Welcome to the ScoutWiki Network

Histoire du scoutisme aux Pays-Bas

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher

Aux Pays-Bas, le scoutisme est l'un des plus importants mouvements de jeunesse du pays. Il compte environ 90 000 jeunes membres, 25 000 responsables et 3 600 membres adultes. La quasi-totalité des groupes sont affiliés à Scouting Nederland, l'association de scoutisme hollandaise affiliée à l'Organisation mondiale du mouvement scout, à l'Association mondiale des guides et éclaireuses et au Forum international des scouts et guides.

Fondation du scoutisme aux Pays Bas

Le scoutisme a commencé aux Pays-Bas en 1910. Cette année, un dénommé W.J. van Hoytema traduisit et adapta Scouting for boys, qu'il publia sous le titre de Op, Hollandsche jongens naar Buiten, ce qui signifie approximativement «Allez, les garçons de Hollande, sortez». La parution du livre amena à la fondation du premier groupe scout en décembre 1910, dont le chef fut un professeur irlandais, Griffin Moriarty. Le journaliste Gos de Voogt ouvrit un autre groupe scout à Amsterdam, dont le chef fut M.W.D. den Ouden. De Voogt retraduisit Scouting for boys, cette fois sous le titre du Manuel de Baden-Powell. De Voogt s'était largement inspiré d'une visite que les scouts anglais de la 16th Oxfort Troop avaient fait aux Pays Bas du 3 au 17 août 1910 sous la conduite de leur chef Bernard Blyth. Ils visitèrent Rotterdam, la Hague, Amsterdam, Utrecht, Nimègue et Tilburg, puis plus tard les villes belges d'Anvers et Bruwelles.

À cette époque, différents groupes scouts se créèrent dans de nombreuses villes et villages des Pays-Bas, et ça et là des groupes se créèrent aussi pour les filles. Certains de ces groupes existent toujours aujourd'hui.

Divers mouvements nationaux furent créés, les plus important étant :

  • Pour les garçons :
    • Nederlandse Padvindersorganisatie, ou NPO, l’Organisation des éclaireurs néerlandais, fondée en 1911 ;
    • Nederlandse Padvindersbond, ou NPB, l’Union des éclaireurs néerlandais, fondée en 1912.

      NPO et NPB fusionnèrent en fondant la NPV, l’Association des éclaireurs néerlandais, en 1915.
  • Pour les filles :
    • Eerste Nederlandse Meisjes Gezellen Vereeniging, ou ENMGV, la Première association de guides néerlandaises, fondée en 1911 ;
    • la Nederlandsche Meisjesgilde, ou NMG, la Guilde des guides néerlandaises, fondée en 1916.

En septembre 1911, Baden-Powell visite les Pays-Bas. À son arrivée à la gare centrale d'Amsterdam, il est reçu par les dirigeants du NPO, puis est conduit par les rues de la capitale au pavillon du Vondelpark dans une voiture ouverte, escorté par des scouts à bicyclette. Plusieurs centaines de scouts l'attendaient, prêts à l'inspection.

Les néerlandais copièrent l'exemple anglais pour les tranches d'âge : les divisions sont gardées, et les noms sont littéralement traduits en néerlandais. Ainsi les louveteaux sont les wolven, les routiers les zwervers, et les brownies les kabouters. Parallèlement, des initiatives sont lancées pour les scouts handicapés, pour lesquels le premier groupe fut fondé à Amsterdam en 1918, avec vingt pensionnaires de l'institution locale pour les jeunes aveugles.

Les premiers groupes scouts néerlandais étaient laïcs ou protestants, mais les catholiques désiraient aussi avoir des groupes scouts. Les premiers furent créés en 1920, malgré une certaine opposition des évêques néerlandais. En 1930, ils furent réunis dans un mouvement national nommé Katholieke Verkenners, c'est-à-dire Éclaireurs catholiques. Les groupes féminins catholiques ne purent s'unir qu'en 1945, année où elles formèrent le Nederlandse Gidsenbeweging (Mouvement des guides des Pays Bas).

Le scoutisme durant la guerre

Quand les nazis conquirent les Pays-Bas en 1940, l'incertitude fut grande parmi les différentes organisations de jeunesses néerlandaises. On savait que le scoutisme avait été interdit en Allemagne après l'arrivée au pouvoir d'Hitler en 1933. Les jeunes y étaient forcés de s'enrôler dans les Hitler Jugend, pour les garçons, et le Bund der Deutscher Mädchen pour les filles. De même, dans l'Autriche réunie à l'Allemagne par l'Anschluss de 1938, le scoutisme avait été immédiatement interdit, et les chefs scouts envoyés en camp de concentration à Dachau. Le scoutisme avait souffert de même en Tchécoslovaquie, tandis qu'en Pologne il était devenu impossible et interdit. Les scouts des Pays Bas ne s'attendaient donc pas à être mieux traités … Cependant, les premiers mois furent calmes. Les mouvements scouts néerlandais étaient tolérés, mais les activités en extérieur n'étaient pas faciles. Le camping fut interdit, ainsi que les feux de camp et que l'usage de cartes et de boussoles dans la nature.

Pour les nazis, les Pays Bas devaient faire partie du Reich, à cause de ses racines germaniques. Dans les années 1940-41, l'oppresseur commença donc à vouloir faire entrer ce sentiment dans les mentalités néerlandaises. Pour commencer, tous les partis politiques furent interdits, et leurs organisations de jeunesses démantelées, à l'exception du Zwart Front (Front Noir), et du parti pro-nazi NSB et de son National Jeugdstorm. Après cela, l'unification de la jeunesse néerlandaise devait se continuer par la création d'une unique organisation de jeunesse nationale. Mais les mouvements scouts n'étaient pas particulièrement satisfaits de ses plans, et refusèrent donc de collaborer. En représailles, l'envahisseur décida d’interdire toutes les activités scoutes à compter du 9 avril 1941. Les raisons de cette interdiction, publiées dans les journaux, étaient liées à l'ennemi britannique : le scoutisme était ainsi appelé «l'instrument actif de la propagande politique et culturelle britannique». Les chefs nationaux et locaux des mouvements scouts et des autres organisations subsistantes furent soumis à des interrogatoires, les archives détruites, tandis que les locaux des groupes scouts étaient fermés ou confisqués au profit du National Jeugdstorm. Mais certains groupes scouts avaient prévus cette éventualité et avaient caché leur matériel ; certains scouts purent donc continuer leurs réunions dans la clandestinité.

En interdisant le scoutisme, et en éliminant la structure et les responsables des associations scoutes, les nazis pensaient qu'ils avaient supprimé le mouvement. Mais ils n'avaient pas pensé au système scout, où les ordres ne viennent pas d'en-haut, mais où les jeunes peuvent eux-mêmes décider ce qu'ils font. Dès que le sud des Pays-Bas fut libéré, cela apparut très clairement, car le scoutisme et le guidisme réapparurent et furent immédiatement très actifs dans les villes qui avaient été conquises.

Après la guerre

À l'origine, filles et garçons étaient nettement séparés dans les associations. Mais en 1970, le groupe Wessel, de la ville de Vlaardingen, ouvrit la première meute de louveteaux mixte.

En 1973, les quatre associations de scouts et de guides fusionnèrent en une seule association, Scouting Nederland. À partir de ce moment, il était donc officiellement possible d'ouvrir des branches mixtes.

Plus tard, après la parution dans une revue scoute néerlandaise d'un article à propos des Beaver scouts au Canada, pour les enfants de 5 à 7 ans, plusieurs groupes scouts créèrent spontanément leurs propres unités de Bevers. En 1985, cette tranche d'âge devint officiellement reconnue par Scouting Nederland.

Sources