Welcome to the ScoutWiki Network

Groupe AGSE 3e montagne Chambéry - Saint François de Sales : Différence entre versions

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher
m
Ligne 25 : Ligne 25 :
 
|région = Rhône-Alpes
 
|région = Rhône-Alpes
 
}}
 
}}
Crée en [[1985]], le '''Groupe Saint François de Sales''', comprenant la '''Troupe Montagne 3{{e}} Chambéry''', affilié à l'[[Association des guides et scouts d'Europe]] est situé à Chambéry. Les couleurs du foulards sont ''bleu bordé de blanc''.
+
Créé en [[1985]], le '''Groupe Saint François de Sales''', comprenant la '''Troupe Montagne 3{{e}} Chambéry''', affilié à l'[[Association des guides et scouts d'Europe]] est situé à Chambéry. Les couleurs du foulards sont ''bleu bordé de blanc''.
  
 
==Composition de la Troupe Montagne==
 
==Composition de la Troupe Montagne==

Version du 5 juin 2015 à 12:00


Saint François de Sales
Groupe AGSE 3e montagne Chambéry - Saint François de Sales

Icon boy scout.svg

Groupe masculin

Fondation : Septembre 1985
Fondateurs : Bruno M.
Fermeture : {{{fermeture}}}
Chef(s) actuel(s) : Gabriel F.
Coordonnées
Adresse : Chambéry
Téléphone :
E-mail :
3e.chambery@gmail.com
Site web :
https://sites.google.com/site/3echambery/
Unités
  • Meute
  • Troupe Montagne
  • Clan

45° 40' 8", 6° 1' 53"



Créé en 1985, le Groupe Saint François de Sales, comprenant la Troupe Montagne 3e Chambéry, affilié à l'Association des guides et scouts d'Europe est situé à Chambéry. Les couleurs du foulards sont bleu bordé de blanc.

Composition de la Troupe Montagne

La troupe de la 3e Chambéry est une troupe Montagne depuis Juillet 2002, elle est actuellement composée de :

  • Cordée de l'Aigle (patrouille Cime en 2013)
  • Cordée du Loup (patrouille Cime en 2009 et 2013)
  • Cordée de l'Izard (patrouille Cime en 2012)
  • Cordée du Lynx
  • Cordée de "l'Ours"
  • Haute-Cordée : Gypaète

Les Camps

Le Groupe

Créé en 1985 à partir de deux patrouilles issue de la 1re Chambéry, le groupe « Saint François de Sales » a vu sa troupe se spécialiser progressivement dans la montagne et devenir officiellement troupe montagne en 2002. La montagne est le terrain de prédilection « des forts et des purs » car elle est exigeante aussi bien sur la plan physique que sur le plan moral.

Cette spécificité permet aux éclaireurs de dépasser leurs limites et d'oser aller toujours plus loin malgré le découragement, l'hostilité de l'environnement, l'envie d'abandonner devant la difficulté, la peur de l'inconnu.

C'est le développement de l'esprit de cordée. C'est l'esprit de solidarité vécu au plus haut degré, c'est l'engagement complet de chacun pour tous.

Toute activité montagne est soumise à l'approbation de l'équipe nationale « Bouquetin », composée de professionnels de la montagne.

Un reportage réalisé sur le camp de la troupe en février 2011 pour l'édition Alpes du 19/20 de France 3 est disponible ici : [1]

Maintenant, qu'est-ce qu'un évêque savoyard du XVIIe siècle, mort 300 ans avant Baden-Powell, peut bien apporter à la 3e Chambéry ? François de Sales (1567-1622) est saint, il a été évêque de Genève, résidant à Annecy. C’est bien, mais en quoi peut-il accompagner des scouts sur leur chemin ?

Saint François de Sales

1er enseignement : Vivre sa vie à fond, par amour.

L’idée centrale de saint François de Sales est que tout le monde peut avoir une relation d’amitié avec Dieu. Contrairement à ce que l’on pensait souvent à son époque, la vie des moines n’est pas le seul modèle à suivre pour être saint. On peut entretenir une relation très forte avec Dieu (que François appelle la dévotion) en vivant sa vie dans la société, là où on est, à l’école, en patrouille, en famille…

« La dévotion doit être différemment exercée par le [noble], par l’artisan, par le valet, par le prince, par la veuve, par la fille, par la mariée; et non seulement cela, mais il faut accommoder la pratique de la dévotion aux forces, aux affaires et aux devoirs de chaque [personne]. »

Introduction à la vie dévote, I, 3, citée dans Spiritualité pour tous[1], p. 19.

Ce que tu peux faire pour Dieu prend des formes différentes selon ton âge, ton métier, tes talents et tes engagements dans la vie. Tu peux donc, en pratiquant le scoutisme, trouver un chemin vers Dieu. Mais attention, ce qui compte n’est pas de faire de grandes choses ni d’en faire beaucoup, c’est de les faire avec amour :

« Ce n’est pas par la grandeur de nos actions que nous plaisons à Dieu, mais par l’amour avec lequel nous les faisons…. C’est l’amour qui donne la perfection et le prix à nos [actes]. Je vous dis bien plus : voilà une personne qui souffre le martyre avec une once d’amour, elle mérite beaucoup, car on ne saurait donner [plus] que sa vie ; mais une autre personne qui ne souffrira qu’une chiquenaude avec deux onces d’amour aura beaucoup plus de mérite, parce que c’est la charité et l’amour qui donnent le prix à tout. »

Entretiens Spirituels, cités dans Spiritualité pour tous[1], p. 44.

En pratique, François de Sales t’invite à vivre à fond le mode de vie scout que tu as choisi en entrant à la 3e Chambéry, afin d’y rencontrer Dieu. Cela implique un certain nombre de compétences à maitriser au mieux de tes possibilités, car «le scout ne fait rien à moitié» (Loi scoute). Cependant, le plus important n’est pas de réussir des «install mytho» ou de connaître parfaitement toutes les techniques de transmission, mais la manière dont tu le fais. Imaginons que tu es un scout très expérimenté, mais que cela te conduit à te moquer de ceux qui réussissent moins bien dans la troupe et la meute, ou de ceux qui ne sont pas scouts (qui osera dire que ça ne lui est jamais arrivé ?). Dans ce cas, tes excellentes compétences te servent à faire le malin, mais il y a peu d’amour. Selon saint François de Sales, elles ne valent donc pas grand-chose. A l’inverse, ton habileté technique te donne le pouvoir d’aider et encourager ceux qui sont moins compétents, en commençant par les féliciter pour ce qu’ils savent déjà faire, même s’ils sont débutants ou peu doués. Un compliment de ta part a beaucoup de valeur, puisque tu es expérimenté… Le temps que tu passes à soutenir les autres n’est pas consacré à faire des choses, mais il y a de l’amour. Tu donnes donc une grande valeur à tes compétences.

Si tu parviens à te conduire ainsi, alors non seulement tu seras un vrai héritier de François de Sales, mais tu accompliras (et avec quelle grandeur !) un des aspects du chant de la promesse : «Je veux aider les autres, pour Ton amour.» Voilà un inépuisable sujet pour des discussions constructives avec l’aumônier et les chefs…


2nd enseignement : exemplarité et douceur.

Quel Chef de Cordée n’a jamais râlé contre ses patrouillards qui ne savent pas faire ceci ou bien qui traînent et n’ont pas toujours bon esprit ? Saint François de Sales nous apprend que le meilleur moyen de se comporter dans ce cas est l’exemplarité et la douceur.

« Tenez la méthode que je vous ai dite, de commencer par l’exemple ; et bien qu’il vous semblera profiter peu au commencement, ayez néanmoins de la patience, et vous verrez ce que Dieu fera. Je vous recommande surtout la douceur qui gagne les cœurs et les âmes. »

Lettre à Mme Bourgeois, citée dans Spiritualité pour tous[1], p. 111.

François recommande à cette supérieure d’un couvent de commencer par pratiquer ce qu’elle veut obtenir de ses religieuses. Tu veux une cordée sympa et dynamique ? Sois sympa et dynamique. Que tu sois Chef de Cordée ou simple «patte tendre» de la meute, ta contribution à l’esprit du groupe est essentielle et tu dois être un exemple pour les autres. Évidemment, tous attendent de plus grands actes de la part des plus âgés, mais chacun doit faire des efforts. Il faudra sans doute du temps pour que tous suivent ton (bon) exemple, mais ça viendra.

Chef ou second de Cordée, selon saint François de Sales, le meilleur moyen de reprendre tes patrouillards n’est pas de crier ou de les humilier.

« Faites toujours vos corrections avec le cœur et les paroles douces, et reprenant les défauts, faites qu’en votre cœur vous excusiez la défaillance, amoindrissant la faute ; car ainsi, les avertissements font meilleur [effet]. »

Lettre à Ste Jeanne de Chantal, citée dans Spiritualité pour tous[1], p. 110.

Tu peux, par exemple, prendre l’un à part pour lui parler avec douceur (ce qui n’interdit pas d’être exigeant) et lui dire que tu n’es pas d’accord avec son comportement qui ne correspond pas à l’esprit scout. Mais n’oublie pas non plus de le féliciter devant tous quand il fait bien. Souviens-toi comme tu étais fier et heureux et combien tu avais envie de progresser encore quand ton chef disait du bien de toi… Si tu pratiques cela, non seulement tu seras un vrai héritier de S. François de Sales, mais tu seras très proche du plus grand des saints que François a inspirés, saint Jean Bosco, prêtre de Turin qui s’est occupé des jeunes en difficulté dans sa ville. Je te recommande d’ailleurs de lire la vie de Jean Bosco (elle existe en BD, par Jijé). Même si on y parle peu de François de Sales, c’est sa pensée mise en actes.



Notes et références


  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 Père Claude Roffat, Saint François de Sales, une Spiritualité pour tous, Paris, centurion, 1980 (Fontaine vive). Abrégé Spiritualité pour tous.