Saint Michel

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher

Saint Michel est devenu le prince des anges, après avoir chassé Satan révolté. Au sommet de la hiérarchie céleste, il est invoqué dans le combat contre les démons. Son nom (de l’hébreu Mickaël) signifie "Qui est comme Dieu", cri triomphant avec lequel il a chassé Lucifer.

Fêté principalement le 29 septembre, St Michel était un des patrons de la France de Charlemagne. Le Mont Saint-Michel est son plus beau sanctuaire. Il fait partie des voix qui apparurent à Sainte Jeanne d'Arc.

MontStMichel.jpg

Saint Michel dans la Bible


Wikipedia-logo.png Voir l'article Wikipédia : Michel (archange)


Culte et représentation

Représenté avec des ailes comme tous les anges, et souvent armé d'un glaive avec lequel il chasse le dragon (mais pas à cheval, à la différence de Saint Georges), Saint Michel est parfois aussi représenté avec la balance du jugement.

Saint Michel dans le scoutisme

Saints patrons des branches du scoutisme catholique
Saint François d'Assise
patron des louveteaux
Sainte Jeanne d'Arc
patronne des jeannettes
Saint Georges
patron de la branche verte
Saint Paul
patron de la route
Sainte Geneviève
patronne des guides-aînées

Assez peu connu, Saint Michel était pourtant le patron principal des Scouts de France, d'après leurs textes fondateurs (Saint Louis et Saint Georges étant leur patrons secondaires).

Le groupe créé par Louis Faure au Creusot en 1912 reçut le nom de Milice Saint-Michel lors de la célébration de son premier anniversaire[1].

De même l'un des groupes fondateurs des SDF portait le nom de Vaillants compagnons de Saint-Michel.

Le Père Paul Doncœur composa une Prière à Saint Michel, qui fut ensuite adapté par les parachutistes, dont il devint le patron. Ce patronage "de combat" convenant davantage à des clans d'aînés.

Groupes scouts placés sous son patronage

Saint Michel est encore le saint patron de différents groupes scouts :

Liens


Cet article peut aider à préparer certains badges.

Notes et références


  1. De la Milice Saint-Michel du Creusot, de Marie-France Faure, p. 109.