Saint-Wladimir

De Scoutopedia
(Redirigé depuis Saint Wladimir)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Logo officiel des fêtes de la Saint Wladimir

Les fêtes de la Saint-Wladimir (ou « Saint-Wladimir ») sont un camp de Pâques inter-patrouilles de grande ampleur rassemblant plusieurs centaines d’éclaireurs du mouvement des Scouts Unitaires de France (SUF).

Les fêtes de la Saint-Wladimir ont été organisées en 1992, 1997, 2003, 2013 et 2020.

Le camp tout entier est plongé dans l’imaginaire de la Syldavie, monarchie souveraine créée par Hergé dans Tintin et le Sceptre d’Ottokar.

Ce camp, unique au sein du mouvement des Scouts Unitaires de France, permet aux éclaireurs de différentes provinces de vivre la Fraternité scoute à travers l’ensemble des activités d’un camp de Pâques (grand jeu, installations, olympiades, concours de cuisine, veillées, vie spirituelle forte…). La saine émulation créée par l’atmosphère de « grand jeu » donnée à l’ensemble du camp est l’occasion pour les patrouilles de partager leurs techniques de jeu, de froissartage, de veillée, etc.


Histoire

Un insigne de la Saint-Wladimir 1992

En 1992, à l’initiative de plusieurs troupes parisiennes, les fêtes de la Saint-Wladimir voient le jour et un premier camp est organisé à l’abbaye de Randol.

Insigne de la Saint-Wladimir 1997

En 1997, l’abbaye de Randol est territoire syldave. 60 patrouilles prennent part à l’aventure.

Insigne de la Saint-Wladimir 2003

En 2003, 495 éclaireurs sont présents le jour de la Saint-Wladimir. Le camp a de nouveau lieu à l’abbaye de Randol.

En 2007, le Centre National des Scouts unitaires de France demanda à certains membres du gouvernement de l’édition 2003 d’adapter ce jeu à l’occasion du rassemblement national célébrant les 100 ans du scoutisme à Chambord. Le succès fut au rendez-vous avec plus de 1 500 participants.

En 2013, les fêtes de la Saint-Wladimir ont réuni en Mayenne 634 scouts, chefs et routiers des provinces de l’Ouest et de Paris.

En 2020, de nouvelles fêtes de la Saint-Wladimir sont organisées. 78 patrouilles de 20 troupes de l'Ouest et de Paris sont inscrites et commencent à jouer (soit 638 éclaireurs, chefs, routiers et aumôniers au total). Malheureusement, l'épidémie mondiale du Covid-19 oblige les organisateurs à annuler l'évènement, quelques semaines avant le début du camp. En mai 2020, monsieur Ludovic du Bot, fondateur des fêtes de la Saint-Wladimir en 1991, rejoint la maison du Père.

Organisation

La Syldavie est dirigée par un gouvernement formé d’anciens chefs de troupe (CT) du mouvement des Scouts unitaires de France (SUF). Ce gouvernement, emmené par le Grand Chancelier (mestre de camp), fait vivre le Royaume par l’intermédiaire notamment du Pélican Noir, organe de presse officiel syldave.

Les éclaireurs campent en patrouille et de nouvelles unités, les bords, composées de quatre patrouilles d’horizons différents sont créées pour l’occasion.

Un royaume imaginaire, la Syldavie, reprend vie à l’occasion de la Saint-Wladimir. Le pays se dote alors d’un gouvernement, d’institutions, d’une monnaie (le khôr), d’un état-major, d’une langue (le syldave), et plus généralement d’un paysage économique, culturel et social riche et varié. Les pouvoirs politique, religieux et militaire s’organisent autour de la personne du roy et du Grand Chancelier (chef du gouvernement).

L’Ordre de Saint-Wladimir et du Pélican Noir (OSWPN) est la plus haute distinction du royaume et récompense les syldaves les plus méritants. Le grand maître de l’ordre est le Grand Chancelier. L’ordre comporte 4 grades : chevalier, officier, commandeur, grand-croix.

Le grand jeu des fêtes de la Saint-Wladimir débute dès la réception du premier numéro du Pélican Noir par les patrouilles. Il n’est pas rare que les services de renseignement de Syldavie utilisent le Pélican Noir afin de communiquer des messages secrets.

Les défis proposés dans le journal syldave permettent aux patrouilles d’engranger des points et de se préparer au camp. Ils permettent également aux Cours d‘Honneur des troupes (CDH) de mesurer la progression des éclaireurs.

Traditionnellement, le camp s’achève par le sacre du roy et le grand défilé de Klow durant lequel les Syldaves les plus méritants sont mis à l’honneur.

Imaginaire

La Syldavie est un petit état d'Europe orientale, compose de deux grandes vallées se rejoignant à Klow, la capitale. La Syldavie connut une histoire mouvementée, puisque qu'elle fut sous la domination turque et est désormais à dominante slave. Ce n'est que sous le règne d'Ottokar IV (1385 – 1465) que le pays se développa et fut unifié. Suite à une altercation avec un baron, le roy se défendit avec son sceptre. Depuis ce jour, pour garder son trône, le roy doit présenter son sceptre à la foule lors de la fête nationale, le jour de la Saint Wladimir. De cet évènement provient aussi la devise du pays : Eih bennek, eih blavek, soit ≪ qui s'y frotte s'y pique ≫.

Ce petit pays prospère est séparé en deux provinces, l’une Bordure, l’autre Gravite. Cette séparation est due à une ancienne dispute qu’eut le Roi Ottokar V de la dynastie Uskine, qui régnait sur la Syldavie, avec le Duc Alejhandër III de Solthëk en 1514. Ce Duc était très puissant et possédait la moitié du pays Syldave. Alors, le Roi n’eut d’autre choix que de séparer le pays en deux provinces. Avec les années, les deux peuples ont commencé eux aussi à se disputer, et malheur à celui qui pénétrait sur les terres qui n’étaient pas siennes. Le Duc avait en échange accepté l’autorité du Roi sur la globalité du pays, les deux peuples devaient donc respect au Roi de Syldavie, qu’il soit d’origines Bordure ou Gravite.

Muskar XII (1900-1953) fut menacé un temps de perdre son trône et l'indépendance du royaume, devant les menées de son puissant voisin, la Bordurie, et du traître, le colonel Jorgen, qui, pour faire annexer le pays à la Bordurie, tenta de profiter d'une faiblesse des traditions syldaves selon lesquelles le roi doit être vu, le jour de la fête nationale, tenant en main le sceptre d'Ottokar IV.

En 1992, bien des années plus tard, la dynastie Uskine s‛est éteinte avec le dernier Roi Cyril VII, resté sans postérité. Le pouvoir est passé légitimement dans les mains du Prince Cédric III, cousin de Cyril VII. C‛est l‛ascendance Gravitovitch, d‛origine Gravite, qui sied dorénavant sur le trône. Avec le temps les tensions entre les landgraves diminuèrent mais attention à celui qui confondait un Sirov avec un Mensk ou un Gravite (et vice versa NDLR).

En novembre 2002, le roi Cédric III, sans descendance, fut victime d‛un attentat déguisé en accident de cheval, à la fin d‛une chasse, qui lui coûta la vie. Conformément à la constitution c‛est le Grand Chancelier qui assura la régence jusqu'à la fin des Fêtes de la Saint-Wladimir. Si le jour de la Saint-Wladimir suivant la mort d’un souverain, un successeur n’était pas trouvé, alors, c’est le Grand Chancelier qui prendrait la régence. La mort de Cédric III réveilla de vieux démons parmi le peuple syldave et les tensions Bordure – Gravite s‛intensifièrent à nouveau. Un différent politique oppose alors le Grand Chancelier avec le duc Alejhandër VI de Solthëk, gouverneur de la province bordure. Finalement, les Fêtes de la Saint-Wladimir 2003 virent l‛accession au trône de Louis-Emmanuel 1er. C‛est unis et apaisés que Bordures et Gravites ont reconnu et acclamé Louis-Emmanuel 1er lors de son sacre dans la Cathédrale de Klow.

La Syldavie tente alors de se frayer un chemin dans le monde économique en poursuivant le programme de privatisations d‛entreprises publiques. Ce programme avait été lancé par Cédric III et son gouvernement peu avant son accident. Le gouvernement ayant très peu changé, les privatisations d‛entreprises publiques bénéfiques pour l‛économie syldave, continuèrent avec Louis-Emmanuel 1er.

En avril 2007, le Roy a été brièvement kidnappé par une poignée d’extrémistes bordures. Mais il a été relâché pour le centenaire du scoutisme – courtoisie oblige.

Roy depuis dix ans car il avait sauvé le sceptre d’un complot bordure en 2003, Louis-Emmanuel 1er organise les Fêtes de la Saint-Wladimir en 2013 pour commémorer cela. Au cours d'une chasse, Louis-Emmanuel 1er meurt. Sur son lit de mort, il écrit un testament confiant le pouvoir à son cousin Philippe. Mais le Chancelier aurait bien voulu récupérer le trône ; il veut donc mettre la main sur le parchemin, mais lorsqu'il ouvre la cachette habituelle, le papier a disparu. C'est un valet de chambre qui s'en est emparé et a fui. Philippe a entendu les rumeurs qui disaient qu'il avait été choisi par son cousin pour régner, malgré ses origines bordures, mais sans cette preuve irréfutable qu'est le testament, il ne peut prétendre à rien. Les partisans des deux personnages vont donc être sur le pied de guerre pour retrouver ce parchemin. D’autre part, il existe aussi une convention en Syldavie qui dit que si au douzième coup de minuit du jour de la Saint-Wladimir suivant la mort d'un souverain, un successeur n'est pas trouvé, alors, c'est le Chancelier qui prend la régence. Un successeur au trône peut être désigné par testament ou par possession du sceptre au soir de la Saint-Wladimir. D'où l'intérêt pour le Chancelier de détruire le sceptre, et de retrouver le testament au plus vite pour le détruire.

Rapidement, les partisans de Philippe (séparatistes bordures) se révoltent contre les partisans du Chancelier (nationalistes syldaves) pour prendre le pouvoir. Les pillages des réserves monétaires et les accrochages entre bandes rivales vont générer le chaos, menant à une inflation galopante et la faillite du système bancaire (l’argent est retiré du jeu). Alors que les deux camps s’affrontent, l’ordre des Chevalier du Pélican Noir (ordre qui a vocation de perpétuer la monarchie) dérobe le sceptre la veille du défilé de Klow, afin de le remettre à un syldave méritant suite à une sévère sélection. C’est ainsi que Yann 1er monte sur le trône en avril 2013.

Yann 1er règne avec droiture et justice depuis ce jour-là. Il est aimé de son peuple.

En 2013 également, le Frère Yves Combeau, O.P, est devenu archevêque de Klow dans des conditions canoniquement discutables.

Déployées à l’étranger aux côtés de leurs alliées françaises dans le cadre de la politique d’aide au développement syldave depuis le début de l’année 2019, les forces armées syldaves brillent sous le commandement d’un Etat-major expérimenté -celui-ci avait stabilisé le pays en proie à une guerre civile en 2013-. L’Etat-major relâche cependant la sécurité intérieure à laquelle peu de gradés sont affectés, préférant parader avec du matériel dernier cri dans les ciels étrangers…

Pendant ce temps, en proie à une crise sanitaire liée à l’exploitation du gaz de schiste, la Bordurie affaiblie propose de négocier un traité de libre-échange et de fluidification du trafic aux frontières. Les journaux bordures évoquent pourtant, toujours et encore, la Syldavie comme un « hémisphère Est » de la Bordurie… Répondant à ce geste amical visant à rapprocher les deux pays, le roy Yann se rend à Plexigrad le 25 novembre 2019 pour parlementer, seul-à-seul, avec le commandeur bordure. Sa Majesté et le commandeur bordure se sont longuement entretenus ; les deux hommes ont beaucoup à faire pour dégeler sept siècles de tensions entre voisins. Les Syldaves optimistes ont le cœur léger pendant ce temps de l’Avent 2019. Le pape François se rend en Syldavie en décembre 2019 où il est reçu par le Grand Chancelier.

En janvier 2020 le roy provoque un scandale en dépensant des millions de khôrs pour une chasse à l’éléphant, alors que les piteuses récoltes du début de l'année 2020 mettent les paysans dans une situation misérable -75% des actifs de ce beau pays-. L’opinion publique est choquée du comportement extravagant, et interpellée par les manières rustres du roy lors de visites officielles. Yann Ier est sommé de rendre des comptes publiquement.

Tanné par les équipes du PN, le roy exténué regagne son palais de campagne de Niedsdrow. Agacé par un journaliste, c’en est trop, le malheureux profère un juron… avec un fort accent de l’Ouest, ce qui n’éloigne pas les journalistes, bien au contraire… Le roy regagne ses appartements. En écoutant aux portes, un majordome surprend son maître s’exprimer en bordure: il est un traître à la couronne !

Le roy prend aussitôt la fuite dans le parc, mais se tue en tentant de quitter le palais. Ses empreintes digitales confirment qu’il s’agit d’un usurpateur. Yann avait un frère jumeau (99% de segments d’ADN en commun mais leurs empreintes digitales diffèrent), et tous deux ont été abandonnés à leur naissance par leurs parents pauvres. Voguant sur le fleuve Moltus, Yann échoue sur la rive syldave, son frère de l’autre côté de la frontière en Bordurie. Yann ignorait de ce fait l’existence de son frère jumeau et réciproquement. Ce n’est qu’après le couronnement de Yann en 2013 que les renseignements bordures remarquèrent par chance la ressemblance physique frappante de son frère jumeau, à l’époque laboureur. Ils le formèrent alors pour préparer un coup d’Etat imparable…

En février 2020, le trône est vacant, le sceptre a disparu, la Bordurie est sans doute en train de fourbir un nouveau coup d’état, et la fête nationale approche à grands pas. Les Syldaves doivent se mobiliser s’ils veulent sauver leur pays et retrouver leur roy.

Le Grand Chancelier Impeesa Szübel assure la régence du Royaume, investi des pleins pouvoirs. L’enquête pour retrouver le roy Yann et le sceptre ne semble pas avancer. Le défilé de Klow est pourtant bien maintenu. Le Grand Chancelier s’apprête donc à devenir roy, selon la constitution, en l’absence de sceptre et de roy. Les ministères de l’Intérieur et des Renseignements, s’activent sous la houlette du directeur de cabinet de la Chancellerie, Naklek øf Klerz, pour retrouver le sceptre avant qu’un Bordure ne puisse se l’approprier et le présenter lors du défilé de Klow afin de prétendre au trône.

En mars 2020, alors que les rues de Klow étaient déjà décorées pour le défilé, une épidémie mondiale oblige la Syldavie à fermer ses frontières et à reporter les festivités de la Saint-Wladimir. A ce jour, nul ne sait quand le défilé de Klow pourra de nouveau être organisé, ni si le sceptre et le roy ont été retrouvés.


Voir aussi



Scouts Unitaires de France Cet article fait partie de la série
Scouts Unitaires de France
Scouts Unitaires de France
Président : Benoît de Vergnette
Commissaire général : Pierre du Couëdic
Commissaire2 : (aucun)
Tranches d'âge : section féminine : jeannettesguidesguides aînées

section masculine : louveteauxéclaireursroutiers

Organes : {{{organes}}}
Évènements : Saint WladimirRassemblement national routierFeux de la ToussaintListe des événements SUF
Centres :
Publications : Magazine et revues : Jungle et ForêtWoodcraftPourquoi Pas ?Carnets de RouteRéflexion et Pédagogie

Carnets de progression : Passeport pour la jungleAzimutGuideCri de pat'

Calendriers

Histoire : Chronologie des SUFScouts de France
Associations adhérentes : {{{adhérents}}}
Personnalités : PrésidentsCommissaires GénérauxAumôniers générauxCommissaires nationauxAutres personnalités...
UniformeProjet éducatifPortail de progression