A new ssl certificate is installed on the ScoutWiki's. Everyone can now connect to the ScoutWiki again securely..

Argeronne

De Scoutopedia
Aller à : navigation, rechercher
Argeronne
Nuvola apps ksig.png Centre de formation
Flag of France.svg Lieu situé en France
{{{évènement}}}
{{{évènement 2}}}
{{{évènement 3}}}
49° 14' 1", 1° 3' 11"

Le château d'Argeronne, en Normandie (Eure), fut pendant les années 1920 et 30 le haut-lieu du scoutisme féminin en France.

Histoire

Propriété de Mademoiselle Renée de Montmort, il accueille indifféremment à leurs débuts les éclaireuses de la Fédération française des éclaireuses (FFE), les Guides de France (GDF, catholiques) mais aussi l'Association chrétienne des jeunes filles (ACJF, d'inspiration protestante). C'est aussi un lieu où se pensa le Service Social lors de stages d'études ou de validation.

A l'été 1922, un an après la création de la FEE, Renée de Montmort accueille à Argeronne le premier camp international féminin qui permet aux éclaireuses françaises de rencontrer des responsables et des jeunes venues d'Angleterre, de Belgique, du Danemark, des Pays-Bas et de Suisse. Tenu du 25 juillet-2 août ce camp international marque aussi le lancement des Petites ailes. Surtout il permet les rencontres du Lyceum club.

En septembre de la même année pourrait s'y tenir un camp de futures cheftaines Guides de France, auquel participe Marie Diemer.

Du 11 au 18 aout 1923 a lieu à Argeronne le 2ème camp international féminin qui réunit des cheftaines françaises, britanniques, belges et hollandaises.

Un camp parmi d'autres

Tiré du Figaro du 19 juin 1931:

« Les « Guides de France » au château d'Argeronne Pendant la semaine de Jeanne d'Arc, les cheftaines des « Guides de France » qui devaient participer aux fêtes de Rouen ont tenu leur réunion annuelle au château d'Argeronne. Elles étaient là cent trente,campées sous des tentes épartillées dans les prés fleuris* et- plantés de pommiers de ce beau domaine normand, tandis que le grand château Louis XIII logeait les chefs, les animatrices du mouvement, des dignitaires étrangères de marque, et quelques amis et conseillers du « guidisme », parmi lesquels le P. Doncœur et le R. P. Quévet, des Frères Prêcheurs de Belgique. Mlle Renée de Montfort a fait de sa belle demeure un centre unique, je crois, en France. Pendant l'été elle y réunit par groupes les personnes qui s'intéressent aux mêmes idées ou qui travaillent dans une même direction. Ce sont des semaines d'étude et de repos étude amicale où l'on se communique et où l'on compare ses expériences, mais dont le programme a toujours été préparé. Ces « semaines d'Argeronne » ont commencé pendant la guerre. Les dames américaines qui servaient dans les cantines et les foyers de la zone des armées furent les premières à venir s'y reposer et la vie en commun d'un assez grand nombre de femmes, (on en a vu jusqu'à soixante) s'organisa si aisément que ce fut à croire que ce vieux logis réalisait enfin sa destinée. C'est ce que pensa sans doute Mlle de Montmort en se rappelant que, jadis, une châtelaine d'Argeronne avait rêvé de faire de son château une Thébaïde, à l'imitation de Port-Royal. L'âme de cette belle dame, que la tradition nous montre charmante et parée de vertus, doit être satisfaite sous ce toit où elle a vécu on respire les pensées généreuses et les bonnes intentions. La dernière semaine de mai était donc, à Argeronne, la semaine des « Guides ». C'est le nom que l'on a donné à la contre-partie féminine des « Scouts de France ». Ce mot, emprunté au mouvement analogue anglais, puis adopté en Belgique, ce mot un peu étrange tout d'abord, convient cependant, par son sens profond au but que poursuit le scoutisme catholique, ainsi qu'aux intentions précises dont se sont inspirées les organisatrices du scoutisme féminin. Un guide conduit, montre la route il est aussi un modèle. Nous avons besoin de guides sur tous les sentiers et sur les plus hauts, sur les plus dangereux. Le premier devoir des « Guides de France est d'être pénétrées de l'idéal traditionnel français. Alors seulement elles sont capables de tenir leur rôle de conductrices, d'entraîneuses, d'éclaireuses, dans le sens de dispensatrices de lumière. Da nom de « Guide » est né le guîdisme, mot fantaisiste, qui fait encore se froncer bien des sourcils.  »

Situation

Chargement de la carte...

Liens internes

Liens externes