Welcome to the ScoutWiki Network

Cérémonial de la promesse des louveteaux (SDF 1929)

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher

La Promesse des Petits-Loups chez les Scouts de France a été plusieurs fois remaniée, à partir du cérémonial de 1942. En voici la version originale :

Cérémonial de 1929 et 1932

1° L'arène est vide. Le Cercle de Parade, nettement repéré sur le terrain, les garçons devront être assez espacés pour que les parents voient l'intérieur du cercle. Mât d'honneur au centre, fiché en terre ; ou, si impossible, tenu en mains par un Second de Sizaine.

Promesse Petits-Loups rassemblement.jpg
2° Akèla arrive seul, salue les parents et autorités, leur explique ce qui va se passer, et retourne vers « le fond de la scène » en appelant : « Meute ! Meute !Meute ! ». Les Petits-Loups accourent des trois côtés libres, ou du fond seulement, si on ne peut faire autrement, en criant une fois : Meute[1]. Chaque Sizaine sachant sa place, toujours la même, le sizenier à droite de sa sizaine, on forme instantanément le Cercle de Parade complet. Les parents et invités débordent alors à droite et à gauche, de façon à encadrer la Meute sur trois côtés, mais en laissant encore un grand espace libre, 8 à 10 pas si possible, entre eux et le cercle. (fig. 6, p.22)


3° Quand le Cercle est formé :


Le Chef. - De Notre... Tous. - Mieux !…

Alors, silence absolu, et l'on entend du fond un grand cri, un Hou-hou prolongé. Le Chef. - Qu'est-ce que ce cri, ô Petits-Loups ?

Sizenier Blanc (toujours lui, parce qu'il est plus près du fond) va voir et revient en courant, et revenu à sa place, salue et dit : C'est un Petit qui veut entrer dans la Meute.

Chef. - Oh ! Oh !... qui veut adopter ce Petit il apprendre à chasser avec le clan ?

Sizenier (dans la sizaine de qui le nouveau doit entrer) crie : Moi !..[2]

Chef. - Va le chercher, ô guide des Loups... (ici la couleur de la Sizaine en question).

Le Sizenier court chercher le Nouveau et en courant le ramène au Chef : il doit le tenir par la main et contourner le Cercle de Parade, sans le traverser.

Chef. - Qu'est-ce que tu veux ?

Le Nouveau. - Être Louveteau.

Chef. - Pourquoi ?

Le Nouveau. - Pour devenir un bon Scout plus tard.

Chef. - Oh ! oh ! C'est très grave... Et il entonne, en s'adressant à la Meute[3] :

Oyez, oyez, jeune Sizaines

Tous les vieux loups vont s'assemblant,

Conseil de Chef et de Cheftaines,

Quelqu'un demande entrée au Clan.


Premier sizenier

Savons-nous s'il écoutera

Les leçons du sage Akèla ?

Prenons garde ! (4 fois)[4]


Tous

Toute la Jungle vous regarde,

Toute la Jungle vous entend !


Chef (au Nouveau). - Eh bien, va demander aux Petits-Loups s'ils veulent bien de toi.

Le Nouveau va successivement à chaque Sizaine, par l'extérieur du cercle, en commençant par les Blancs. Il fait mine de pénétrer entre le Sizenier blanc et son second, mais toute la Sizaine a fait demi-tour et lui barre le passage, les bras étendus.


Sizenier Blanc. - On n'entre pas chez les Loups Blancs sans savoir la Loi de la Meute !

Nouveau. - Le Petit Loup écoute le Vieux-Loup[5]. Le Petit Loup ne s'écoute pas lui-même.

Sizenier Blanc. - C'est bien ! Puisque tu sais la Loi de la Meute, les Loups Blancs t'accepteront. Essaie d'entrer chez les Loups Gris.

(Même jeu, la Sizaine Grise faisant face au Nouveau.)

Sizenier Gris. - On n'entre pas chez les Loups Gris sans donner le Maître-Mot.

Nouveau. - De Notre Mieux.

Sizenier Gris. - Bien ! Puisque tu sais le Maître-Mot, les Loups Gris t'accepteront. Essaie d'entrer chez les Loups Noirs.

(Même jeu. Le Sizenier Noir et son second ont noué deux cordes par une rosette, qu'ils tiennent entre eux deux pour barrer le passage).

Sizenier Noir. - On n'entre pas dans la Jungle en cassant les lianes : dénoue ce nœud.

Nouveau (obéit en silence) . - Voilà !

Sizenier Noir. - Bien ! Puisque tu sais nouer et dénouer les lianes, les Loups Noirs t'accepteront. Essaie d'entrer chez les Loups Bruns.

(Même jeu).

Sizenier Brun. - Les Petits-Loups sont polis et saluent avant d'entrer.

(Le Nouveau fait le salut d'une main).

Sizenier Brun. - Mieux que ça.

(Le Nouveau fait le salut des deux mains). Sizenier Brun. - C'est bien ! Puisque tu sais saluer, Les Loups Bruns t'accepteront.

(A ce moment, le Chef intervient).

Chef. - Reviens ici.

(Le Nouveau obéit et revient se placer devant le chef avec son futur Sizenier à sa gauche).

Chef. - O Petits-Loups, allons-nous recevoir ce Petit dans la Meute ?

Tous (cri prolongé). - Oui…

Chef. - Croyez-vous qu'il sera un bon Louveteau ?

Tous. - Oui…

Chef. - Le Promets-tu ?

Nouveau.- Oui.

Chef. - De tout ton cœur ?

Nouveau.- De tout mon cœur.


Chef. - Mais, Petit, tu ne peux entrer dans la Meute qu'avec la permision de tes parents. Va la demander.

(Le petit va demander la permission à ses parents. Ceux-ci quittent leur place et viennent remettre leur fils au Chef).


Chef. - Et ce n'est pas tout. Comme tu es un petit chrétien qui t'appelles (ici le prénom…) depuis ton baptême, va demander la bénédiction du Bon Dieu.

(Le Nouveau va s'agenouiller devant l'Aumônier qui le bénit.)


Chef. - A présent, sachant que tu seras un Petit-Loup bien joyeux, bien obéissant et bien franc, tu peux prononcer ta promesse.

Le Nouveau met la main droite au signe Louveteau, et dit :

Je promet de faire de mon mieux : pour être fidèle à Dieu, à la France, à mes parents et à la loi de la Meute ; et pour faire chaque jour un plaisir à quelqu'un.


Le Chef lui met sa coiffure et lui serre la main. Le Petit Loup va serrer la main de la personnalité qui préside la cérémonie, puis de l'Aumônier, et enfin revient se placer en face du Chef.

Chef. - Voici que tu fais partie de la… Meute de… et tous les Louveteaux sont tes Petits Frères. Va saluer notre Bon Père Saint François[6].

Le Petit Loup, accompagné de son Sizenier, va droit au mât, s'arrête à trois pas et le salue d'une main, puis se retournant vers le Chef et le public.


Chef. - Et maintenant, en ton honneur, petit frère, la Meute va pousser son grand cri de joie et de discipline. Tu ne l'entendras que deux fois dans ta vie : aujourd'hui, où tu entres dans la Meute, et le jour où, Louvart à deux étoiles, tu n'auras plus rien à apprendre chez nous, et où tu quitteras la meute pour devenir Scout. En l'honneur du nouveau petit frère…

Au moment où le Petit-Loup touche le mât de la main gauche, et salue, tous s'accroupissent et poussent le grand Hurlement : Akèla ! De Notre Mieux.

Premier Sizenier. - De votre Mieux ! Mieux ! Mieux ! Mieux !

Tous. - Oui ! Mieux ! Mieux ! Mieux ! Mieux !


Puis d'un bond, tous se précipitent sur le Nouveau Petit-Loup et lui donnent la main à qui mieux-mieux, en pagaille.

Le Chef donne un coup de sifflet, on crie : Meute ! ; le cercle se reforme, le nouveau Petit-Loup se rend à sa sizaine, sans commandement spécial, et la Meute entonne les deux derniers couplets de la Ronde de la Jungle.

Le premier couplet se chante sur place, et le dernier en partant par où la Meute est venue, à la file indienne, sur la pointe des pieds, tous faisant le salut des deux mains, les mains légèrement écartées de la tête.


I

Pour avoir trop aimé l'or 

Qui tourne la tête… etc.


II

Mais pour nous c'est différent,

Et Loups que nous sommes… etc.

Voir aussi

  1. Si la nature des lieux ne permet pas cette entrée bruyante et mouvementée réglementaire, la Meute répond à l'appel, en criant : « Meute ! » de l'extérieur et arrive sizaines à la queue leu leu, sans courir, mais en marche souple, indienne, sur les pointes, en chantant : la Ronde de la Jungle (cf. Les chansons des scouts de France, p.73. Nous arrivons souplement Tous sur une file, Poussant notre hurlement De façon civile. Tous en cercle dans l'arène : (Hou ! Hou ! Viv'la cheftaine !) Nous sautons sur nos deux pieds. (Hou ! Hou ! Viv'le Louvetier!) La Meute décrit le cercle (sens inverse des aiguilles d'une montre). Le couplet doit être achevé, quand la sizaine blanche, qui est en tête, arrive à sa place. Tous s'arrêtent alors et se tournent vers l'intérieur du cercle complètement formé. Le chef commande « De Notre… Mieux. », etc.
  2. Toutes ces questions et réponses doivent être prononcées à haute voix, en cris prolongés, avec enthousiasme.
  3. Sur l'air de La Dame Blanche. Cf. Les chansons des Scouts de France, page 68.
  4. On peut les faire chanter par 4 voix différentes, ou par le Chef disant : « Prenez garde » etc., les Petits-Loups alternativement : « Prenons garde ». De même pour la reprise, les « Prenez garde » doivent être des solos alternant avec les tutti « Toute la jungle vous regarde... » Naturellement la chanson doit être mimée, avec gestes.
  5. Ou si l'on préfère : Le Chef.
  6. Si le mât d'Honneur porte son effigie, sinon Va saluer le mât d'Honneur.