A new ssl certificate is installed on the ScoutWiki's. Everyone can now connect to the ScoutWiki again securely..

Charles Bonnamaux

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher
Charles Bonnamaux
Charles Bonnamaux à la YMCA training school de Springfield (Massachusetts), en 1904
Charles Bonnamaux à la YMCA training school de Springfield (Massachusetts), en 1904
20 mai 1878 · 30 juillet 1962

Fondateur

Fondateur.

Personnalité éclaireurs unionistes de France

Éclaireurs unionistes de France.

Personnalité française

France.

Charles (Vaisseau du Désert), né en 1878, est l'un des fondateurs des Éclaireurs Unionistes et auteur de la Loi des éclaireurs unionistes en 12 articles.


Unions Chrétiennes et camping

Né à L’Ile-Saint-Denis, 20 mai 1878, orphelin de père depuis l’âge de 10 ans, Charles Bonnamaux est issu d’une famille protestante de condition modeste. Il fut d'abord employé comme commis aux expéditions et aux factures dans une entreprise de fabrication et d’exportation en gros d’article de maroquinerie. En 1902, l’Union de Paris, dont il est membre depuis l'adolescence, l'engage comme directeur des exercices physiques pour son gymnase. Il est alors envoyé suivre les cours de la YMCA training school de Springfield (Massachusetts) où sont formés les cadres des Unions chrétiennes américaines.

A partir de 1901, Charles et son frère Henri animent un groupe d'excursionnistes de l’Union de Paris, qui devient une Société coopérative d’excursion en 1906. Ils organisent, dans ce cadre, des sorties de plusieurs jours qui comptent parmi les toutes premières expériences de camping en France. Ces campeurs unionistes s'attachent perfectionner les techniques et le matériel de camping. Henri et Charles sont également membres fondateurs du Camping club français et membres du Touring club de France pour lequel ils rédigent un Manuel pratique de camping (1913).

En 1907, il épouse Louise Scherf (dont la sœur cadette, Henriette, épousera son frère Henri en 1915). Ils auront 3 filles.

Fondation des Éclaireurs Unionistes

Extrait du journal du Jam en août 1947

En 1911, il participe à la fondation du mouvement des Éclaireurs Unionistes (EU), sous l’impulsion de Samuel Williamson qui est alors secrétaire du Comité national des UCJG. Charles, devenu membre de la commission exécutive des UCJG du Groupe de la Seine, encourage la transformation des sections cadettes unionistes parisiennes en troupes d’éclaireurs. C'est également lui qui rédige la Loi des éclaireurs unionistes en 12 articles, en ajoutant 2 articles à la Loi scoute de Baden-Powell.

Il est présent lors du 4e conseil national des Chefs EU qui se tient au Havre, le 31 octobre 1920 et qui entérine l'autonomie des Éclaireurs Unionistes par rapport aux UCJG. Soucieux de préserver l'intérêt des Unions chrétiennes, il fait ajouter une motion par Jacques Guérin-Desjardins engageant le nouveau mouvement des EUF à ne rien faire qui pourrait leur nuire.

Il fut Commissaire Régional de la Seine dans les années 1920 puis Commissaire National Adjoint dans les années 1930. En 1931, il est aussi Chef-Président du groupe Saint-Marcel à Paris.

De façon anecdotique les deux frères sont les créateurs et diffuseurs de l’immortelle boname ou bonnamo. Le système de repliement des anses, spécialement adapté à la cuisson sur feu de camp, est dû en particulier à Charles.

Deux ouvrages polémiques écrits à la fin de sa vie témoignent d'opinions politiques nettement conservatrices : Non à l’objection de conscience. Témoignage d’un chrétien patriote, publié par les éditions du Guide en 1949 et L’Amérique trahie, Mac Carthy avait raison, publié à compte d'auteur en 1960.

Il décède en 1962.

En 2013, la troupe marine du groupe Saint Marcel des éclaireuses et éclaireurs unionistes de France prend son nom.

Bibliographie

  • Manuel pratique de camping, Henri et Charles Bonnamaux, Paris 1913.
  • Baubérot Arnaud, « Charles et Henri Bonnamaux, des "chrétiens musclés" », in F. Bourillon, R. Fabre, M. Rapoport (dir.), Affirmations de foi. Études d’histoire religieuse offertes à André Encrevé, Pompignac, éditions Bière, 2012, p. 161-171.