A Hungarian speaking ScoutWiki has joined the ScoutWiki Network.

Badge de bois

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher
Pour les articles homonymes, voir Gilwell Disambig.svg


L'uniforme scout
Éléments d’uniforme :
FoulardBague

Couvre-chefInsignes
Ceinturon
CordelièreSifflet
Badge de boisÉtoile d'ancienneté
Bande de groupe

Dans les mouvements :
Foulard à tartan, Nœud de Gilwell et bûchettes (ou tisons)

Le brevet intitulé « Badge de bois » , ou Wood Badge en anglais (bûchettes ou tisons en équivalent français) , est un brevet de formation des animateurs et chefs scouts utilisé partout dans le monde. Remis à l'origine à l'issue d'une formation dispensée à Gilwell Park sous le nom de Scout Wood Badge Course (SWBC), ce brevet est aujourd'hui sous la responsabilité des différentes organisations nationales, qui en déterminent les éléments selon leur propre parcours de formation.

Les insignes du brevet sont composés de trois éléments :

  • un foulard portant le tartan de la famille McLaren ;
  • une bague de foulard, appelée en anglais «woggle», formée de deux torons de cuir noués en tête de Turc ;
  • de deux à quatre perles de bois, appelées tisons ou bûchettes, noués par un lacet de cuir porté autour du cou, parfois enlacé dans les pointes du foulard.

De son côté, le louvetisme à ses débuts eut la Dent d'Akela.

Historique

Mise en place du brevet Badge de bois

Avant la fondation du camp Gilwell, la formation des chefs scouts était déjà une préoccupation de Baden-Powell. En 1911 et 1912, il dirigea lui-même des stages de formation, essentiellement composés d'exposés dispensés en soirée. Un embryon de ce qui allait devenir le programme Badge de bois, basé sur le système des patrouilles encore embryonnaire à, a été mis sur pied dès 1913. Toutefois, ce n'est qu'après la Première Guerre mondiale, quand le scoutisme a repris son essor, que BP a commencé à songer plus sérieusement à un système de formation complet.

Le 25 juillet 1919 avait lieu l'inauguration de Gilwell Park, une propriété donnée par William de Bois McLaren à la Boy Scout Association. Du 8 au 19 septembre 1919 s'y tint le premier camp de formation des chefs, sous la direction de Francis Gidney, premier Camp Chief de Gilwell Park.

Le contenu de ces premiers cours était basé sur une série d'articles écrits par BP dans The Headquarter's Gazette et réunis dans un manuel, Aids to Scoutmastership. Le premier programme de formation comptait trois composantes :

  • une partie théorique, pouvant être suivie par correspondance dans The Headquarter's Gazette ou en personne à Gilwell Park;
  • une partie pratique, à Gilwell Park, formée de cours touchant quatre domaines, soient les cérémonies de troupes et le camping, les travaux de champs et de pionnier, les sciences de la nature et les jeux scouts, et les empreintes et les pistes;
  • une partie « administrative », où le chef voit les résultats de 18 mois d'administration d'une troupe ou d'un district évalués.

Les chefs ayant suivi la formation se voyaient remettre des perles de bois : une perle à la boutonnière pour avoir réussi de manière satisfaisante les deux premières étapes de la formation, une perle à la courroie du chapeau et un certificat pour avoir réussi les trois étapes de manière satisfaisante, et deux perles à la courroie du chapeau et un certificat pour avoir réussi les trois étapes de manière exceptionnelle. Recevoir les doubles perles entraînait en outre la promotion au grade de chef de camp.

Des écoles de districts et des cours offerts par des chefs de camp s'organisent bientôt, mais on ne pouvait obtenir les deux perles qu'à Gilwell Park. Des programmes de formation pour les chefs de meute et de clan ont aussi été créés, respectivement en 1922 et 1927 ainsi qu'un cours d'entrainement d'équipe (TTC).


Badge de bois, un brevet mondial

Cette formation s'est internationalisée dès les années 1920. En 1922, après la 2e Conférence internationale de Paris, plusieurs délégués vont participer à des stages à Gilwell Park. La nature internationale de la formation Badge de bois allait s'affirmer d'autant lorsqu'au cours des années suivantes, les organisations nationales allaient développer leur système national de formation sous la direction de Deputy Camp Chiefs (DCC) nommés par le Chef de camp de Gilwell Park.

À l'époque, les DCC ne recevaient pas de formation particulière : on leur demandait généralement de suivre une seconde fois le stage Badge de bois. Une formation expérimentale est mise sur pied en 1947 et, en 1956, un premier stage pour formateurs sera dispensé à Gilwell Park, sous la direction du Chef de camp. Ce stage, l'International Training Team Course (ITTC) sera répété à plusieurs reprises et dans plusieurs parties du monde, par le Camp Chief de Gilwell Park lui-même.

L'année 1969 marque la fin du mandat international de Gilwell Park et de l'administration mondiale du brevet. Le comité mondial à la formation, créé en 1961, recommande à la 22e Conférence mondiale d’Helsinki l'adoption d'une nouvelle politique mondiale de formation, qui sera complétée à la 26e Conférence de Montréal de 1977. Dorénavant, les organisations nationales se doteront de leur propre programme de formation des adultes, en accord avec la politique mondiale (Helsinki), et de leur propre programme de formation des formateurs (Montréal). Un diplôme numéroté et délivré par les autorités nationales scoutes est remis au récipiendaire.

Insignes

Tisons et bûchettes

Les deux tisons des chefs d'unités
Les trois tisons des formateurs de chefs d'unités
Les quatre tisons des formateurs de formateurs

Les perles de bois sont à l'origine du nom Wood Badge et de son équivalent francophone, Badge de bois. Aujourd'hui, on les appelle différemment d'un mouvement francophone à l'autre : badge de bois (chez l'AGSE), bûchettes (chez les SGDF, l'AGSE et les fédérations belges), tisons (chez les EEDF, les EEUdF, les EEIF et le MSdS), ou l'un ou l'autre de ces trois termes (ASC).

Les deux tisons sont généralement accordés comme composante du brevet terminal Badge de bois, avec le foulard de Gilwell. Dans certaines organisations nationales, un troisième tison est octroyé aux formateurs adjoints - qu'on appelle parfois Assistant Deputy Camp Chief (ADCC) - et un quatrième aux formateurs brevetés - l'équivalent des DCC ou, dans certains mouvements, des mestres de camp.

Avant 1969 (?) dans les principaux pays affiliés à l'OMMS, le "premier" DCC portait 5 buchettes comme représentant de Gilwell, ainsi William Hillcourt.

Le brevet badge de bois est une marque internationale de reconnaissance des compétences de la personne, selon une fonction et à un niveau de formation donné. Ce n'est pas un cadeau de remerciement pour services rendus, ni destiné à valoriser une fonction.


Baden-Powell, Chef scout du monde, portait 6 bûchettes. Après son décès, les 6 bûchettes furent portées par le Camp Chief de Gilwell Park, et sont aujourd'hui l'apanage du Director of Programme and Developpement, chargé de la formation des chefs de l'Association scoute britannique.


Origine

Le guerrier Dinuzulu avec son collier

Les bûchettes trouveraient leur origine dans un collier traditionnel, appelé « iziqu », constitué de plus de 1000 bûchettes d'acacia et long de près de 4 mètres. Ce collier, porté par le chef zoulou Dinuzulu, était une distinction qu’on remettait aux guerriers pour leur bravoure et leur autorité.

Durant la Guerre des Boërs, Baden-Powell fut chargé de le capturer, mais n'y parvint jamais : il ne put rapporter que ce collier, trouvé dans le village abandonné de Dinuzulu.

En 1919, lors de l'organisation du premier stage de Gilwell Park, BP s’était demandé ce qui pourrait bien remettre aux dix-neuf chefs scouts venant de terminer leur formation. En fouillant parmi ses vieux trophées et autres souvenirs d'armée, il découvrit le collier de Dinizulu. Il s'en servit alors pour fabriquer alors le premier Wood Badge. Il passa deux des buchettes de l'« iziqu » sur une portion d'un grand lacet en cuir qui lui avait été donné par un Africain lors du siège de Mafeking et qui devait le protéger tant qu'il le porterait. Une fois le lacet de cuir et le collier entièrement dépensés, de nouvelles bûchettes furent fabriquées par Don Potter et le brevet a continué à être décerné.

Le Collier et la famille de Dinizulu

Plus tard, les parents du défunt fils de Dinizulu ont demandé à ce que le collier leur soit restitué. Quand on leur a expliqué à quoi il avait servi, ils se déclarèrent plus que satisfaits.

En septembre 1965, le chef des Zoulous Cyprian Bhekuzulu Nyangaziwe, petit-fils de Dinizulu, a prononcé sa promesse scoute devant plus de mille scouts zoulous à Kwakhetho-Thandayo, site royal zoulou, près de Nongoma en plein cœur du pays zoulou. Ce chef de 42 ans était lui-même au service des jeunes par l'entremise du scoutisme.

En 1967, des scouts européens, du Natal et une troupe de scouts Zoulous ont reconstitué le collier à l’identique – après beaucoup de recherches. Un exemplaire de cette copie, de même qu’un petit bout restant du collier original, sont présentés au musée de Gilwell Park.

Foulard de Gilwell

Le foulard à tartan McLaren

Le foulard de Gilwell vit le jour à Gilwell Park. Il a été créé par Baden-Powell pour symboliser l'unité des formations scoutes autour d'un programme commun de formation, et marquait l'adhésion du chef à la 1re Troupe Gilwell, comprenant tous les chefs et les animateurs ayant obtenu leur brevet Badge de bois.

Le foulard de Gilwell est de couleur grège ou saumon clair à l'extérieur, et rouge à l'intérieur. Ces couleurs et leur disposition peuvent symboliser les braises ardentes qui couvent sous les cendres, ou l'ardeur et l'humilité. Le tissu spécial qui est utilisé pour sa confection protège de la chaleur et des rayons du soleil. Il était uniquement fabriqué en Inde.

Un rectangle d'étoffe à carreaux écossais, le tartan de la famille McLaren, est cousu sur la pointe extérieure du foulard en l'honneur de William F. de Bois McLaren, ami de Baden-Powell, qui acheta en 1918 la propriété de Gilwell Park et en fit don au scoutisme.

Certains mouvements scouts affiliés à l'OMMS et à l'AMGE ont coutume de coudre un petit insigne de l'AMGE au centre du tartan Mac Laren du foulard de Gilwell pour symboliser que leur formation prend en compte un projet éducatif s'adressant aussi bien aux filles qu'aux garçons.

Les détenteurs du brevet Badge de bois sont encouragés à continuer de porter leur foulard de groupe ou d'unité, sauf lors d'événements spéciaux ou de voyages à l'étranger, lorsque ce dernier n'est pas reconnu par l'OMMS.


Woggle, la bague de foulard de Gilwell

Woggle - Nœud de Gilwell

Le Nœud de Gilwell, aussi appelé woggle fait partie des insignes portés par les détenteurs du brevet Badge de bois. Il est habituellement remis comme brevet intermédiaire aux animateurs qui ont complété la moitié du parcours vers le brevet Badge de bois.

C’est Bill Shankley membre de la maîtrise de Gilwell des premières années, qui fabriqua une bague de foulard appelée « woggle », formée de deux torons de cuir noués en tête de Turc. Ce woggle allait devenir la bague de foulard officielle de Gilwell.

En 1943, le woggle fut donné pour la première fois à ceux qui avaient participé au stage théorique Badge de bois.

Badge de bois

Lorsque le Père Sevin revient de Gilwell en 1922 et qu'il ramène le brevet Badge de bois en France, il le désigne par la badge de bois (voir la chanson de Chamarande). D'ailleurs le simple terme « badge » - emprunté à la langue anglaise - a d'abord été employé au féminin en français.

Toutefois le genre du mot « badge », tant dans son usage général que pour le brevet « Badge de Bois » en particulier, ne fait pas encore l'unanimité. Dans son usage général, le dictionnaire ne fait état que du genre masculin.

En général, l'emploi du genre masculin se répand, notamment dans les publications officielles de l'OMMS et de plusieurs organisations nationales francophones, au Canada et en France (notamment chez les Scouts et guides de France).

Badge de bois selon les pays

En France

Historique

Les Éclaireurs (EDF, EUF, EIF) utilisent de préférence le terme « Tisons ».

Dès les années 1920, deux puis trois centres nationaux de formation virent le jour :

Aujourd'hui

  • Jambville est le centre de formation des Scouts et Guides de France où plus de 2 000 cadres participent à des formations chaque année. Ce centre est utilisé pour l'organisation des formations d'autres mouvements comme les EEIF.

Dans l’association des Scouts et guides de France, le brevet badge de bois est attribué par le responsable national de la formation, sur demande des délégués territoriaux.

Il est composé de deux « bûchettes » pour les chefs d'unités et assistants d'unité adhérents qui doivent avoir suivi le cursus de formation, stage 1 et stage 2. Ils doivent par ailleurs avoir mis en œuvre un scoutisme de qualité. Les accompagnateurs d'adultes (DT, RPP, ACOPED, RGL) doivent avoir subi la formation correspondante à leur fonction. Dans les deux cas, deux années dans la même fonction sont requises.

Il est composé de trois « bûchettes » pour les formateurs adjoints, pour y prétendre, il faut être adhérent, avoir des compétences de formateur et responsable de formation. Il faut avoir suivi un Staf, participé à des actions de formations (type Stage 1 ou stage 2) et être en disposition d'être directeur sur une action de formation.

Les quatre « bûchettes » reconnait la compétence de formateur. Ce badge est attribué sur l’initiative de la direction générale du mouvement, qui le décerne aux formateurs ayant suivi un Stif et qui ont exercé une responsabilité globale en matière de formation.

Depuis lors, des camps nationaux d'entrainement pour chacune des branches ont aussi été mise en place: Seeonee pour le louvetisme, Shamrog pour les éclaireuses, Uriyyah pour les guides-ainées et Iter pour les routiers. La badge de bois (le féminin est encore utilisé chez les guides et scouts d'Europe) à 2 « bûchettes » est remise aux chefs ayant suivi avec succès un camp national d'entrainement et le stage pratique qui suit. La badge de bois à trois « bûchettes » est remise aux chefs ayant démontrés leurs compétences en encadrant plusieurs camp écoles comme « mestre de camp-école ».

Les responsables formation de chacune des branches portent la badge de bois à quatre « bûchettes » des Deputy Camp Chief (DCC) après quelques années de service. Le responsable formation d'une branche est de facto « mestre du camp national entrainement » de sa branche. Le responsable de la formation au sein de l’Association des guides et scouts d'Europe, porte le titre de Camp Chief (CC). Il est choisi parmi les Deputy Camp Chief et continue à porter la badge de bois à quatre « bûchettes » .

Au Canada

ASC


Searchtool.svg Voir l’article détaillé : Formation des adultes (ASC)


Historique

En 1937, deux ans après la formation de la Fédération des scouts catholiques de la Province de Québec, un DCC venant de France, Henry Dhavernas, organise le premier Camp Dollard, donnant accès au brevet Badge de bois, pour les chefs de troupe. En 1942, c'est au tour d'un stage pour les assistants-chefs de troupe, le Camp Radisson, d'être organisé.

À partir du début des années 1970, la phase 1 du programme Badge de bois (organisée par les districts à partir de 1971) donne accès au Nœud de Gilwell, le brevet intermédiaire, alors que la phase 2 (organisée par l'ASC jusqu'en 1973, puis elle aussi par les districts) donne accès au brevet terminal, au foulard et aux deux bûchettes.

En 1987, le parcours menant au brevet Badge de bois est réservé aux adultes œuvrant dans le domaine de l'animation. Les gestionnaires pourront, à partir de 1990, obtenir leur propre brevet, le Nœud de Cabestan. En 1999, l'ASC cesse d'utiliser la troisième et la quatrième bûchette pour certifier les formateurs. Le titre de formateur adjoint n'est alors plus accompagné d'un insigne, et le Nœud de Tisserand est créé pour les formateurs brevetés.

Aujourd'hui

À partir de 1995, l'approche modulaire est graduellement introduite dans le programme de formation de l'ASC. Dès 2001, cette approche devient exclusive : le Nœud de Gilwell peut dorénavant être obtenu après 15 modules réussis, et le Badge de bois après 30 modules, y compris les modules obligatoires généraux et spécifiques au Badge de bois.

AABP


Searchtool.svg Voir l’article détaillé : Prix et décorations de l'AABP


Le badge de bois est remis aux individus étant reconnus comme une référence dans leur branche. Ils doivent avoir également complété leur formation personnelle.

Au Sénégal

Historique

L'histoire de la formation des chefs scouts du Sénégal remonte d'avant l'indépendance. En effet, chez les Scouts de France d’Afrique, la formation des chefs se faisait à Chamarande pour la Branche éclaireur et au Breuil pour la route.

Au moment de l'indépendance, les SDF en collaboration avec les scoutismes d’Afrique francophone ont initié un camp permanent de formation à Djoumouna dans le cadre du Bureau de Recherche et Coopération du scoutisme francophone. Cependant avec l'école et le foulard de M'Bao le Sénégal a suivi sa propre voie.

Aujourd'hui

Un objectif à atteindre est la décentralisation de la formation et la révision de la grille de formation adoptée en 1986 à Saint Louis.


Lien externes