Inspection

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher
Patrouille des années 20 prête pour l'inspection

Une inspection est une visite de contrôle réalisée sur place par une autorité. Dans le scoutisme, cela peut désigner le contrôle d'un lieu de camp par les services sanitaires et sociaux, la visite des unités scoutes d'une localité par un commissaire ou un chef scout, ou – plus généralement – l'examen d'une tente ou d'un coin de patrouille réalisé régulièrement par les chefs au cours d'un camp.

Inspection de louveteaux

Voici ce qu'écrit D. Monsaingeon, ancien de la 8e Paris, pour une sortie de dimanche vers 1934 :

« Il y avait la traditionnelle inspection où chaque louveteau devait étaler devant lui, sur son « foulard de jeu » les objets rituels : papier, crayon, ficelle, chapelet, goûter, mouchoir. »

Inspection d'une patrouille en camp

Pierre Joubert raconte le déroulement d’une inspection dans les années 1920, sans doute avec quelques excès, et rappelle que, sous des apparences militaristes, le scoutisme apportait une hygiène de vie à des enfants parfois déshérités et abandonnés à eux-mêmes.

«  Dès la fin de la messe, nous avions à la préparer cette inspection, c’est-à-dire à vérifier le plus petit détail de nos uniformes, à relever et à fixer les pans de la tente, à placer nos chaussures en équerre sur de petits piquets fichés au sol, à déposer nos sacs sur un alignement rigoureux, leur contenu étant lui-même disposé selon un ordre rituel, à accrocher nos chapeaux à la tête des sacs sur un autre bâtonnet…, etc. Ce travail de fourmi durait presque toute la matinée. Il était à peine terminé que retentissaient les coups de sifflet qui nous figeaient à trois pas de notre logis précaire. L’équipe entière des chefs se présentait. Il fallait pousser le cri de patrouille, saluer, resaluer, répondre à huit, dix, vingt questions sur l’ordre, la propreté, la loi, l’honneur, les règles du camp, l’hymne national, la politesse, la conduite-à-tenir-dans-la-rue-en-croisant-un-prêtre, un officier supérieur, un corbillard, la couleur-des-insignes-de-chaque-commissaire-selon-son-grade, etc.  »

Pierre Joubert, Souvenirs en vrac, 1986.


Inspection par le ministère français de la jeunesse et des sports

En France, l'arrêté du 23 avril 1998 « fixant la réglementation des camps, cantonnements et activités organisés par les associations de scoutisme agréées au plan national » prévoit les inspections dans son article 6.

« Les camps de scoutisme sont contrôlés par les inspecteurs de la jeunesse, des sports et des loisirs relevant du ministère chargé de la jeunesse et des sports ou par tout fonctionnaire du ministère de la jeunesse et des sports ayant reçu mission pour ce faire.
Les directeurs et les médecins inspecteurs départementaux de l'action sanitaire et sociale ont qualité pour assurer le contrôle des conditions sanitaires des camps de scoutisme.
Les fonctionnaires habilités en vertu du code de la consommation et du code rural peuvent, dans la limite de leurs attributions, réaliser des inspections des camps de scoutisme.
Les fonctionnaires désignés ci-dessus peuvent, afin d'assurer la mission qui leur est confiée, pénétrer à tout moment dans les établissements et lieux de placement.
Si, à l'occasion d'un contrôle, une insuffisance est constatée, les remarques et recommandations nécessaires sont faites immédiatement et au besoin par écrit et notifiées à l'organisateur.
Le directeur du camp doit tenir à jour et présenter à tout contrôle les pièces suivantes :

  • la liste des participants et de l'encadrement ;
  • les fiches sanitaires de liaison, signées pour les participants mineurs par les parents ou tuteurs, autorisant la mise en œuvre des traitements médicaux et chirurgicaux reconnus nécessaires par un médecin ;
  • le registre des soins médicaux administrés aux participants (cahier d'infirmerie) ;
  • les attestations, certificats ou diplômes éventuels des personnels d'encadrement ;
  • la liste des menus ;
  • le certificat de potabilité de l'eau, si l'eau potable n'est pas fournie par une adduction publique. »
Légifrance[1].

Notes et références


  1. Source : Légifrance.