Groupe EEDF Docteur Mauchamp de Chalon-sur-Saône

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher
Logo js.jpg    En France, ce groupe fait partie d'un des neuf mouvements pratiquant officiellement l'accueil de scoutisme.
Chalon-sur-Saône - Docteur Mauchamp

Foulard du groupe

Foulard du groupe
Icon girl guide.svg
Icon boy scout.svg
Groupe mixte

Fondation : ~1915
Fondateurs :
Fermeture : années 2000 ?
Chef(s) actuel(s) :
Coordonnées
Adresse : Chalon-sur-Saône
Téléphone :
E-mail :
[mailto: ]
Site web :
[{{{site}}} {{{site}}}]
Unités
  • Lutin(e)s
  • Louveteaux
  • Éclaireuses et Éclaireurs
  • Aîné(e)s

46° 46' 50", 4° 51' 5"




Le groupe Chalon-sur-Saône - Docteur Mauchamp a été créé vers 1915 peut-être par Pierre Deschamps[réf. nécessaire].

Le groupe dans les années 1960

Dans les années 1960-1964, le groupe comporte 5 unités. Il n'est pas implanté que sur Chalon-sur-Saône et fonctionne en partenariat avec les autres groupes du département, notamment pour les camps d'été.

Relations territoriales

Rattaché au département de Saône-et-Loire[1].

Locaux

  • local de la meute de Chalon-sur-Saône : Impasse Cartier
  • local de la troupe d'éclaireurs : Rue Philibert Léon Couturier (aujourd'hui local de l'Harmonie municipale)
  • local des éclaireuses : Rue de Strasbourg, en bas du "grand escalier", juste après le pont (lieux refaits et rénovés aujourd'hui)

La Meute de la Fleur Rouge

Description

Les Louveteaux[2] faisaient partie de la Meute de la Fleur Rouge[3] qui existait en 2 lieux :

  • ville de Chalon-sur-Saône
  • village de Baudrières (près de Saint Germain du Plain, en Bresse).

Les cheftaines étaient :

  • Renée Nectoux
  • Bernadette Bernard (également institutrice et cheftaine à Baudrières)
  • Denise Martin ("Castorette volontaire")
  • Colette Carpentier (plus tard)

Les camps de la Meute

Les camps étaient "cantonnés" et non campés. Ils duraient 3 semaines[4]. A cette période, ils se déroulaient à Saint Léger-sous-Beuvray dans l'école (actuellement "maison du Morvan" ) et au Chalet du CAF à La Pile - Dessu (près des Rousses, Isère). Les activités étaient tournées vers la découverte de la nature, les jeux dans les prés et la forêt, les veillées et les services en sizaine.

Les Troupes

La troupe Charcot (garçons)

Livre des brevets et classes de l'époque pour éclaireuses et éclaireurs.


La Troupe Saint-Exupéry (filles)

Il y avait trois patrouilles dans cette Troupe en 1963 :

  • les Cariacous (flots jaune et orange)
  • les Makis[5]
  • les Goélands (flots vert foncé et blanc)

La cheftaine était Chevrette assistée en 1962-1963 de la HP ("Haute patrouille").

L'organisation de chaque patrouille se faisait en autonomie toute l'année, moyennant l'accord de la cheftaine de Troupe (CT) pour les sorties et weekends. Chaque Chef de patrouille (CP) organisait son programme (activités, progression personnelle de ses éclaireurs ou éclaireuses) avec l'aide des revues du mouvement et des formations reçues en "haute patrouille" ou durant les sorties de troupe.

Les sorties se faisaient le plus souvent dans des écoles de campagne ou bien à Aluze (près de Mercurey) où les EDF possédaient un vieux moulin sur la lande.

Les camps des Troupes

Description

Les camps d'été avaient lieu avec un regroupement départemental Chalon-sur-Saône / Mâcon (garçons et filles)[6]), Cluny (garçons) et pour 1962, Montceau-les-Mines (garçons seuls avec chapeau 4 bosses).

Les camps duraient 3 semaines :

  • 1960 : en Ariège
  • 1961 : à Mayres (Ardèche, 07)
  • 1962 : à Bellevue (Ardèche, 07)

Le chef de Camp se nommait "Butor" et était assisté des Maîtrises des unités présentes :

Déroulement des camps et activités

Durant les camps une première partie consistait dans la construction d'installations par patrouille, des concours inter-patrouilles (ex : concours de cuisine), des jeux et des marches, des veillées.

Les journées au camp commençaient en musique, le quartier général des chefs diffusant une musique à l'heure du réveil. Puis après le petit déjeuner du matin, il y avait rangement des tentes, inspection des coins de patrouille. Puis sonnait le rassemblement et chaque patrouille se plaçait autour du mât, garçons à droite et filles à gauche. Les consignes de journée venaient par la voix de "Butor" chef de camp. On montait les couleurs au "Toujours prêt !" et à la dispersion les intendant(e)s de patrouille allaient au quartier général chercher le nécessaire aux réalisations des menus, fixés par "Lapin", intendante du camp, avec dans des bassines de patrouille, le contenu indispensable.

Les éclaireurs et éclaireuses reprenaient leur "tenue de camp" (jean et basket) pour les ateliers techniques du matin : froissartage, orientation, sémaphore (pour les éclaireurs)...

"Le jeu de Zorro" durait tout le camp. La règle de ce jeu était dans "Le livre des Jeux" (aux éditions "Arc tendu") :

  • Un éclaireur est choisi en secret par les Maîtrises
  • Le but du jeu est pour les patrouilles de le mettre au défi de manière subtile afin qu'il dévoile son identité bien que faisant partie forcément de l'une d'elles. A Zorro de relever les défis sans se découvrir, à chaque Patrouille de rassembler des indices pour confondre Zorro.
  • Chaque matin les défis proposés étaient rédigés et accrochés en bas du mât des couleurs, lieu de rassemblement.
  • En fin de camp, à la dernière veillée, le "Tribunal des éclaireurs" faisait venir à la barre les accusateurs qui expliquaient leur point de vue sur l'identité de Zorro et les présumés Zorros qui devaient se justifier.

Beaucoup d'activités chant et chant choral ! Le répertoire était le répertoire scout classique et les chants d'A coeur Joie (César Geoffray) que l'on pouvait se procurer en disque 33 tours ; ainsi que le répertoire des "Compagnons de la Chanson", des "Frères Jacques" ou des "4 Barbus". Beaucoup de chants de folklore dont une part importante de folklore russe (Katiousha, Stenka Razine, Les bateliers de la Volga)

Le Clan

Au delà de 17 ans, les Routiers constituaient un Clan. Leur existence est attestée pour le camp de Bellevue (Ardèche, 1962). Leurs activités avaient été la construction de radeaux et ensuite la descente de l'Ardèche.

Personnes qui ont marqué le groupe à cette époque

La famille Lamaud était fortement investie dans le groupe à travers :

Le Foulard

Bordered ff0000-ffffff.svg
Foulard du groupe Docteur Mauchamp de Chalon-sur-Saône.


Voir aussi


Notes et références


  1. Le Commissaire départemental, M. Assémat (dit "Papa Sem") est le père de "Hathi" et "Sanglier" qui dirigent à cette époque les éclaireurs de Mâcon
  2. "Louveteaux" pour garçons et filles, le terme "louvettes" n'ayant pas d'existence officielle.
  3. La fleur rouge est la désignation du Feu dans le Livre de la Jungle
  4. Pratique très courante aux EEDF, encore de nos jours même si, depuis 10 ans, à la demande des parents les camps des lutins et louveteaux ont pu passer à deux semaines.
  5. remplacée par celle des Courlis vers 1965. Cette patrouille fut dirigée par Clairette Lamaud, CP. Elle a pris le nom de "Mustangs" un peu plus tard. Il semblerait que le groupe Dr. Mauchamp ait fonctionné selon les "coutumes traditionnelles" jusque vers 1974. L'uniforme était passé entre temps du beige/bleu marine au gris pâle/gris anthracite.
  6. A Mâcon, les filles avaient un foulard différent des garçons : bleu avec bordure blanche