The ScoutWiki Network server was upgraded on November 20th, 2019. The maintenance is now over. Please inform us in Slack or via email support@scoutwiki.org if you encounter any unexpected errors – it's possible the upgrade has missed something. Thanks and happy scoutwiki'ng!

Marie Hirsch

De Scoutopedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marie Hirsch
Pas d'image pour cette personne pour le moment

10 février 1873 à Paris · 13 novembre 1953

Fondateur

Fondateur.

Personnalité guides de France

Guides de France.

Personnalité française

France.

Marie Hirsch (1873-1953) fut une des fondatrices du guidisme catholique en France.

Un parcours religieux aux temps difficiles

Elle est fille d'un "homme d'oeuvres" et peintre de vitraux réputé. Après l'échec de son mariage elle entre en 1895 dans l'Ordre du Cénacle, prononce des voeux temporaires et prend l'habit religieux. Suite à la loi de 1901 expulsant les congrégations, soeur Marie Hirsch reçoit mission de rester en France pour veiller à la vie des oeuvres du Cénacle et prend donc l'habit civil, obligatoire pour pouvoir rester en France. En 1903 elle fonde le patronage du 42, rue Montcalm à Paris. À partir de 1921, elle est membre de la branche séculière du Cénacle et prononce des promesses et non des voeux. Elle meurt au Cénacle de Breteuil en 1953.

Le guidisme

Dès le début 1923, elle lance au patronage Montcalm la future 1re Paris des Guides de France. À partir de 1924 elle a la charge des "cours de cheftaines" pour la région Ile de France tant à Montcalm qu'à Galluis (Seine et Oise). Par ailleurs elle est membre du conseil d'administration et du comité directeur.

En 1936 elle quitte les Guides de France. Marie Hirsch et ses amies de Montcalm, dont Hélène Depaux-Dumesnil sont plus livresques, plus proches des "oeuvres" et plus populaires que le courant incarné par Marie Diemer à la fois mystique, élitiste et inventif. Leur affiliation aux Croix de Feu a du aussi jouer un rôle dans leur départ[1].

  1. Voir Marie-Thérèse Cheroutre, Le scoutisme au féminin, p.137