A new ssl certificate is installed on the ScoutWiki's. Everyone can now connect to the ScoutWiki again securely..

Bleimor

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher
Bleimor

Bleimor


Fondation : 9 janvier 1946
Disparition : {{{disparition}}}
Fondateurs : Pierre et Lucienne Géraud
Président :
Commissaire général :
Commissaire Général Scout: {{{commissairescout}}}
Commissaire Générale Guide: {{{commissaireguide}}}
Siège :
Site web :
E-mail : {{{mail}}}
Effectifs : membres.
Effectifs : jeunes.
{{{effectif responsables}}} responsables.

mouvement catholique

Mouvement catholique.

Bleimor était une organisation bretonne centrée sur Paris de qui dépendait, entre autres, des unités scoutes et guides dont la spécificité initiale était l'utilisation de la langue bretonne. Le nom signifie le loup de mer en breton. Il vient du pseudonyme utilisé par un poète breton Jean-Pierre Calloc'h, mort lors de la Première Guerre mondiale.

Historique

Scoutisme

Par certains aspects, le Modèle:Dr Charles Picquenard est à l'origine du scoutisme bretonnant.

Créé le 9 janvier 1946 à Paris, le centre scout Bleimor (de langue bretonne) prend le nom d'Urz Skaouted Bleimor. Pierre (dit Perig) et Lucienne (dite Lizig) Géraud (dits Géraud-Keraod) sont parmi les initiateurs du centre USB. Le P. Joseph Chardronnet est son aumônier de 1948 à 1965. Les unités scoutes et guides, en fait des ainés et ainées étudiants, sont rattachées respectivement aux SDF et GDF mais les relations sont tendues. Mais une troupe bretonnante est créée au petit séminaire Quintin, c'est la 1ère Bleimor Quintin qui dépend du centre USB et non du Q.G des SDF ou de la province SDF Bretagne...

En 1961-1962, les antagonismes entre les Q.G et Bleimor sont aigues. Dès août 1962 Bleimor rejoint l'association nationale des scouts russes de Jean-Claude Alain, membre de la fédération du scoutisme européen fondée par ce dernier avec l'autrichien Friedrich Perko.

Mais très vite les troupes Bleimor prennent l'ascendant et les orientations, les structures et les revues de ce mouvement doivent tout ou presque à Pierre Géraud et à son épouse. Le scoutisme "Bleimor" perdurera au sein de la nouvelle association à travers des brevets et des week-ends culturels bretons.

Statuts

Les statuts de la communauté Bleimor sont officiellement déposés auprès de la Préfecture de Police de Paris en avril 1950. Le but de l'association est la : « Pratique du scoutisme et des activités d'expression culturelle, danse, chant choral, musique populaire, jeu dramatique » (pas de référence aux Scouts de France ni à la langue bretonne).

Abbé Perrot

Le premier bulletin, publié en 1947, précise les objectifs : « Action chrétienne, expression celtique, service social, formation spirituelle, culturelle et folklorique des scouts routiers, cheftaines et Guides de France d'origine bretonne ». C'est dans le souvenir de l'abbé Perrot que culmine le « militantisme breton » des scouts Bleimor.

Prolongement breton

Cette organisation de scoutisme est membre de la fédération Kendalc’h créée en 1951 ainsi que du Kuzul ar Brezhoneg, fédération créée en 1958 (elle regroupe les associations bretonnes militant pour l'orthographe unifiée du breton). En 1949, on retrouve affilié : les communautés de Paris, Rennes et Saint-Brieuc. En 1957, pour découvrir les enjeux de la renaissance de l'hébreu comme langue vivante et l'importance de la culture dans la permanence du judaïsme, les scouts Bleimor rencontrent Manitou - Léon Ashkénazi responsable de l'École des Cadres d'Orsay (créée par les Éclaireurs israélites de France pour former les futurs cadres d'une communauté décimée pendant la Choa). En 1960, à Paris, l'organisation est complétée par une structure d’extension (Bleimor-Sana), un bagad (dont le jeune Alan Stivell devenu penn- soner (chef sonneur) du bagad en 1962 après Gwennole Le Menn, Mik Le Cossec et Donatien Laurent), une chorale, une formation de harpistes (Telenn Bleimor, créée chez les guides à la suite d'Alan Stivell qui ne l'intégra pas). En 1962, il y a 215 membres dont la majorité est à Paris, puis Rennes, Quimper, Vannes et Quintin.

Exil et nationalisme breton

Il faut ajouter parmi les membres d'une forte émigration économique venu de la Bretagne, celle politique de militants nationalistes bretons assignés à résidence en région parisienne à la suite de la Libération, qui se retrouve soit dans la structure associative, soit par la participation de leurs enfants. Ainsi le fils de François Debauvais, entré par l’intermédiaire de Herry Caouissin (lié à l'organisation scoute) ou encore Paul Gaignet, ancien cadre du Parti national breton sous l’Occupation, qui devient en 1962 responsable de la structure regroupant les amis et les anciens de cette organisation. On y retrouve aussi le capitaine de vaisseau Henri Le Masson.

Activisme

En janvier 1948, le clan lié à Bleimor va occuper les locaux du journal La Bretagne à Paris à la suite d’un article rendant compte de l’arbre de Noël des petits Bretons de région parisienne et évoquant « la dissidence larvée des scouts bretons ». En 1952, il perturbe la fin d’un meeting organisé par le journal Témoignage Chrétien en faveur des époux Rosenberg. Il réclameront aussi la libération du militant nationaliste breton André Geoffroy.

Michel Nicolas décrit dans son livre : « On imagine assez bien l’atmosphère régnant dans les cercles celtiques, proche d’une sorte de scoutisme où les Breizh Atao en faveur de la Bretagne constituent pour les jeunes à la fois une règle de vie et un comportement militant. »

Olier Mordrel précise dans son Livre Breiz Atao que le créateur « voulait que la jeunesse qu'il rassemblait fasse siennes les plus anciennes traditions de la race. Il retrouva l'ancienne harpe celtique qui était l'instrument qui accompagnait les trouvères attachés à nos anciens souverains bretonnants. Il y en avait et il y en eut nouvellement de deux sortes : une harpe chorale se jouant assis et une harpe portative se jouant debout. Keraod forma le premier orchestre de harpes, un telengor d'enfants... Ce n'est pas de la propagande politique, mais c'est peut être plus grave et la loi est désarmée» . Olier Mordrel amalgame, de la sorte, l'instigateur du retour de la harpe celtique, Georges Cochevelou avec son fils Alan Cochevelou, et l'appui de cette renaissance par Perig et Lizig Géraud-Keraod (même si les écrits de Perig dans Sked sont ambigus).

Opposition interne

La troupe des scouts appelée troupe Sant-Brandan (et son bagad qui s'en sépara plus tard) se sentait très autonome par rapport à la communauté Bleimor et ses dirigeants, notamment sur leurs positions. Les idées de Perig Keraod n'était pourtant pas aussi à droite qu'on a bien voulu le dire (son activité de résistant, son exclusion des scouts d'Europe). Une partie non négligeable des scouts avait, dès l'adolescence, évolué vers un christianisme de gauche, vers un socialisme breton.

Membres

Toute une génération de militants bretons a été issue du scoutisme breton :

  • Alan Stivell,
  • Yann Bouessel du Bourg,
  • Gwenolé Le Menn,
  • Donatien Laurent,
  • Gwenc'hlan Le Scouëzec,
  • Thérèse Miniou,
  • Yann Cheun Veillard,
  • Pierre Géraud, dit Perig Géraud-Keraod, co-fondateur des Scouts d'Europe.

Bibliographie

  • Christophe Carichon, Le scoutisme en Bretagne, des origines à nos jours, DEA, université de Bretagne occidentale, 1995.
  • Michel Nicolas, Histoire du mouvement breton, Syros, 1982.
  • Lionel Christien, "Nova et vetera", et DEA d'histoire (Montpellier III), 1996.

Liens externes


Association des guides et scouts d'Europe Cet article fait partie de la série
Association des guides et scouts d'Europe
Association des guides et scouts d'Europe
Président : Claire Verdier
Commissaire Général Scout : Michel-Henri Faivre
Commissaire Générale Guide : Isabelle Nicpon
Tranches d'âge : section féminine : LouvettesÉclaireuses (Alauda)Guides-Aînées

section masculine : LouveteauxÉclaireurs (Réseau de l’araignée, La Passerelle, Spécialité nautique, Spécialité montagne, Raiders)Routiers

Organes : {{{organes}}}
Évènements : EurojamEuromootTrophée des chefsJournées NationalesCamp Don BoscoGrain de SénevéZodiaqueParayVézelayAutres évènements…
Centres : Le Relais de postebase nautique de NormandieCentre parisien des Cordelières
Publications : Magazines, Documents : ScouteuropresseCalendriersCérémonial

Audio : Les clartés de la nuitLes deux compagnonsPuisqu’il fait bon vent
Internet : Scoutorama
Toutes les publications…

Histoire : Histoire de l’association des guides et scouts d’EuropeEuropa scoutsBleimorFriedrich PerkoJean-Claude AlainPierre Géraud
Associations adhérentes : {{{adhérents}}}
Personnalités : Présidents • Commissaires Généraux Scouts, GuidesConseillers ReligieuxCommissaires NationauxAutres personnalités...
UniformeUIGSEProjet éducatifProgressionProvinces