A new ssl certificate is installed on the ScoutWiki's. Everyone can now connect to the ScoutWiki again securely..

Herbier

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher

Un herbier est une collection de plantes séchées et pressées entre des feuilles de papier qui sert de support physique à différentes études sur les plantes.



Wikipedia-logo.png Voir l'article Wikipédia : herbier


Herbiers et scoutisme

La constitution d'un herbier peut être envisagée :

Les dimensions de l'herbier sont à prévoir par la maîtrise.

Constitution d’un herbier

Un peu de bon sens doit être un préalable à toute entreprise sérieuse de constitution d'un herbier important. Les plantes rares et menacées ne devraient pas, en toute logique, faire partie d'un herbier personnel. Les ouvrages de détermination que l'on trouve dans les rayons des librairies sont en général suffisants pour identifier les espèces les plus communes, mais comportent souvent peu d'indications sur les espèces protégées. L'idéal étant de limiter les prélèvements sauvages aux seules sorties encadrées par des botanistes ou des enseignants avertis dans le cadre d'une association agréée.

Dans le cas de la constitution d'un herbier à but pédagogique, on peut préconiser les conseils suivants :

  • ne récolter que des individus dont l'identification ne fait aucun doute;
  • ne pas récolter d'individus isolés ou présents en petit nombre : on imagine facilement qu'un petit groupe de plantes complètement isolé, de quelques individus seulement, peut potentiellement voir ces derniers appartenir à une espèce peu commune dans le secteur. Mais attention, on peut très bien tomber sur la station la plus abondante pour une espèce unique au monde, ce n'est pas pour autant que l'on peut récolter cette espèce;
  • pour les botanistes, en particulier les amateurs, il peut être très utile de se procurer la liste des espèces végétales protégées dans la région ou le département où l'on prospecte, afin d'éviter une cueillette accidentelle[1].

Paul Victor Fournier, botaniste français auteur des Quatre flores de France précise à juste titre :

« Ne traitons pas la plante rare en simple objet de collection et ne l’exterminons pas dans ses stations pour satisfaire une simple passion tournée à la manie. Détruire ce que l’on aime est une assez mauvaise façon d’aimer. »

Récolte

Il faut prévoir :

  • des feuilles de buvard au format A3 pliées en deux, qui formeront les cahiers de récolte. Il faut en général en prévoir beaucoup : un par variété de plante;
  • des étiquettes pour numéroter chaque échantillon, sur lesquelles on prendra bien soin de noter au moins la date et le lieu de récolte.

Pour les bricoleurs et selon les besoins, les presses à herbiers peuvent se remplacer par des grilles de réfrigérateurs qui seront serrées par deux sangles. Si l'on veut récolter uniquement des petits échantillons, un annuaire téléphonique peut s'avérer fort utile.

Sur le terrain :

  • prendre une plante entière, ou seulement des morceaux représentatifs (fleurs, feuilles, graines, éventuellement racines) ; pour chaque espèce, prélever au moins deux individus, l'un sera séché, le second servira à l'identification;
  • les placer dans un cahier de récolte avec l’étiquette pour identification.
  • des morceaux de feuille déchirés en carrés de 5 mm pourra être placé dans du silicagel pour les études d'ADN, afin d'être déshydraté rapidement.

Séchage

Idéalement, il faut pouvoir disposer de :

  • deux planches de bois, 30x40 cm, en aggloméré, ou mieux, en latté;
  • de nombreux feuillets : feuilles de journaux pliées en deux et coupées en 30x40

Pour chaque plante, on ouvre un feuillet, pliure à gauche, et l'on pose la plante à sécher à plat sur la page de droite, avec beaucoup de soin (ne pas plier les dents), on y ajoute l'étiquette, on referme, et on place le tout dans un feuillet pliure à droite.

Sur une planche qui sera celle du dessous placer :

  • quatre feuillets, pliures positionnées à gauche;
  • une plante;
  • quatre feuillets, pliures positionnées à gauche;
  • une plante…

Finir par quatre feuillets, et placer la planche du dessus.

Pour serrer le tout, on utilise soit des sangles, soit 4 tiges filetées avec écrous, une à chaque coin, (mais dans ce cas les planches, trouées, doivent être plus grandes que les feuillets), ou plus simplement en plaçant le tout par terre, et en posant dessus un poids quelconque. Mais pour commencer, ou lors de collectes non prévues, loin de son matériel de séchage personnel, il est tout à fait possible d'utiliser des feuilles de journaux simplement pressées sous un carton rempli ou un quelconque objet très lourd. Il est préférable, pour le séchage, de ne pas utiliser de papier glacé. On peut aussi les sécher au fer à repasser entre du papier absorbant.

Durant les trois ou quatre premiers jours, il est recommandé de changer tous les journaux suivant l’avancement du séchage, puis les jours suivants, tous les deux ou trois jours, jusqu'au séchage complet.

Une fois le séchage complet de toutes les feuilles, l'échantillon est prêt à entrer dans l'herbier. On peut alors disposer la plante correctement sur une feuille, avec les références que l'on a conservées depuis sa collecte. Les grands herbiers présentés dans les chapitres suivants précisent en général le nom latin et le nom vernaculaire de l'échantillon, la date et le lieu de récolte, et parfois une indication de l'habitat dans lequel la plante a été récoltée.

Entretien

Correctement conservé à l'abri de la lumière, de l'humidité et des insectes phytophages et xylophages, un herbier peut être conservé toute une vie et bien plus longtemps encore dans certaines grandes institutions botaniques.


Herbiers disponibles sur Internet

On trouve sur Internet un certain nombre d’herbiers publiés par des institutions. À titre d’exemple, l’herbier de Lamarck, qui se trouve à l'Herbier National de Paris au Muséum national, publié sous l’égide du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), est disponible à l’adresse suivante :

La base de données Sonnerat/Bryomyco initialement destinée à informatiser l'Herbier national est utilisée en ligne par plusieurs institutions : les herbiers de Montpellier (MPU), de Nancy (NCY), de Limoges (LIMO), de Dijon (MJSD) et de Cherbourg (CHE), sans oublier celui de l'Harmas de Jean-Henri Fabre (FABR). Elle constitue le "Réseau de Herbiers de France". Elle contient en 2007 plus de 700 000 enregistrements et plus de 40 000 photos de spécimens en ligne. Elle est consultable aux adresses suivantes :

Pour tout renseignement :

Il existe également des herbiers virtuels, constitués de fiches illustrées de photos numériques d’échantillons de plantes présentés comme dans un herbier réel. À titre d’exemple, pour la région parisienne, la flore virtuelle d’Orsay, à l’adresse suivante :



Liens externes


Notes et références


  1. Pour la France, ces informations sont en général disponibles auprès des directions régionales de l'environnement de chaque région.