Pierre-Yves Labbe

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher
Pierre-Yves Labbe
En 1954, instructeur aux commandos marine / Marine nationale
En 1954, instructeur aux commandos marine / Marine nationale
28 juin 1920[1] · 18 juin 2013[2]

Personnalité scouts de France

Scouts de France.

Personnalité de l'association des guides et scouts d'Europe

Association des Guides et Scouts d'Europe.

Personnalité française

France.

Pierre-Yves Labbe (28 juin 1920[1] - 18 juin 2013[2]) a été éclaireur pendant la Seconde Guerre mondiale, réputé notamment par ses actions dans la résistance en compagnie de scouts de sa troupe. Il fut ensuite acteur de la relance du scoutisme marin des Scouts de France, puis l'un des principaux contributeurs de la pédagogie de l'AGSE. Il fut en outre DCC, avec ses quatre bûchettes. Il est mort le 18 juin 2013 et ses obsèques ont eu lieu le samedi 22 juin à Bouchemaine[3] en présence des autorités civiles et militaires, ainsi que de représentants des Scouts et guides de France et des Guides et scouts d'Europe.

Biographie

La résistance pendant la seconde guerre

Originaire de Lorraine, P.Y.L ou Castor vibrant rejoignit la maîtrise de la 3e marine Angers (Groupe René Bazin) dès le début de l'occupation de la ville par les Allemands. Il en deviendra rapidement le chef de troupe. Dès 1940, il rejoignit la résistance, sous le pseudonyme de Jean Castor, au sein du Bureau Central de Renseignements Allié (BCRA) pour lequel il mobilisa sa troupe. Celle-ci pu ainsi collecter de précieux renseignements, notamment à propos de la Kriegsmarine qui avait établi des services radio à Angers pour sa flotte sous-marine. Elle participa de plus à l’exfiltration de pilotes alliés abattus en les conduisant de nuit sur une petite île de la Loire où des avions légers venaient les récupérer. Elle disposait d’une cache ingénieuse dans son local. Continuant à fonctionner dans la clandestinité, la troupe était dissimulée sous la forme de l'union de navigation et de camping de l'Anjou.

Après le débarquement, les scouts observèrent que le pont de Pruniers, un pont de chemin de fer (ligne du petit Anjou), n’avait pas encore été détruit par les Allemands. Le 8 août 1944, P.Y.L. partit donc au devant de l’armée Patton en profitant d'observations de la cheftaine Odette Perreau. Il réussit à fournir au général Patton des informations sur la situation de la ville d'Angers et la possibilité de la prendre en évitant de la bombarder grâce au pont restant. Je donne trois jours ! décida le général. Au-delà, on bombarde !. La ville fut prise dans les délais, des scouts en éclaireurs pour montrer le chemin aux avant-gardes. Intégré aux éclaireurs de l'U.S. Army, PYL conduisit ainsi le 11e régiment de la 3e armée américaine jusqu'au pont de Pruniers qui fut franchi. Cela épargna ainsi la ville des bombardements. La troupe 3e marine Angers fut décorée de la Croix de Guerre.

Sa contribution au sein des SDF

Après la libération, P.Y.L. sera nommé commissaire national marin le 29 janvier 1945 par le Commissaire Général Pierre Delsuc avec le titre de Délégué National Marin et rejoignit l'équipe de Michel Menu, nouvellement nommé lui aussi, tous deux ayant été choisis pour s'être investis dans la résistance. Il a été « croqué » à ce titre par Pierre Joubert pour la revue Scout de France. Par son action, il contribuera en dix ans à la création de 50 troupes marines.

Sa contribution au sein de l'AGSE

Pierre-Yves Labbe en session de camp de formation.

Par la suite, il rejoindra l’Association des guides et scouts d'Europe dont il sera le Commissaire National Éclaireur de 1970 à 1984. A ce titre, il y mit au point le Camp National d’Entraînement appelé initialement "Chamarande-FSE" qui est plus connu, depuis 1975 sous le nom de "Mac-Laren". Il est le concepteur de la pédagogie éclaireur des Scouts d'Europe. Il est aussi à l’origine du livret de progression personnelle « Pistes ». En 1970, Henri Dhavernas remit les quatre bûchettes de DCC à P.Y.L., ce qui permit alors à l’Association des guides et scouts d'Europe d'attribuer les insignes de scoutmestre, d'ACC et de DCC. Pierre-Yves aimait beaucoup transmettre à ses chefs, en guise de maître-mot, ce concept : "le carré d'herbe verte" qui définissait le périmètre d'action d'une unité d'éclaireurs. Il s'agissait en particulier de les mettre en garde contre les tentations d'intellectualisation de la méthode éclaireur et de leur conseiller de préférer l'action sur le terrain. D'autre part, il s'agissait de les détourner d'une spiritualisation outrancière et de se fonder avant tout sur le jeu. Enfin, P.Y.L. était particulièrement féru de psychologie de l'enfant et de l'adolescent, ce qui donnait lieu chaque fois dans les camps école à des sessions de haute volée sur ce sujet.

Scoutisme Marin

P.Y.L. a fondé, tout au long de ses multiples affectations (au sein de la Marine Nationale), de nombreuses unités dont il était lui-même Chef de Troupe (ou Akéla) : à Saïgon, à Madagascar, au Maroc, puis la 1re marine Fontainebleau, la 3e marine Brest, la 1re marine Montpellier et la 1re Marine Lorient. Castor Vibrant est l'auteur de la prière du scout marin qui se trouve dans les éditions d'Embarque, garçons d'après guerre. Elle fut chantée à l'école navale lors de la messe d'adieu à Éric Tabarly.

PYL7.jpg

Postérité

Le 5 juillet 2014, au Louroux-Béconnais, près d'Angers dans le Maine et Loire, le rond point de la route de Candé prend le nom de Pierre-Yves Labbe, la ville souhaitant honorer pour le 70e anniversaire du débarquement, son rôle héroïque et crucial lors de la Libération[4].

Voir aussi

PYLabbe.jpg

Bibliographie

Liens internes

Liens externes


Notes et références


  1. 1,0 et 1,1 Image souvenir distribuée à l'issue de l'inhumation.
  2. 2,0 et 2,1 Annonce du décès sur groupe-1ere-lorien-agse.com
  3. Philippe Chapleau, « Décès de Pierre-Yves Labbe, le scout qui sauva Angers de la destruction en 1944 » sur lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr, 21 juin 2013
  4. Le Louroux fête les 70 ans de la libération ! sur www.louroux-beconnais.fr. Mis en ligne le 19 mai 2014, consulté le 16 juillet 2014