Welcome to the ScoutWiki Network

Picardie

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher
Picardie
Le blason de la "Nation Picarde" au sein de l'université de Paris après 1670
Le blason de la "Nation Picarde" au sein de l'université de Paris après 1670
Nombre de groupes (approx.) :
Nombre d'habitants : 1,91 millions
Densité de population : 98 hab./km²
Taux de boisement : 16 %
Picardie

La Picardie est une ancienne région administrative du nord de la France, aujourd'hui comprise dans la région Hauts de France, qui regroupe trois départements : l'Aisne (02), l'Oise (60) et la Somme (80). Cette région littorale (Manche orientale) est séparée du Nord-Pas-de-Calais par le fleuve Authie.

Scoutisme en Picardie

Groupes et mouvements scouts

Pour les articles de Scoutopedia relatifs aux groupes de Picardie, voir la page : groupe de Picardie.

Pour la liste des groupes recensés par mouvement, ainsi que l’organisation des régions ou territoires scouts (subdivisions géographiques définies par les principales associations de scoutisme) :

Lieux liés au scoutisme

Chargement de la carte...

Histoire du scoutisme

section à développer
Les Éclaireurs de France sont déjà présents en 1913, notamment à Creil (Oise) où ils suivent les cours de préparation militaire[1].
A partir de 1919, la Picardie est au cœur des opérations du Comité américain pour les régions dévastées (CARD) qui a été installé au château de Blérancourt (Aisne). Cette organisation va notamment susciter la création de troupes d'éclaireurs et créer des camps à Anizy-le-Château, à Corcy (Aisne), à Saint-Crépin (Oise) ou au château de Cappy près de Verberie (Oise). Le CARD soutient le premier camp interfédéral qui se tient près de Compiègne, au Francport, du 30 juillet au 6 août 1921. Il réunit les trois fédérations françaises : Éclaireurs de France (EDF), Éclaireurs unionistes (EUF) et Scouts de France (SDF). Le camp qui fonctionne sous la responsabilité d'Henri Marty, avec le britannique Francis Gidney comme conseiller, reçoit la visite de Baden-Powell. On estime qu'une vingtaine de camps s'y sont tenus entre 1921 et 1922, sous la responsabilités d'Emile Guillen pour les EDF et de Jean Beigbeder pour les EUF.
La 1re Cuts (Oise) semble la première troupe affiliée aux SDF après les unités qui fondent le mouvement en 1920[2]. En 1922, la province de Picardie existe, dotée d'un commissaire. Deux ans plus tard, le diocèse d'Amiens (Somme) compte 3 districts.
Les Éclaireurs israélites de France créent leur camp-école à La Chapelle-en-Serval, dans l'Oise, en 1933. La propriété sera confisquée pendant l'Occupation. Les EIF y reviennent en août 1946 pour le premier conseil national de l'après-guerre.

Camper en Picardie

Plus d'informations sur l'histoire, l'administration, l'économie etc. sont disponibles sur Wikipedia.


Wikipedia-logo.png Voir l'article Wikipédia : Picardie

Géographie – topologie

Le sous-sol de la Picardie est en grande partie composé d’assises crétacées et tertiaires qui occupent plus de 90 % de sa superficie, la craie en formant à elle seule environ la moitié. Les plateaux établis sur la craie, plus ou moins entamés par un réseau de vallées sèches et profondément disséqués par les principaux cours d’eau, constituent des surfaces horizontales ou légèrement inclinées. Vers le centre du Bassin parisien, les calcaires dessinent de beaux plateaux découpés par les affluents de l’Oise et de la Marne.

L’ensemble de la Picardie est constitué essentiellement de terres arables (60 %) mais aussi de zones boisées (19 %), prés (12,1 %), terrains artificialisés (5,2 %), zones humides (1,6 %), friches et landes (1,5 %), enfin de cultures maraîchères et fruitières (0,6 %). d'après Wikipedia

Le taux de boisement de la région est de 16 %, nettement inférieur la moyenne nationale (29 %). De grands massifs boisés, pour partie issus des anciennes forêts royales, se trouvent dans la moitié sud de la région. Au nord, les plaines et collines de craie surmontées de limons sont moins forestières alors que les zones argileuses sont plus boisées. Localement, il reste encore des espaces bocagers comme dans le Pays de Bray (à l'ouest, dans l'Oise) et la Thiérache (au nord-est, dans l'Aisne).[3]

Climat

La Picardie connait un climat océanique. Elle est largement occupée par des masses d’air humides et fraîches venues de l’Atlantique nord, réchauffées cependant par les eaux plus tièdes de la dérive nord-atlantique. En hiver, la Picardie, généralement plus humide que froide, se situe en limite ouest des avancées d’air polaire continental froid et sec. Sur les hauteurs du Bray et en Thiérache, la neige peut s’accumuler et persister quelques jours. Une fraîcheur persistante, une humidité quasi-permanente et des vents puissants, surtout en bordure du littoral, caractérisent la Picardie.

Le rythme des saisons ne présente pas de grands contrastes. Printemps et automne sont longs et presque monotones, les températures modérées et fraîches (12 à 15°), les pluies assez fréquentes (15 à 20 jours par mois) et abondantes, l’ensoleillement aussi varié qu’imprévisible, des éclaircies radieuses succédant de manière inattendue à de longues séances grises ou pluvieuses. Ces saisons intermédiaires sont les grandes époques du vent qui souffle principalement de l’ouest et du sud-ouest. Vers l’est, ces vents se tempèrent et les ceux du nord-est s’affirment de plus en plus. L’été est assez court et modéré (17 à 20° environ). L’ensoleillement modeste ne dépasse guère 40 % de l’ensoleillement annuel (environ 1600 h/an à Saint-Quentin, 1660 h à Abbeville et 1700 h à Creil). Les éclaircies sont plus fréquentes que pendant les saisons voisines, le soleil plus chaud, la brume plus rare et surtout moins durable.

d'après Wikipedia

Faune et flore

On trouve en Picardie de grands mammifères terrestres comme le sanglier, le chevreuil, le cerf élaphe, le daim.

Toutefois, la faune est particulièrement riche sur le littoral picard. La Baie de Somme héberge une importante colonie de phoque veau-marin, seul site français où l'espèce est présente en permanence et s'y reproduit depuis les années 1980-1990. Des animaux marins migrateurs comme le phoque gris, le grand dauphin et le marsouin fréquente aussi ces eaux. L'estuaire de la Somme constitue également l'une des célèbres zones de halte, d'hivernage et de nidification pour les oiseaux sédentaires et migrateurs.

section à développer

Culture

section à développer

Liens et références

Liens internes

Liens externes

Nature

Histoire et culture

Jeunesse


Notes et références


  1. Un "journal scout"paraît à Reims - ... et ailleurs sur le site de l'Association pour l'histoire du scoutisme laïque.
  2. Yves Combeau, dans la Nouvelle histoire du scoutisme catholique en France, éditions Monceau, 2009.
  3. Inventaire forestier national, résultats issus des campagnes d'inventaire 2005 à 2009 pour la région Picardie.