Welcome to the ScoutWiki Network

Roger Drapier

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher
Roger Drapier
Roger Drapier (à gauche) et Guy de Larigaudie (à droite) à bord de leur voiture mythique
Roger Drapier (à gauche) et Guy de Larigaudie (à droite) à bord de leur voiture mythique
? · ?

Personnalité scouts de France

Scouts de France.

Personnalité française

France.

Roger Drapier est un des deux Routiers de Légende, avec Guy de Larigaudie pour le raid Paris-Saïgon.

Il avait été jeune scout à Amiens, puis de 1936 à 1939 (sauf durant le raid) il avait été scoutmestre de la 27e Paris des Scouts de France.

Voici comment son compagnon le décrit :

« Il fallait d’abord trouver un compagnon solide pour cette course à travers tout un continent. Ce fut Roger Drapier, scout d’Amiens et SM. [de la] 27e Paris, troupe Saint-Philippe-du-Roule. Blond aux yeux bleus, silencieux, doux et technicien émérite, conducteur d’une étonnante virtuosité, cuisinier, infirmier et bricoleur, champion de natation, doué d’une force physique prodigieuse, d’humeur toujours égale, d’un calme imperturbable au milieu des pires catastrophes, il portera sur ses robustes épaules à peu près toute la partie technique de l'expédition. Il sera le partenaire idéal d’un bout à l’autre de notre longue route que nous parcourrons sans l’ombre même d'une discussion ! [...] Pendant que je cours du quai d’Orsay aux Colonies et d’ambassades en consulats, Roger révise la voiture et en fait la mise au point minutieuse. Sur des chemins impossibles, il se livre à des essais capables de démolir une voiture de moins robuste constitution. « Jeannette » tient bon. Il commande la tente, le matériel de cuisine, de couchage, les réservoirs d’eau et d’essence, les cantines étanches, les câbles d’acier, l’outillage. Il conçoit et réalise un système de cabestan et de poulies qui nous permettra de sortir la voiture de la boue ou des ravins. Il fabrique en plaques de tôle un coffre où nos vêtements seront à l'abri de la poussière, de l'eau et du chiffonnage... Car nous devons emporter, en plus de nos tenues de camp, smokings et complets de ville. Chaque soir nous nous retrouvons, avec quelle joie ! dans un petit restaurant de l’avenue Hoche [proche de Saint-Philippe-du-Roule, donc certainement fréquenté par la maîtrise de la 27e !]. Roger me tient au courant de la préparation matérielle, je lui confie mes succès et mes déboires. On ne met pas sur pied un semblable voyage sans avoir une dose considérable d'imagination. »

Guy de Larigaudie, parlant de Roger Drapier, au sujet du raid Paris-Saïgon.