The ScoutWiki Network server was upgraded on November 20th, 2019. The maintenance is now over. Please inform us in Slack or via email support@scoutwiki.org if you encounter any unexpected errors – it's possible the upgrade has missed something. Thanks and happy scoutwiki'ng!

Edmond Fleg

De Scoutopedia
Révision datée du 9 septembre 2008 à 15:57 par Akela NDE (discussion | contributions) (Mise en forme)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Edmond Fleg
Pas d'image pour cette personne pour le moment

26 novembre 1874 · 15 octobre 1963

Écrivain

Écrivain.

Personnalité éclaireuses et éclaireurs israélites de France

Éclaireuses et éclaireurs israélites de France.

Personnalité française

France.

Edmond Flegenheimer, dit Edmond Fleg (né le 26 novembre 1874 à Genève et mort le 15 octobre 1963 à Paris) était un écrivain, penseur, romancier, essayiste et homme de théâtre français du XXe siècle, chantre du peuple juif, de sa culture et de ses traditions.

Sa notoriété d'écrivain juif français s'étendait bien au delà de la France et de l'Europe.

Sensibilisé par l'Affaire Dreyfus, Edmond Fleg (comme Théodore Herzl, André Spire et d'autres grands esprits) prit alors conscience de sa vocation juive à laquelle il demeura fidèle pour le restant de ses jours.

Issu d'une famille alsacienne venue s'installer à Genève après la guerre franco-allemande de 1870, Edmond Fleg a été imprégné, dans son enfance, de culture française peu teintée de judaïsme. Il compléta ses études à Paris où il s'établit définitivement avant la première guerre mondiale et, fidèle à une tradition familiale, il combattit en qualité de volontaire dans l'armée française.

Dans les années 1920, Edmond Fleg devient le président des Éclaireurs Israélites de France créé en 1923. Connu dans ce mouvement sous le nom de Chef-Fleg, il sera l'inspirateur et le conseiller de son jeune fondateur Robert Gamzon pendant de nombreuses années.


Une de ses oeuvres les plus marquantes écrite en 1928 est un acte de foi émouvant, bref et dense, qui porte le titre "Pourquoi je suis Juif" :

« Je suis juif, parce que, né d'Israël, et l'ayant perdu, je l'ai senti revivre en moi, plus vivant que moi-même. Je suis juif, parce que, né d'Israël, et l'ayant retrouvé, je veux qu'il vive après moi, plus vivant qu'en moi-même. Je suis juif, parce que la foi d'Israël n'exige de mon esprit aucune abdication. Je suis juif, parce que la foi d'Israël réclame de mon cœur toutes les abnégations. Je suis juif, parce qu'en tous lieux où pleure une souffrance, le juif pleure. Je suis juif parce qu'en tous temps où crie une désespérance, le juif espère. Je suis juif, parce que la parole d'Israël est la plus ancienne et la plus nouvelle. Je suis juif, parce que la promesse d'Israël est la promesse universelle. Je suis juif, parce que, pour Israël, le monde n'est pas achevé : les hommes l'achèvent. Je suis juif, parce que, pour Israël, l'Homme n'est pas créé : les hommes le créent. Je suis juif, parce qu'au-dessus des nations et d'Israël, Israël place l'Homme et son Unité. Je suis juif, parce qu'au-dessus de l'Homme, image de la divine Unité, Israël place l'Unité divine, et sa divinité. »


Il évoque son judaïsme dans un livre édifiant, dédicacé "à mon petit-fils qui n'est pas encore né". L'auteur explique avec force et clarté à son descendant éventuel, les raisons de sa propre fidélité au judaïsme. Hélas, l'interlocuteur supposé, l'héritier tant souhaité et déjà nanti d'un riche legs spirituel, n'a pas vu le jour, car les deux jeunes fils d'Edmond Fleg sont morts tragiquement en 1940, presque en même temps, l'un sur le front et l'autre à Paris.

Edmond Fleg est l'un des fondateurs en 1948 de l’Amitié judéo-chrétienne de France, avec, entre autre, Jules Isaac.

Il écrira :

« Que la jeunesse créatrice de l'Éternel habite chacun de vos instants, ... Que jamais ni dans les pratiques de la religion, ni dans celle de la famille ou de l'amitié, ni dans l'accomplissement de vos devoirs de citoyens ou d'hommes, ni dans le plus humble travail, ni dans le plus humble plaisir, les froids mécanismes de l'habitude n'éteignent en vous l'étincelle créatrice qu'y alluma le reflet de la divinité. »