Adoubement d'un chevalier de France (SDF)

De Scoutopedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chevalier de France SDF.jpg
La distinction de Chevalier de France (renommé Écuyer de France par le Scoutisme Français unifié après 1940) était la plus haute dignité Scouts de France (après la 1ère classe). Il existait avant guerre une dignité équivalente chez les Guides de France s'appelant les Escoutes de Jehanne d'Arc.


La Troupe rangée comme pour une Promesse, au Toujours Prêt, l’Aumônier en surplis et étole et le SM. face à la Troupe ; le SM. à droite.

SM. : — Scout… (prénom et nom).

SCOUT. — Présent (il vient se mettre au milieu).

SM. — (annonce que le récipiendaire a satisfait aux épreuves. a conquis telle ou telle Badge, énumère ses autres mérites, et conclut ainsi) ;
La Cour d’Honneur de la Troupe a jugé que tu étais digne d’être créé Chevalier de France, si tu peux trouver des parrains qui te présentent à l’Ordre de Chevalerie.

SCOUT. — Merci, Chef.

SM. : — Qui veut répondre du Scout... (prénom et nom) ?

Les PARRAINS.(l’un après l’autre, après avoir salué le Chef).
[Les parrains doivent être des Chevaliers de France; à leur défaut, des Chefs ; exceptionnellement, des notabilités étrangères.]
— Moi, un tel (en disant ses titres), j’en réponds, et je me porte garant qu’avec la Grâce de Dieu. X.. sera noble et digne Chevalier de France.

LE CHEF (avec un mot d’explication, répète alors les conseils de la mère de Bayard à son fils partant pour la Cour de Savoie)
— « Pierre mon amy, vous allez au service d’un gentil prince. D’autant que mère peut commander à son enfant, je vous commande deux choses tant que je puis, et si vous les faites, soyez assuré que vous vivrez triomphamment en ce monde.

La première, c’est que devant toutes choses, vous aimiez, craigniez et serviez Dieu, sans aucunement l’offenser.
La seconde, c’est que vous soyez doux et courtois et tous gentilshommes, en ôtant de vous tout orgueil.
Soyez humble et serviable à toutes gens.
Ne soyez maldisant ni menteur.
Fuyez envie, car c’est un vilain vice.
Soyez loyal en faits et en dits : tenez votre parole.
Soyez secourable à pauvres veuves et orphelins et Dieu vous le guerdonnera !

SCOUT. — Chef, je suivrai ces conseils.
Monseigneur Saint Louis,
Messire Bertrand Duguesclin,
Messire Pierre de Bayard,
Messire Louis de Maudhuy,
faites que je sois brave et ne mente jamais.

Un des Parrains, debout, présente au prêtre, le bâton qu’il tient horizontalement des deux mains ; le Chevalier se découvre.

L’AUMÔNIER.
Prions, mes frères :
Seigneur Saint, Père Tout-Puissant, Dieu Éternel, qui réglez toutes choses dans la sagesse de votre Providence et qui avez voulu que les rejetons des arbres que vous avez créés servent aux hommes de soutien, de défense et d’instrument de labeur, et qui tirez pour nous des enseignements des objets inanimés;
Vous qui, sous le bâton de Moïse, avez fait jaillir les sources d’eau pure, et qui au jeune David armé de sa fronde et de son bâton avez donné la victoire sur le Philistin bardé de fer ; Vous qui avez suscité naguère l’Ordre de Chevalerie et qui nous permettez de la restaurer aujourd’hui, pacifique. fraternelle et toute sainte. Nous vous en supplions, à votre Scout… (prénom seul), qui prend aujourd‘hui le joug de Chevalerie, accordez dans votre miséricorde la Force, la Prudence et l’Audace au service de la Foi, de la Vérité et de la Justice ; augmentez en lui les vertus de Foi, d’Espérance et de Charité; qu’il observe fidèlement vos commandements jusqu’à la mort, et que de même qu’il a franchi tous les degrés de la formation Scoute, il dépouille totalement le vieil homme pour revêtir à jamais l’homme nouveau et la splendeur de grâce du Chevalier Chrétien. Par Jésus-Christ Notre-Seigneur.

Le prêtre bénit alors le bâton, lequel porte à son extrémité supérieure un très petit crucifix incrusté dans le bois, et le remet au Scout à genoux qui le tient droit dans ses deux mains jointes.

Reçois ce bâton. Sers-t'en pour ton utilité et ta défense, pour le bien de tes frères et de la sainte Église, et jamais pour faire le mal. Ce que t’accorde Celui qui, avec le Père et le Saint-Esprit, règne dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Le Scout baise alors son bâton ; l’Aumônier s’écarte légèrement ; le Chef prend le bâton et avec l’extrémité supérieure en frappe le Scout sur l’épaule droite en disant :

« AU NOM DU PERE, ET DU FILS ET DU SAINT-ESPRIT, DE NOTRE-DAME, DE SAINT LOUIS ET DE SAINT GEORGES, JE TE FAIS CHEVALIER ».

Il lui donne alors de la main gauche un léger soufflet en disant :

« Souviens-toi qu’un Chevalier rend à tous le bien pour le mal. et sache supporter joyeusement toute souffrance et contradiction pour l’Honneur de Dieu, de la Sainte Église, de la Patrie et des Scouts de France. »

Le nouveau Chevalier se lève, le SM . lui donne l’accolade et lui remet le bâton. Un Parrain lui épingle l’insigne de Chevalier sur la manche gauche et l’on s'écarte.

Le Chevalier debout récite alors, par cœur, la prière à Monseigneur Saint Louis :

PRIÈRE A MONSEIGNEUR SAINT LOUIS
Sire le roi, qui envoyiez vos plus beaux Chevaliers en escoutes à la pointe de l’armée chrétienne, daignez vous souvenir d’un petitScout de France qui voudrait se hausser jusqu’à vous pour mieux servir sire Dieu et Dame Sainte Église.
Donnez-moi du péché mortel plus d’horreur que n’en eut Joinville, qui pourtant fut bon chrétien, et gardez-moi pur comme les lys de votre blason.
Vous qui teniez votre parole, même donnée à un infidèle, faites que jamais mensonge ne passe ma, gorge, dût franchise me coûter la vie.
Preux inhabile aux reculades, coupez les ponts à mes feintises, et que je marche toujours au plus dru.
O le plus fier des barons français, inspirez-moi de mépriser les pensées des hommes, et donnez-moi le goût de me compromettre et de me croiser pour l’honneur du Christ.
Enfin, Prince, Prince au grand cœur, ne permettez pas que je sois jamais médiocre, mesquin ou vulgaire, mais partagez-moi votre cœur royal, et faites qu’à votre exemple, je serve Dieu à la française, royalement.
Ainsi soit-il.

Après quoi le nouveau Chevalier brandit son bâton trois fois : devant lui, à droite, à gauche, en criant chaque fois : Notre-Dame Montjoie, seul.

Puis il s’avance vers l’Aumônier, fléchit le genou, lui baise la main sans rien dire.

Après quoi, il se retourne, fait trois pas vers la Troupe et la salue, sans m'en dire.

La Troupe répond en brandissant les bâtons en l’honneur du nouveau Chevalier et en criant trois fois sur le commandement de l’A. SM. « Notre-Dame Montjoie », ou le cri de la Troupe, si elle en a un. Enfin la Troupe se retire en défilant devant les Chefs au chant du premier couplet de "Va, Scout de France"

Voir aussi




Scouts de France Cet article fait partie de la série
Scouts de France
Scouts de France
Président : Liste des présidents des scouts de France
Commissaire général : Liste des commissaires généraux des scouts de France
Commissaire2 : (aucun)
Tranches d'âge : 1920 à 1964-1973 : LouveteauxEclaireursRoutiers

1964-1973 à 2004 : Louveteaux et louvettesScouts et scoutesPionniers et pionnièresCompagnons

Organes : {{{organes}}}
Évènements : {{{évènements}}}
Centres : JambvilleNature-Environnement • Le Dompeter
Publications : Calendriersautres publications...
Histoire : Jacques SevinChanoine CornetteRaidersSéparation de la branche éclaireursMichel MenuMichel RigalRobert WettsteinPaul Coze

Scouts et guides de France

Associations adhérentes : {{{adhérents}}}
Personnalités : PrésidentsCommissaires GénérauxAumôniers générauxCommissaires nationauxAutres personnalités...
UniformeLoi scouteÉtendard