The wikis have been moved to another server on 26 January 2021. If you see any problems, please let us know as soon as possible and we will try to solve them.

Différences entre versions de « Louis Lachenal »

De Scoutopedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
m (a renommé Lachenal en Louis Lachenal: Il s'appellait pas Just Lachenal pourtant :-p)
(infobox)
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
{{ébauche|personnalité|image}}
Louis Lachenal (1921-1955) est un alpiniste français, premier vainqueur, en 1950, de l'un des sommets de plus de huit mille mètres du monde : l'Annapurna.
 
  +
{{Infobox personnalité
  +
|naissance = [[17 juillet]] [[1921]]
  +
|décès = [[25 novembre]] [[1955]]
  +
|image =
  +
|largeur =
  +
|légende =
  +
|description =
  +
|type = Loup de bronze
  +
|mouvement =
  +
|pays =
  +
}}
   
 
'''Louis Lachenal''' ([[1921]]-[[1955]]) est un alpiniste français, premier vainqueur en [[1950]], de l'un des sommets de plus de huit mille mètres du monde : l'Annapurna.
Louis Lachenal est né à Annecy (Haute-Savoie) le 17 juillet 1921. Scout puis CP à la 1ère Annecy, il effectue ses premières escalades sur le rocher du Biclope en 1934. En 1941, il devient membre de l'organisation Jeunesse et Montagne. En 1942, il est porteur breveté du Club alpin français. Il est alors engagé comme instructeur alpin et moniteur de ski au centre des Contamines-Montjoie. Il se marie à l’automne. Il aura deux enfants.
 
   
  +
Louis Lachenal est né à Annecy (Haute-Savoie) le [[17 juillet]] [[1921]]. Scout puis [[CP]] à la 1ère Annecy, il effectue ses premières escalades sur le rocher du Biclope en [[1934]].
En 1945, il rencontre Lionel Terray et effectue sa première course avec lui : la face est du Moine. C'est avec lui qu'il effectue - entre autres - la quatrième ascension de l'éperon Walker en 1946, la seconde ascension de l'Eigerwand en 1947.
 
 
En [[1941]], il devient membre de l'organisation Jeunesse et Montagne. Puis [[1942]], il est porteur breveté du Club alpin français. Il est alors engagé comme instructeur alpin et moniteur de ski au centre des Contamines-Montjoie. Il se marie à l’automne. Il aura deux enfants.
   
 
En [[1945]], il rencontre Lionel Terray et effectue sa première course avec lui : la face est du Moine. C'est avec lui qu'il effectue - entre autres - la quatrième ascension de l'éperon Walker en [[1946]], la seconde ascension de l'Eigerwand en [[1947]].
Le 3 juin 1950, à l'Annapurna, il fait partie avec Maurice Herzog de la première cordée au monde sur un sommet de plus de huit mille mètres. Cette victoire est aussi celle d'une équipe : Gaston Rébuffat et Lionel Terray, Jean Couzy, Marcel Schatz, le Dr Jacques Oudot, et le cinéaste Marcel Ichac. À la suite de cette expédition, il a les pieds gelés et est amputé.
 
   
 
Le [[3 juin]] [[1950]], à l'Annapurna, il fait partie avec Maurice Herzog de la première cordée au monde sur un sommet de plus de huit mille mètres. Cette victoire est aussi celle d'une équipe : Gaston Rébuffat et Lionel Terray, Jean Couzy, Marcel Schatz, le Dr Jacques Oudot, et le cinéaste Marcel Ichac. À la suite de cette expédition, il a les pieds gelés et est amputé.
Il meurt le 25 novembre 1955, au cours d'une descente à ski de la Vallée blanche, à Chamonix.
 
  +
 
Il meurt le [[25 novembre]] [[1955]], au cours d'une descente à ski de la Vallée blanche, à Chamonix.
   
 
Il laisse son nom à un couloir de ski hors piste à La Flégère à Chamonix, ainsi qu'à deux pointes rocheuses mineures situées près du lieu de sa mort. Louis Lachenal a donné son nom à un lycée polyvalent situé à Argonay, dans la banlieue d'Annecy (Haute-Savoie), et à un collège dans la ville Saint-Laurent-de-Mure (sud-est de Lyon.
 
Il laisse son nom à un couloir de ski hors piste à La Flégère à Chamonix, ainsi qu'à deux pointes rocheuses mineures situées près du lieu de sa mort. Louis Lachenal a donné son nom à un lycée polyvalent situé à Argonay, dans la banlieue d'Annecy (Haute-Savoie), et à un collège dans la ville Saint-Laurent-de-Mure (sud-est de Lyon.
   
Bibliographie.
+
== Bibliographie ==
 
* Carnets du vertige : éditée initialement en [[1956]] à partir de notes de Louis Lachenal mises en forme par Gérard Herzog.
  +
   
  +
{{portail personnalités}}
Carnets du vertige : éditée initialement en 1956 à partir de notes de Louis Lachenal mises en forme par Gérard Herzog.
 

Version du 1 décembre 2008 à 23:57

Louis Lachenal
Pas d'image pour cette personne pour le moment

17 juillet 1921 · 25 novembre 1955

Personnalité décorée du loup de bronze

Loup de bronze.

Louis Lachenal (1921-1955) est un alpiniste français, premier vainqueur en 1950, de l'un des sommets de plus de huit mille mètres du monde : l'Annapurna.

Louis Lachenal est né à Annecy (Haute-Savoie) le 17 juillet 1921. Scout puis CP à la 1ère Annecy, il effectue ses premières escalades sur le rocher du Biclope en 1934. En 1941, il devient membre de l'organisation Jeunesse et Montagne. Puis 1942, il est porteur breveté du Club alpin français. Il est alors engagé comme instructeur alpin et moniteur de ski au centre des Contamines-Montjoie. Il se marie à l’automne. Il aura deux enfants.

En 1945, il rencontre Lionel Terray et effectue sa première course avec lui : la face est du Moine. C'est avec lui qu'il effectue - entre autres - la quatrième ascension de l'éperon Walker en 1946, la seconde ascension de l'Eigerwand en 1947.

Le 3 juin 1950, à l'Annapurna, il fait partie avec Maurice Herzog de la première cordée au monde sur un sommet de plus de huit mille mètres. Cette victoire est aussi celle d'une équipe : Gaston Rébuffat et Lionel Terray, Jean Couzy, Marcel Schatz, le Dr Jacques Oudot, et le cinéaste Marcel Ichac. À la suite de cette expédition, il a les pieds gelés et est amputé.

Il meurt le 25 novembre 1955, au cours d'une descente à ski de la Vallée blanche, à Chamonix.

Il laisse son nom à un couloir de ski hors piste à La Flégère à Chamonix, ainsi qu'à deux pointes rocheuses mineures situées près du lieu de sa mort. Louis Lachenal a donné son nom à un lycée polyvalent situé à Argonay, dans la banlieue d'Annecy (Haute-Savoie), et à un collège dans la ville Saint-Laurent-de-Mure (sud-est de Lyon.

Bibliographie

  • Carnets du vertige : éditée initialement en 1956 à partir de notes de Louis Lachenal mises en forme par Gérard Herzog.