Welcome to the ScoutWiki Network

Noms d'abbés

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher

Personnages

  • le narrateur : l'Abbé Rand
  • le mort : l'Abbé Quille
  • le reste de la patrouille (mimant les autres pères)


Sermon de l'Abbé Rand

(version de Riaumont)

“ Un grand malheur est arrivé à l’Abbaye, et j’ai terrible mission de vous en faire part... Figurez vous que notre vieil Abbé Quille, tout chancelant, vient de décéder dans des circonstances malencontreuses. Cela s'est passé peu après notre retraite d'hiver que nous avait prêchée l’Abbé Résina, en l’absence du Père Missionnaire qui était parti à l'étranger.

Il a perdu l’équilibre en tombant sur Père Cution. Ce jeune Père s'étant lancé dans une cavalcade autour du Père Iphérique en courant après le Père Sécuté avec l’Abbé Cane.

Il faut dire aussi que le dernier repas avait été assez arrosé, par les soins du Père Nod et l’Abbé Nédictine... L’Abbé Tise, arrivé à ce moment là, ne comprit rien à cette situation embrouillée. Et il laissa malencontreusement l'Abbé Quille tomber raide mort dans les bras du Père Iscope (qui se pointait lui aussi dans le coin) !

Vous pouvez imaginer notre surprise et la consternation générale ! Comme le Père Turbé, toute la Communauté s'est mise à pleurer, y compris le Père Du qui -avec l’Abbé Quille- voyait partir son meilleur appui ! Alors que le Père Imètre prenait les mesures pour faire un cercueil avec l'aide du Père Sœur, on remarqua cependant comme un sourire narquois sur les visage des Père Fide et Père Vert ...

La messe de Requiem fut chantée le lendemain par le Père Sonnage, en personne. Accompagné à l'orgue par l’Abbé Mol qui joua un morceau classique de l’Abbé Thoven. Ce fut le Père Hocquet qui se chargea du sermon mais, comme il était petit et qu'il n’y avait pas de chaire, il décida de monter sur les épaules du Père Choir. Et à la fin, le Père Cepteur ramassa la quête.

Après quoi, une grande discussion s’éleva au sujet du chemin pour aller au cimetière : l’Abbé Cane et le Père Du trouvaient plus sûr de suivre la route goudronnée. Mais certains téméraires -comme le Père Illeux- préféraient couper à travers champs avec l’Abbé Casse et le Père Dreau, ce qui plaisait bien à l’Abbé Trave et au Père Cil !

Malgré les arguments du Père Suasif, le Père Plexe quand à lui hésitait toujours... D'autant que le Père Nicieux continuait à semer le doute dans les esprits ! Devant l’ampleur de la discussion, le Pères Huc s’arrachait les cheveux, tandis que le Père Spective préférait regarder tout cela de loin. Mais finalement les Père Sistant et Père Sévérant emportèrent la décision, et tout le monde se retrouva au cimetière.

Là, devant la tombe creusée par le Père Forateur, on posa la dalle préparée par l’Abbé Tonneuse. Et tandis que l’Abbé Rébasque se découvrait pour saluer cette dernière demeure, l’Abbé Gonia et le Père Venche s'avancèrent pour fleurir la tombe.

Ensuite le Père Manent fit un long discours sur l’éternité, en citant des phrases interminables du Père Pétuité. La scène avait quelque chose de déchirant : il fallait voir le Père Pendiculaire courbé en deux sous la douleur... et l’Abbé Nitier plein de larmes, comme l’Abbé Noir ! Mais finalement tout cela s'acheva en paix, avec un grand signe de croix fait par l'Abbé Nédiction... Ainsi-soit-il"


Grand malheur à l'Abbaye

(texte original)

Un grand malheur est arrivé à l'abbaye et j'ai la pénible mission de vous en faire part. Mardi soir, pendant que l'abbé Nédictine donnait les dernières grâces, l'abbé Quille perdit l'équilibre dans l'escalier et tomba inanimé dans les bras du Père Iscope. Les révérents père, en perdant l'abbé Quille, perdaient leur seul soutien. Un seul restait joyeux : le père Fide. Quant à l'abbé Tise, il n'y comprenait rien. Il aurait bien voulu que le saint Plet l'aide à comprendre ce qui s'était passé mais rien n'y fit.

Après l'accident de l'abbé Quille, on alla chercher le Père Manganate et le Père Itoine, les deux médecins de l'abbaye. Ils pensaient ranimer le malheureux mais leurs efforts furent vains et celui-ci décéda peu après.

Le lendemain fut donc célébré son enterrement. Chacun fut appelé à l'abbaye par les célèbres cloches du Père Sonnage. La messe fut dite sur une musique de l'abbé Thoven. Le père Ocquet fut chargé du sermon et comme il n'y avait pas de chaire, il monta sur les épaules du père Choir. A la fin de l'homélie, le Père Cepteur fit la quête et remit les dons ainsi recueillis à l'abbé N'Pé.

Après la messe, une grande discussion s'engagea pour le transport de la bière : l'abbé Canne et l'abbé Trave voulaient passer par les champs. Le Père Clus s'y opposa. L'abbé Casse en fut enchanté. Le Père San avec sa tête de turc ne voulait rien entendre. Le Père Vers et le Père Nicieux semaient le doute dans les esprits.

Finalement on décida que, comme à l'accoutumée, l'abbé Taillière serait chargé du transport du corps du défunt. Devant la tombe creusée par le Père Forateur et en l'absence du Père Missionnaire, l'abbé Nédiction donna l'absolution. Le Père Venche et l'abbé Gonia avaient joliment fleuri la tombe. Celle-ci fut recouverte d'une belle pierre tombale préparée par l'abbé Tonneuse. Sur le chemin du retour, le spectacle fut déchirant.

Le Père Pendiculaire était plié en deux de douleur et de chagrin. L'abbé Vitré était lui aussi plein de larmes. La Mère Cedes, invitée pour l'occasion, fermait la marche en compagnie du frère du Père Igord.

A l'arrivée, le Père Sil et l'abbé Chamelle préparèrent le repas tout en consultant les livres culinaires du saint Doux. Le Père Nod et le Père Collateur servirent à boire et chacun put se remettre de ses émotions.

Signé : L'abbé BICI


lien externe

voir autres jeux de mots sur ces noms d’ecclésiastiques.