941.
  • En Juillet 1942, obtient son brevet de Chef au Camp-École de Cappy.
  • Courant 1942, le mouvement EIF est interdit par le gouvernement de Vichy et crée la « Sixième », filière clandestine de « planquage » d’enfants juifs.
  • Lucien dirige alors la région Midi-Pyrénées.
  • Entre 1942 et 1943, les deux activités principales sont la recherche de lieux d’hébergement (planques) susceptibles d'accueillir et de cacher des enfants juifs auprès de la hiérarchie catholique, des églises protestantes, des couvents, ..., et la création de faux-papiers pour les changements d’état-civil des enfants cachés.


Résistance et déportation

  • Au Printemps 1942, Lucien crée à Toulouse une antenne du réseau de résistance britannique Buckmaster qui organise les parachutages, le stockage de matériel (armes, explosifs, ...)
  • En mars 1943, le réseau est chargé par Londres de la destruction de la Poudrerie de Toulouse et de l’ensemble O.N.I.A. (Office National et Industriel de l’Azote, connu aujourd’hui sous le nom d’AZF).
  • Malheureusement, un agent de l’Abwehr (contre-espionnage allemand) s’est infiltré dans le réseau et fera arrêter 17 personnes par la Gestapo le 12 avril 1943.
  • Lucien sera emprisonné à Toulouse, Fresnes et Compiègne avant d’être déporté à Buchenwald, Dora et Bergen-Belsen en Janvier 1944.
  • Il sera libéré le 5 avril 1945.


Les années de reconstruction

  • Lucien participe en été 1945 au Camp du Chant Nouveau à Chambon-sur-Lignon où il dirige le camp de Chefs de Patrouilles.
  • En 1946, il participe au Conseil National à La Chapelle en Serval (où il rencontre Yvette Calamaro qui deviendra sa femme).
  • La même année, il est nommé Commissaire National de la Branche Éclaireurs.
  • Été 1947, il participe au Jamboree de la Paix à Moisson en tant que membre du QG du Chef Scout, Président de la fédération du Scoutisme français, le général Lafont.
  • Été 1948, au Conseil National à la Napoule, il quitte ses fonctions de Commissaire National Éclaireurs pour raisons professionnelles.
  • En 1954, il crée un Clan Routiers à Paris avec comme activités principales des camps itinérants et la pratique de la varappe.
  • En 1955, Lucien Fayman devient Commissaire Général du Mouvement.
  • En 1959, il est élu Président de l’association.
  • Lucien quittera ses fonctions en 1963 mais restera très présent dans l’environnement EI.


Ses trois enfants (Sonia, Michel et Nicole) ont à leur tour été aux EI; son fils Michel sera Commissaire National Éclaireurs dans les années 1970.

Liens externes