A Hungarian speaking ScoutWiki has joined the ScoutWiki Network.

Pays perdu

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher

Exemple extraordinaire de géographie rêvée, le Pays Perdu est une fiction littéraire signée Jean-Louis Foncine, qu'il utilise dans plusieurs romans scouts comme Le foulard de sang ou La bande des Ayacks. Avec ses montagnes et ses forêts immenses, son bourg de Malaiac, le Pays Perdu est donc un terrain d'aventures totalement imaginaire.

Dans la réalité Foncine le situe aux confins de la Haute-Saône et du Jura, mais évidemment il existe des tas de pays perdu qui ne demandent qu'à être créés par l'imagination de chacun.

Ce fut aussi, et c'est encore, un thème fréquent de grand jeu.

Les chroniques du Pays perdu

La bande des Ayacks

Ayacks.jpg

Dans un petit village du Pays perdu, d’étranges événements se produisent. Les élèves du collège et les notables sont victimes d’un ennemi invisible. Deux journalistes venus de la ville voisine mènent l’enquête, ils vont découvrir qu’une bande de gosses laissés pour compte entendent bien mener une révolution. C’est alors que de jeunes aventuriers, déguisés en « cow-boys » entrent en concurrence avec eux.

Le relais de la chance au roy

Le relais de la chance au roy.JPG

Pendant le camp d’été, la patrouille des hirondelles poursuit son exploration à travers le pays perdu, mais un soir, alors que les scouts dorment dans le relais de poste délabré de la chance au Roy, un étrange cavalier, blessé, fait irruption. Il disparaît le lendemain et va les entraîner dans une aventure prodigieuse à travers bois, rivières, châteaux et souterrains mystérieux.

Le foulard de sang

Foulard de sang.jpg

A la fin d’un grand jeu épique particulièrement disputé dans le Pays perdu entre les deux troupes de Scouts de France parisiennes de Pierre Joubert et Jean-Louis Foncine, la bataille dans le lit asséché d’un torrent laissa beaucoup de genoux écorchés et sanguinolents. Alors que les garçons se réconcilient et se donnent l’accolade, Pierre Joubert se saisit d’un foulard bien abîmé, éponge le sang d’un genou et déclare, subitement inspiré : "Toi, tu t'es bien battu, je te fais chevalier du foulard de sang !".

C'est ainsi le début d'un embrasement qui touchera toute la France, à travers un ordre de chevalerie qui trouvera sa place dans tant de grands jeux.

La forêt qui n'en finit pas

La forêt qui n'en finit pas.jpg

Sur les traces de l'histoire de France, c'est pour une fois une équipe de filles qui est mise en scène.